Aller au contenu principal

Égalité dans les territoires ruraux : mais où sont les femmes !

"Femmes et ruralité : en finir avec les zones blanches de l’égalité", tel est le titre du rapport d’information que vient de présenter la délégation aux droits des femmes du Sénat. Après dix mois d’enquête sur la situation des 11 millions de femmes vivant dans ces territoires ruraux, là où demeure 33 % de la population française dans 88 % des communes, le constat est sans appel : celui des vastes zones blanches de non-égalité.

Moins touchées par le chômage en zone rurale, les femmes y occupent pourtant des emplois de "moindre qualité, précaires, à temps partiels ou moins rémunérés".

300 pages, 1 052 témoignages, 30 heures d’audition et 70 propositions. "Cela concerne une femme sur trois en France, c’est un sujet majeur", prévient la Annick Billon, sénatrice. Et c’est à la veille de la journée internationale des femmes rurales, mi-octobre, que la délégation aux droits des femmes du Sénat présidée par cette élue de Vendée, a choisi de rendre son rapport d’information. "Aucune des 181 mesures de l’agenda rural du gouvernement, présenté à l’automne 2019 et qui constitue le socle de la politique gouvernementale en faveur des territoires ruraux ne traite de l’égalité femmes-hommes ni des problématiques spécifiques aux femmes", s’étonne encore la sénatrice de l’Union Centriste. Un constat qui aura amené la délégation à se pencher sur cette question avec un tour d’horizon de la situation des femmes dans les territoires ruraux menant à ce constat édifiant.
Mobilité et articulation des temps de vie, jeunesse et orientation scolaire, emploi et insertion professionnelle, métier d’agricultrice, entrepreneuriat, accès aux soins, lutte contre les violences conjugales et engagement politique, les huit thématiques inventoriées révèlent des fractures territoriales profondes.

 

La mobilité au croisement de tout

"Les difficultés de mobilité sont à l’intersection de tous les sujets touchant les femmes des territoires ruraux tant dans leur vie personnelle que professionnelle", pose au préalable la présidente de la délégation, Annick Billon. C’est un accès plus compliqué à l’emploi, aux services publics, aux soins, aux modes de gardes, aux commerces, aux associations, aux loisirs… En conséquence ? "Un isolement plus grand et le phénomène a été renforcé par la crise sanitaire". Seules 80 % d’entre-elles ont le permis B contre 90 % des hommes en zone rurale. Si les transports en commun, dont 2/3 des passagers sont des passagères, semblent être une solution, "la desserte y est limitée". L’éloignement des services publics renforce l’isolement, la méconnaissance des droits et leurs non-recours. Les difficultés d’accès à Internet ne font qu’accentuer le phénomène : 15 % des territoires ruraux n’ont pas accès à la 4G, 30 % ne sont pas connectés au haut débit… Quant aux services de gardes d’enfants : "les familles disposent de 55 places de gardes (dont 8 en crèche) situées à moins de 15 minutes (pour 100 enfants de moins 3 ans), en zone rurale, contre 64 places dont 26 en crèche en zone urbaine". Des disparités qui s’ajoutent et se renforcent.

Femmes et ruralité 

Jeune, partir ou rester ?

Quant à la jeunesse, "les jeunes filles en milieu rural font face à des injonctions contradictoires, d’un côté partir pour avoir plus d’opportunités, de l’autre rester pour soutenir leur famille et leur territoire", … Si elles le quittent plus souvent pour suivre leurs études ou trouver un emploi, elles n’y reviennent pas, ne trouvant pas les métiers correspondants à leurs qualifications. "Le choix de partir ou rester est fondamental dans le choix de l’orientation scolaire. Seules 52 % des filles visent des études supérieures en zone rurale contre 65 en zone urbaine", déplorent les membres de la commission sénatoriale. La encore, encourager le mentorat et les partenariats, développer des solutions permettant aux jeunes filles de suivre à minima deux années d’études à proximité de leur domicile, accompagner leur mobilité sont au nombre des solutions proposées.

Les territoires ruraux sont des amplificateurs des inégalités.

