Aller au contenu principal

Confédération paysanne : une PAC plus juste !

Mardi 13 avril 2021, environ 150 paysans venus de Bretagne, Normandie et Pays de la Loire, se sont rassemblés devant la préfecture de région, à Rennes. Une action menée en réponse à l’appel de la Confédération paysanne qui, à l’occasion d’une semaine d’actions au niveau national, réclame une politique agricole commune (PAC) "plus équitable".

Les portes paroles de la Confédération paysanne national, et des régions de Bretagne, Pays de Loire et Normandie se sont réunis le 13 avril devant la préfecture de Rennes, où une centaines de bottes, symbole d'une agriculture génératrice d'emplois, ont été déposées.

Alors que les discussions concernant le plan stratégique national (PSN) de la PAC sont en cours, la Confédération paysanne, a organisé dans plusieurs villes de France, des manifestations pour "faire entendre la voix des petits paysans (…) les oubliés de la PAC" et exposer leur vision d’une PAC plus juste. Ainsi, à Lyon, Dijon, Strasbourg, Toulouse, Tours et bien sûr Rennes, les membres de la Confédération paysanne, se sont réunis et sont allés à la rencontre des préfets de région. Car pour eux, "il faut un tournant pour la PAC, et notamment dans son architecture sociale, si l’on veut servir l’enjeu des paysans nombreux", explique Nicolas Girod, porte-parole national et agriculteur dans le Jura.

 

Un symbole

Une centaine de bottes a été déposée devant les grilles de la préfecture. "Ces bottes, on veut, on peut les remplir", clame Nicolas Girod. Mais pour cela, "il nous faut des actes politiques (…), or les forces de l’immobilisme sont à l’œuvre, et s’accrochent à une distribution de la PAC ni efficace ni écologique", ajoute-t-il. Pour redynamiser l’emploi en agriculture, la Confédération avance trois principaux leviers. Le maintien du paiement redistributif sur les 52 premiers hectares, la dégressivité et le plafonnement des aides à 45 000 €, (actuellement envisagé à 100 000 €) et enfin, une aide forfaitaire aux petites exploitations. "Une aide qui existe déjà dans d’autres pays, et que nous aimerions voir appliquée en France", ajoute Jean-Marc Thomas, de la Confédération paysanne Bretagne. "En somme, il faut réorienter le modèle", conclut le porte-parole national. "Car on n’a plus le temps de se manquer".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité