Aller au contenu principal

PAC Post 2013
Trois pistes pour atténuer la convergence

Cette année, la Chambre d'agriculture a mis la PAC post 201 au menu de ses réunions d'arrondissement.

"L'Union européenne souhaite réduire les écarts entre Etats membres et entre agriculteurs d'un même Etat membre", avance Daniel Mazeau, directeur adjoint de la Chambre d'agriculture, pour expliquer la convergence qui, en 5 ans, va remettre à plat le système actuel des DPU. "De nouveaux droits à paiement vont être attribués. Et le montant comprendra une part fixe et une part proportionnelle à la valeur perçue en 2013". Pour parvenir à l'uniformisation, en 2019. Le verdissement de la PAC se traduira par une aide annuelle, liée à trois mesures environnementales : diversification des cultures, maintien des pâturages permanents et de zones à focus écologique.

 

Un impact fort

 

Aussitôt connus les contours de cette nouvelle PAC, des simulations ont été réalisées, pour mieux mesurer l'impact de la réforme. "La Bretagne devrait perdre 22% des aides du premier pilier", chiffre Daniel Mazeau. Avec des variations selon les productions. "Une exploitation laitière de 70 ha verra ses DPU passer de 360 à 280 €/ha en 2014, 217 € en 2019, soit une perte de près de 10 000 €. Un peu moins en porc, 3 600 € pour 63 ha".

Un projet que les élus de la Chambre d'agriculture jugent inacceptable. "Il nous reste 6 mois pour proposer", rappelle Jean-Michel le Breton, secrétaire adjoint. Pour atténuer l'impact de la convergence, trois pistes sont explorées. "Il faudrait des DPU élevage", plaide André Sergent, vice-président. Une mesure difficile à obtenir, car assimilée à du recouplage. "En montagne, les ICHN, indemnités compensatoires de handicap naturel, sont ressorties de la convergence. Pourquoi ne pas en sortir aussi l'ADL, l'aide directe laitière ?".

La seconde piste consisterait à accorder un complément d'aide pour les 40-60 premiers ha. "Cela permettrait de tenir compte des spécificités des exploitations bretonnes, disposant de peu de surface mais employant beaucoup de main d'oeuvre". Enfin, pourquoi ne pas appliquer la convergence à des zones géographiques homogènes plutôt qu'à la France entière, afin que le Grand Ouest puisse faire valoir sa spécificité élevage ? "Il nous faudra aussi nous orienter plus vers les aides du second pilier", rajoute André Sergent.

 

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : le ministre présente son plan d'action
Vendredi 19 novembre, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, s'est rendu dans les Côtes-d’Armor, aux…
Le Finistère à l’honneur des Trophées de l’agro-écologie
Le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation, avec le soutien du Crédit Agricole, organise chaque année les Trophées de l’…
Mettre à profit la biodiversité pour contrôler les ravageurs
La biodiversité est souvent considérée comme une notion abstraite à l’usage des naturalistes. Avec l’avancée des connaissances,…
Trop c’est trop

Alors que l’on nous parle de souveraineté alimentaire et de transmission-installation,force est de constater que la…

Égalité dans les territoires ruraux : mais où sont les femmes !
"Femmes et ruralité : en finir avec les zones blanches de l’égalité", tel est le titre du rapport d’information que vient de…
Prophylaxie bovine : quid de la nouvelle réglementation ?
La loi de santé animale (LSA) fixe les grands principes de prévention et d’éradication des maladies animales et impose pour la…
Publicité