Aller au contenu principal
Font Size

Algues vertes
Comprendre pour lieux lutter

Même si le département d'Ille et Vilaine n'est pas en première ligne dans la lutte contre les marées vertes, l'association Farre et la section environnement de la FDSEA ont souhaité en savoir plus sur les échouages d'algues et sur les mesures concernant les agriculteurs.

Sylvain Ballu, du Céva.
Sylvain Ballu, du Céva.
© Cécile Julien
On parle beaucoup d'algues vertes dans les Côtes d'Armor et le Finistère. Pourtant, rien ne garantit que, d'une part, les côtes d'Ille et Vilaine ne seront jamais touchées et que, d'autre part, la réglementation dans les bassins versants algues vertes ne s'appliquera pas à tous les agriculteurs. Pour s'en informer, les adhérents du réseau Farre et de la section environnement de la FDSEA se sont réunis le 17 janvier. "Il faut arrêter de croire que seule la Bretagne est concernée par ce phénomène, précise Sylvain Ballu, du Céva. D'autres régions françaises, d'autres pays voient aussi se répéter ce phénomène de développement massif d'algues, dans des baies peu profondes et richement approvisionnés en éléments nutritifs". En Ille et Vilaine, quelques secteurs de la Rance sont concernés par ces phénomènes algaux. De même dans la Baie du Mont Saint Michel, des échouages peuvent se produire certaines années.
Depuis 2002, le Centre d'études et de valorisation des algues suit les échouages d'algues vertes. Depuis 2 ans, il note une réduction des quantités, notable l'été dernier. 2011 a même été l'année la moins chargée, avec 55% d'algues en moins que la moyenne pluriannuelle.

Réduire les flux de nitrates
Les impacts de ces marées vertes sont de plusieurs ordres. Ils sont déjà médiatiques, avec toutes les conséquences que cela peut avoir sur l'image de la région et de ses produits. Il y a également le coût du ramassage et de l'élimination des algues, en plus des impacts écologiques et sanitaires.
En début de saison, les échouages sont liés aux quantités d'algues, en stock de l'année précédente. Alors qu'en 2e partie de saison, ce sont les flux de nutriments, dont les nitrates, qui semblent être les paramètres les plus influents.
Pour prévenir ces marées vertes, les agriculteurs sont en première ligne, car les fuites d'azote restent un facteur aggravant. "Pour limiter efficacement ces phénomènes, il faudrait réduire de 1 à 2 tiers les taux de nitrates dans l'eau, estime Sylvain Ballu. L'optimisation de la fertilisation ne suffit pas, il faut agir sur les pratiques et sur les systèmes". C'est ce qui est proposé dans les contrats de baies, comme celui de Saint Brieuc. "Pour l'instant, on est dans de l'incitatif, témoigne Yves-Marie Baudet, agriculteur sur ce bassin versant. Tout débute avec un diagnostic d'exploitation puis une proposition d'évolutions des pratiques". Si les agriculteurs ne s'opposent pas à ces contrats de territoire, ils exigent de voir préservée la rentabilité de leur exploitation, par un accompagnement technique et financier.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
MAEC non reconduites, revenu amputé pour 60 éleveurs bretons
Ils sont 60 en Bretagne à faire les frais de la non reconduction de la MAEC(1) SP3 M, type maintien, de la région Bretagne. 60 c’…
EGAlim : l'effet papillon de la loi Agriculture et Alimentation
La première année d’application de la loi découlant des États généraux de l'alimentation aura bouleversé le paysage des produits…
Un Clap d'or pour le lycée Pommerit

Cinq élèves de 1re en bac professionnel Agroéquipement du lycée Pommerit dans les Côtes d'Armor ont décroché un 1…

Publicité