Territoire rural, amplificateur d’inégalités

"Les territoires ruraux sont des amplificateurs des inégalités, notamment en matière d’emploi", pointera Annick Billon dans cet inventaire des handicaps face à l’égalité. Moins touchées par le chômage en zone rurale, les femmes y occupent des emplois de "moindre qualité, précaires, à temps partiels ou moins rémunérés". Et l’offre y est peu mixte. Ainsi, le bâtiment et l’agriculture, masculins à respectivement 90 % et 70 %, représentent 36 % des emplois des communes rurales contre 21 % en zone urbaine. "Un quart des femmes travaillent dans les secteurs de la santé et du social, contre 11 % en ville, des emplois féminins à 75 %, souvent précaires, peu rémunérés à horaires atypiques", conduisant à des risques accrus de pauvreté que dénonce la délégation des sénateurs-trices. Quant au métier d’agricultrices, si des avancées récentes sont constatées, en revanche "le nombre de femmes à la tête d’une exploitation stagne depuis 10 ans autour de 25 % des exploitations", (lire encadré).

 

Désertification gynécologique

En matière de soins, la présidente de la délégation constate que "la santé des femmes n’est pas une priorité. C’est une désertification gynécologique, 13 départements sont dépourvus de gynécologie médicale. Le nombre de maternités a été divisé par trois en 40 ans et les femmes ont plus difficilement accès aux centres de santé et aux médecins spécialistes". Quant à l’engagement politique, si la loi sur la parité pour les communes de plus de 1 000 habitants a permis un accès des femmes aux responsabilités, "cet accès reste complexe, la proportion de femmes reste faible au sein des petites communes rurales, des intercommunalités, des exécutifs locaux", y compris agricoles.
Au delà des obstacles et de ces freins spécifiques inventoriés, la délégation aux droits des femmes entend aussi faire l’écho des bonnes pratiques, des initiatives locales innovantes qui ne demandent qu’à être dupliquées. Elle émet 70 recommandations pour mieux articuler égalité femmes-hommes et égalité territoriale, à retrouver dans leur intégralité sur les liens ci-contre.

http ://www.senat.fr/commission/femmes/missions/femmes_et_ruralites.htmlhttp ://www.senat.fr/rap/r21-060-1/r21-060-1-syn.pdf

 

Agricultrices : des avancées à poursuivre

Dans son rapport, la délégation aux droits des femmes du Sénat émet sept recommandations pour "poursuivre les avancées sociales en faveur des agricultrices", dont 25 % sont des chefs d’exploitation. Parmi celles-ci, "il convient de lever les freins qui pèsent encore sur l’installation des femmes", a déclaré la présidente de la délégation Annick Billon (Union centriste, Vendée). 56 % des femmes s’installent après 40 ans contre 20 % des hommes. Et de fait, 20 % des DJA sont attribuées à des femmes. Le rapport préconise donc de "réfléchir aux moyens, notamment financiers" pour soutenir les nouveaux installés trop âgés pour obtenir la DJA. Les sénateurs recommandent également d’"adapter l’offre du service de remplacement aux contraintes spécifiques du métier d’agricultrice" - contraintes qui exigent par exemple d’avoir du personnel mobilisable pour travailler en horaires décalés, effectuer des taches ponctuelles urgentes et remplacer sur des périodes longues prévues en amont. Enfin, la délégation invite à établir des quotas de femmes dans "les instances de gouvernance agricole", (chambres d'agriculture et syndicats professionnels, NDLR) et d’envisager de tels quotas "dans les conseils d’administration des coopératives et des interprofessions", pour faire bouger la représentation des femmes.  / Claire Le Clève et Agra

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : le ministre présente son plan d'action
Vendredi 19 novembre, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, s'est rendu dans les Côtes-d’Armor, aux…
Le Finistère à l’honneur des Trophées de l’agro-écologie
Le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation, avec le soutien du Crédit Agricole, organise chaque année les Trophées de l’…
Mettre à profit la biodiversité pour contrôler les ravageurs
La biodiversité est souvent considérée comme une notion abstraite à l’usage des naturalistes. Avec l’avancée des connaissances,…
Trop c’est trop

Alors que l’on nous parle de souveraineté alimentaire et de transmission-installation,force est de constater que la…

Égalité dans les territoires ruraux : mais où sont les femmes !
"Femmes et ruralité : en finir avec les zones blanches de l’égalité", tel est le titre du rapport d’information que vient de…
Prophylaxie bovine : quid de la nouvelle réglementation ?
La loi de santé animale (LSA) fixe les grands principes de prévention et d’éradication des maladies animales et impose pour la…
Publicité