Aller au contenu principal

Faire face à la crise sans perdre de vue les fondamentaux

André Sergent, président de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne

Vers la fracture alimentaire ou le "bien manger pour tous" ? Vers une alimentation mondialisée ou plus territorialisée ? Vers une Europe agricole et alimentaire plus solidaire, plus souveraine à l’échelle du continent, ou vers une renationalisation de ses agricultures ? Que met chacun dans la notion et l’enjeu de souveraineté ?
Vers des relais de croissance européens ou vers les pays tiers - tel la Chine - pour notre agriculture régionale ?
Ces questions suggérées dans cette édition 2021 d'ABC, nourrissent la nécessité d’une réflexion collective, sur le temps long, malgré l’intensité de la crise. Une réflexion affranchie d’excès d’idéologie, de certitudes ou d’idées reçues, exigeante sur la recherche de cohérence.
Tous les maillons des filières alimentaires se sont adaptés et continuent de tenir après plus d’un an de crise sanitaire mondiale. Certains maillons sont plus usés et fragiles que d’autres. Or une chaine craque toujours par son maillon le plus fragile. Les inquiétudes partagées sur le renouvellement des actifs dans toutes les filières en constituent une alerte qui ne supporte aucune ambiguïté.
La RHD qui avait progressé de 30 % de 2014 à 2019 et qui représente 25 % de la consommation française en valeur s’est retrouvée hors service du jour au lendemain. Face à ce chamboulement, la chaine alimentaire a réalisé de véritables prouesses grâce à sa reactivité logistique et sa gestion des ressources humaines. Il faudrait parler plus souvent de ces trains qui arrivent à l’heure.
Cette capacité de résilience résistera-t-elle quand les mesures de soutien aux entreprises et le pouvoir d’achat diminueront ? Quand les fins de mois commencent le 15 du mois pour de plus en plus de consommateurs, la guerre des prix refait (grande) surface et les intentions des EGALIM s’évaporent au lieu de ruisseler
La chaine alimentaire a beau tenir, elle est en permanence confrontée aux clivages politiques de plus en plus exacerbés entre l’économique, l’environnemental et le sociétal. Le gouvernement a proposé un plan de relance reposant sur compétitivité et environnement, souveraineté alimentaire et transition climatique. Une relance qui pourrait être fragilisée par les lourdeurs institutionnelles de l’Union, une certaine fébrilité européenne sur fond d’intérêts économiques divergents et une stratégie européenne "de la terre à la table" plus environnementale qu’alimentaire. Selon une étude du Ministère de l’agriculture américain, cette stratégie pourrait amputer 12 % de la production européenne
Ce printemps, la France élabore et finalise son plan stratégique national (PSN). La Bretagne qui contribue fortement à la souveraineté alimentaire du pays, qui irrigue de ses emplois les territoires, est un atout pour l’économie française. Elle est engagée dans la recherche d’une économie plus décarbonée. Cette ambition doit être au service du
"bien manger et bien vivre pour tous", pas l’inverse. Puissent les travaux de cette édition d'ABC nourrir les réflexions prospectives de tous les acteurs économiques et politiques et le dialogue social en Bretagne.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
Publicité