Aller au contenu principal

Trop c’est trop

Marie-Andrée Luherne, présidente de la FDSEA du Morbihan.

Alors que l’on nous parle de souveraineté alimentaire et de transmission-installation,force est de constater que la machine infernale des contraintes est toujours en marche !
Notre administration ne cesse, de sortir de nouvelles contraintes et des objectifs en contradiction avec l’importance de maintenir et développer notre agriculture. Il serait pourtant nécessaire d’installer des jeunes pour garantir demain, nos productions alimentaires, et notre souveraineté alimentaire. Nous, agriculteurs souhaitons prendre part à ces enjeux mais au lieu de nous encourager, les signes donnés ne font que nous décourager. Il est temps de donner un véritable cap à notre agriculture française.
Nous croulons sous les réglementations, l’eau, l’air, le bien-être animal, le fiscal et le social… bientôt sur le climat. Au-delà de ces règles nous subissons des injonctions de plus en plus fortes à tout réduire, sans tenir compte des multiples conséquences sur notre capacité à produire, mais aussi et surtout sur les finances de nos fermes !
Les agriculteurs vivent au cœur de la société et comprennent les attentes citoyennes, d'ailleurs nos pratiques ont toujours évolué pour relever les différents défis auxquels nous avons été confrontés là n'est pas le problème. Le problème réside dans l'empilement, les surtranspositions de normes qui nous asphyxient et nous découragent un peu plus chaque jour car l'objectif n'est pas clairement défini et donne à penser que l'on ne veut toujours plus de nous.
Cette inflation normative nous donne le sentiment aux agricultrices et agriculteurs qu'ils sont pris au piège ! Ils doivent s’adapter. Vite ! le plus souvent sans solution alternative, ce qui conduit à des impasses et au découragement. Il est temps de stopper cette surenchère aux règlementations européennes. La France n’a pas à faire plus blanc que blanc en créant des distorsions au sein même de l’Union.
Le toujours plus de contraintes, sans justification agronomique le plus souvent, n’a qu’une conséquence, décourager les paysans, et les futurs installés. Nous devons au contraire attirer, en étant force de propositions pour que la Bretagne reste une terre d’élevage, forte de son agriculture diverse sur laquelle le tissu agroalimentaire pourvoyeur d’emplois puisse continuer à s’appuyer.
Peu de région ont autant d’atouts que la Bretagne. Nous ne pouvons pas, ne pas croire en l’avenir de notre agriculture. Notre syndicalisme doit œuvrer à son rayonnement, et savoir contester, tout en étant constructif, les demandes mortifères pour les agricultrices et agriculteurs que nous représentons.
Il est plus qu’urgent que le bon sens paysan soit au rendez-vous des demandes qui nous arrivent de toutes parts et qu’enfin nous ayons la vision d’un véritable projet agricole pour préparer l’avenir sereinement, en s’appuyant sur nos compétences et notre professionnalisme, mais aussi notre conscience des évolutions nécessaires. Les Bretons attendent des signes clairs. Ils sont capables de relever ces défis, pour peu que ce projet existe et soit conduit par le bon sens !
Nous croyons toujours en notre agriculture !

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : le ministre présente son plan d'action
Vendredi 19 novembre, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, s'est rendu dans les Côtes-d’Armor, aux…
Le Finistère à l’honneur des Trophées de l’agro-écologie
Le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation, avec le soutien du Crédit Agricole, organise chaque année les Trophées de l’…
Mettre à profit la biodiversité pour contrôler les ravageurs
La biodiversité est souvent considérée comme une notion abstraite à l’usage des naturalistes. Avec l’avancée des connaissances,…
Trop c’est trop

Alors que l’on nous parle de souveraineté alimentaire et de transmission-installation,force est de constater que la…

Égalité dans les territoires ruraux : mais où sont les femmes !
"Femmes et ruralité : en finir avec les zones blanches de l’égalité", tel est le titre du rapport d’information que vient de…
Prophylaxie bovine : quid de la nouvelle réglementation ?
La loi de santé animale (LSA) fixe les grands principes de prévention et d’éradication des maladies animales et impose pour la…
Publicité