Aller au contenu principal

Prophylaxie bovine : quid de la nouvelle réglementation ?

La loi de santé animale (LSA) fixe les grands principes de prévention et d’éradication des maladies animales et impose pour la nouvelle campagne des changements pour la prophylaxie bovine concernant les plans d’analyses de l’IBR et de la BVD. Thierry Le Falher, directeur GDS Bretagne au sein d'Innoval, revient sur les conséquences du décret pour les ateliers lait et allaitants bretons.

Une forte augmentation des analyses IBR sera notamment observée dans les ateliers bovins viande.

La Bretagne jouissait jusqu'ici d'allégements réglementaires au vu de sa situation sanitaire favorable, mais la nouvelle réglementation exige des analyses IBR et BVD plus fréquentes. Le président Thierry Le Falher, précise que si cela impactera dans un premier temps les agriculteurs, c’est aussi le meilleur moyen de finaliser l’éradication de la maladie. Cette nouvelle campagne se déroule du 1er novembre au 30 avril et respectera les "dates anniversaires" des exploitations concernées.

 

IBR : 120 000 analyses prévues

Les élevages seront globalement plus analysés, et une forte augmentation sera observée dans les ateliers bovins viande. Ainsi, si jusqu’ici les analyses étaient effectuées pour 20 % des bovins de plus de 24 mois avec un minimum de 10, dorénavant, pour les élevages indemnes depuis plus de trois ans, soit plus de 90 % des cheptels, les analyses s’effectueront sur au moins 40 bovins de plus de 24 mois. Pour les élevages indemnes depuis moins de trois ​​​​ ​​ans, tous les bovins seront analysés. "Nous estimons que cette nouvelle campagne comptabilisera 120 000 analyses contre 68 000 pour la campagne précédente".

Cette nouvelle campagne se déroule du 1er novembre au 30 avril.

BVD : près de 10 fois plus d'analyses

Du côté de la BVD, alors qu’en 2020/2021, les analyses s’effectuaient sur huit bovins de 24 à 48 mois, la LSA exige le prélèvement de tous les bovins de 24 à 48 mois nés dans le cheptel. À noter, s'il y a moins de 10 bovins de 24 à 48 mois à prélever sur le DAP, le vétérinaire (avec l’aide de l’éleveur) complétera jusqu’à 10 avec des bovins de 6 à 24 mois (bovins nés sur élevage et non vaccinés). Au total 110 000 analyses BVD sont prévues pour cette prochaine campagne (2021/2022) contre 15 000 la dernière.

 

Préparer son rendez-vous

Entre un à deux mois avant la date anniversaire, chaque éleveur reçoit un courrier d’information et de demande de prise de rendez-vous avec son vétérinaire (pour la réalisation de la prophylaxie de l’atelier viande). Une copie du bordereau des bovins devant être analysés (DAP) est jointe. Afin de garantir sécurité et efficacité, Thierry Le Falher  explique "qu’il est important que l’éleveur prépare les informations avant la visite du vétérinaire sanitaire, notamment le remplacement des bovins absents par d’autres animaux de même catégorie, ou noter les bovins vaccinés en BVD pour les retirer des analyses". L’éleveur se doit également de mettre à disposition une contention effective des animaux pour assurer de la qualité des prélèvements et la sécurité de chacun.

Thierry Le Falher, directeur GDS Bretagne au sein d'Innoval.

700 000 euros de budget supplémentaire

La forte augmentation des analyses engendre une hausse du budget de la structure sanitaire GDS Bretagne / Innoval. Thierry Le Falher, rappelle que "les frais d’analyses de sang" sont à la charge du GDS, dans le cadre de la délégation OVS. À noter que les frais de réalisation des prises de sang seront également pris en charge pour les adhérents du GDS. Cette hausse a déjà été prise en compte, il n’y aura pas d’augmentations substantielles des cotisations. "Les assistants techniques sont à la disposition des éleveurs pour des compléments d’informations", précise l’élu.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : le ministre présente son plan d'action
Vendredi 19 novembre, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, s'est rendu dans les Côtes-d’Armor, aux…
Le Finistère à l’honneur des Trophées de l’agro-écologie
Le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation, avec le soutien du Crédit Agricole, organise chaque année les Trophées de l’…
Mettre à profit la biodiversité pour contrôler les ravageurs
La biodiversité est souvent considérée comme une notion abstraite à l’usage des naturalistes. Avec l’avancée des connaissances,…
Trop c’est trop

Alors que l’on nous parle de souveraineté alimentaire et de transmission-installation,force est de constater que la…

Égalité dans les territoires ruraux : mais où sont les femmes !
"Femmes et ruralité : en finir avec les zones blanches de l’égalité", tel est le titre du rapport d’information que vient de…
Prophylaxie bovine : quid de la nouvelle réglementation ?
La loi de santé animale (LSA) fixe les grands principes de prévention et d’éradication des maladies animales et impose pour la…
Publicité