Aller au contenu principal

Essuyer les plâtres à la place des éleveurs

Salarié sur l’élevage de Trévarez depuis 34 ans, Denis Solliec a participé à bon nombre des essais qui ont marqué la station expérimentale laitière.

Salarié à la ferme de Trévarez depuis 1987, Denis Solliec se charge de l’alimentation des laitières.

"Je suis arrivé à Trévarez en avril 1987", se souvient Denis Solliec. Avec 34 ans au compteur, le technicien d’élevage est un témoin privilégié de l’évolution de la station. "À l’époque, il y avait 75 laitières". Sur cette ferme "presque comme les autres", comme aime à le rappeler Pascal Le Coeur, le responsable de la station, les salariés doivent, bien évidemment, traire les vaches, élever les veaux et les génisses, faire les foins ou l’ensilage… Mais pas que ! "On pèse aussi tout ce qui est donné à manger aux animaux, indique Denis Solliec. Une fois le silo ouvert, on réalise une analyse de matière sèche par semaine, on pèse les vaches une fois par mois, les génisses régulièrement…". Car, si ce sont les ingénieurs d’études de la chambre d’agriculture qui mettent en place les essais, ce sont les techniciens qui les suivent au jour le jour, effectuent les pesées ou les relevés, remplissent les tableaux Excel …

Mettre au point le lait yaourt
Et eux aussi font avancer la recherche quand, comme en 2002, ils cherchent une solution pour alléger le travail autour des veaux. "Les vêlages étaient groupés, les effectifs conséquents. On ne voulait plus leur donner à boire deux fois par jour". La station commence par tester le lait mixte, lait entier et poudre, distribué une fois par jour. Puis s’intéresse au lait yaourt. "C’était très innovant, on a tâtonné un moment". Et ce sont les techniciens qui trouvent les astuces. Un lait trop acide en été ? "On ne gardait plus qu’un fond de cuve de 2 l au lieu de 10". Un yaourt qui ne se "fait" pas en hiver ? "On a installé le taxi lait dans un local fermé, avec un chauffage d’appoint".

Traire une fois par jour
Les essais donnent parfois lieu à quelques surprises… "On s’est rendus compte qu’on ne gagnait pas plus à distribuer 1,4 t de concentrés par vache que 600 kg. Par contre, descendre à 300 kg s’est révélé un peu juste, en fonction de la période de lactation". Et peuvent marquer les techniciens, comme l’essai sur la monotraite, démarré à Trévarez à une époque où personne n’en avait entendu parler. "On a commencé en hiver, avec certaines vaches en début de lactation, qui perdaient leur lait dans les logettes". Tout est rentré dans l’ordre à l’essai suivant, mis en place sur des vêlages de printemps, avec des animaux en pâture.
Mais la palme revient sans nul doute au PSH, le parc stabilisé d’hivernage, une idée repérée en Irlande pour se passer de bâtiment. Démarré en février, l’essai tourne vite court, la neige s’invitant à Trévarez dès le lendemain. "Puis un lot a passé un hiver entier dehors, indique Denis Solliec, qui se souvient surtout de "la galère" du nettoyage des mamelles à la traite. "Ce n’est pas un système adapté à notre climat, où il pleut tout le temps. Mais la station est là pour tester, pour essuyer les plâtres à la place des éleveurs".
 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité