Aller au contenu principal

Des formations au plus proche de vos besoins

Rejoignez les 7 500 stagiaires bretons qui en 2020 ont participé aux sessions de formation des chambres d’agriculture de Bretagne. 67 nouvelles formations parmi les 700 formations proposées près de chez vous, consultez notre catalogue 2021/2022 et inscrivez-vous ! Retrouvez ici des témoignages de participants.

Le catalogue est classé par rubriques et par thèmes, pratique pour sélectionner les formations qui répondent à vos besoins.

Des nouveautés issues des besoins collectés sur le terrain

Mettre en place le pâturage hivernal, adapter ses bâtiments au changement climatique, être acteur du bien-être en production porcine, maîtriser les fondamentaux de l’élevage de poulets de chair en circuits courts, gérer ses enregistrements ferti/phyto avec MesParcelles, entretenir les berges et les cours d’eau, être à l’aise pour communiquer sur son métier, autant de sujets répondants aux attentes du terrain.

Comment s’inscrire ? 
En ligne, en vous connectant sur le site www.formation-agriculteurs.com, également par téléphone (contacts sur le calendrier). Consultez le calendrier offert dans votre édition de Terra et inscrivez-vous !

 

Témoignages :

Dominique Gautier, éleveuse de porc, SCEA de Kermerrien à Trévérec (22)

formations

Tout d’abord il est important de préciser que je suis fille et petite-fille d’éleveur de porc, mes grands-parents se sont installés dans les années 30, ils vivaient sur leurs exploitations. Mes parents ont repris l’exploitation dans les années 60 et se sont orientés principalement vers la production porcine, avec une approche innovante. Nous avons repris le flambeau dans les années 90 en continuant sur la lancée de l’innovation et sur une recherche constante de l’amélioration de l’exploitation.
Nous évoluons au sein d’un groupe d’agriculteurs mis en place par la chambre en 2007, nous y sommes assidus et fidèles. Notre attachement à ce groupe est certes lié aux bonnes relations entre nous mais également à la qualité des échanges, cela nous permet de comparer des critères techniques, de voir si on est dans les cordes. Nous effectuons deux à trois formations par an auprès de la chambre d’agriculture, formations initiées par le groupe et mises en place par la chambre.
Les besoins sont liés à l’actualité, aux projets à longs termes pour l’exploitation, à notre sensibilité également. Par exemple, personnellement je suis sensible à l’homéopathie, donc pour l’élevage, je me suis dit pourquoi pas, et j’ai suivi la formation à la chambre. Autre exemple, lié au projet pour notre exploitation, le bien-être animal, nous allons donc chercher une formation dans ce sens, l’objectif étant de conjuguer bien-être et équilibre économique. Nous avons reçu un outil en bon état, que l’on a structuré et organisé, le groupe, les échanges, les formations nous permettent de construire nos projets sur le long terme avec un maximum d’informations, de nourrir nos réflexions et d’avancer plus sûrement.
Les points forts des formations chambre, ce sont les animateurs et intervenants qui sont très bons, lorsque l’on pose une question, soit ils ont l’information soit ils vont la chercher. Les interlocuteurs sont neutres, cela donne du crédit à leurs conseils, la neutralité est un atout essentiel pour la crédibilité. En résumé il y a un réservoir de compétences qui allié à la neutralité, donne de la force au conseil.
Une bonne formation c’est tout d’abord de l’opérationnel, des trucs, des astuces. Quand on sort d’une formation se dire on va essayer ça ou encore un début d’idée qui amènera à une grosse décision derrière. On prend aussi de l’information pour pouvoir négocier avec les partenaires de l’exploitation.
Pour conclure, ce que je retiens c’est la richesse des échanges en formation, techniques et humains, on ne peut pas se permettre de rester sur nos acquis dans l’agriculture actuelle, le groupe nous permet de nourrir nos réflexions, nos projets. On voit comment nos collègues avancent, on bénéficie de leurs essais et eux des nôtres, on compare nos chiffres, nos points de vues.

 

Bertrand Paviot, éleveur laitier, Saint-Gilles (35) : Cela fait une coupure dans notre quotidien, c’est appréciable !

formations

Je suis installé sur une exploitation de 58 ha, 50 vaches, et 50 génisses.
Quand je me suis installé, je n’étais pas du métier, bien qu’ayant fait mes études au lycée du Rheu dans le domaine agricole, professionnellement je m’étais éloigné un peu du milieu, j’ai donc été bien conseillé par la chambre à l’installation, conseils dont j’avais vraiment besoin. On m’avait conseillé de suivre un maximum de formations pour enrichir mes pratiques, et j’ai toujours suivi ce conseil.
Mes besoins en formation depuis un an et demi, avec la baisse des prix du lait, on est revenu sur l’économique, sur les fondamentaux, à savoir les bases de la gestion de l’exploitation. Ce sont en général des formations techniques sur les aspects technico-financiers, le coût de l’alimentation… Actuellement je m’intéresse également à la méthanisation, pour découvrir dans un premier temps.
Le travail en groupe pendant les formations m’apporte des échanges très riches et utiles. Se rendre compte que l’on n’est pas seul, que les autres exploitations ont également des problématiques parfois identiques, parfois différentes. Cela fait une coupure dans notre quotidien, c’est appréciable !
En général on a toujours des intervenants de qualité, les fermes d’expérimentations comme Trévarez sont également des outils très intéressants. J’ai mis des actions en place suite aux formations, notamment en terme de conduite stratégique de l’exploitation, les fondamentaux à l’installation, savoir-faire avec ce que l’on a notamment.
Pour conclure, Il ne faut pas rester seul, surtout ne pas s’enfermer dans son travail.

 

Christiane Michard, éleveuse de vaches Highlands, Rohan (56) : Je mets en place des actions qui sont le fruit de ce que j’apprends en formation

formations

Je suis éleveuse de vaches Highlands depuis 2008, je suis passée de la vache laitière à la viande via cette race. Une cinquantaine de bovins composent mon élevage, c’est une race rustique originaire d’Écosse, avec des techniques d’élevage propre à la race, entre autre un moment primordial le sevrage à huit mois, mais aussi l’utilisation d’une brosse dans la relation de proximité avec l’animal. Mon activité va de la naissance à la commercialisation, en passant par l’abattage.
Ma relation avec les chambres d’agriculture de Bretagne tourne principalement autour de la formation, j’ai toujours cherché à me former, à faire des remises à niveau. Donc à réception du catalogue, je sélectionne ce qui m’intéresse tout en sachant que mon activité d’élevage est spécifique de par la race et la méthode. Pour le choix des formations, je prends tout ce qui peut m’intéresser pour mon élevage, ce que je ressens comme besoin sur le terrain, mais également la qualité de l’intervenant, il est très important que les intervenants aient une connaissance du terrain.
Pendant la formation, les échanges sont riches avec le groupe, on en tire toujours quelque chose, il y a toujours quelque chose à prendre, au-delà de la particularité de mon activité, il existe un tronc commun important sur la conduite d’élevage. De plus, pour les particularités propres à chacun et chacune des participants les intervenants répondent de façon spécifiques aux questions posées. On se nourrit donc des questions des autres, on s’interroge sur nos pratiques, cela nous amène à nous poser des questions, que l’on ne se serait jamais posé ! Les éleveurs de bovins quel que soit leurs cursus se retrouvent avec les mêmes problèmes, nous sommes par exemple tributaires des cours de la viande, cela nous permet de nous comprendre et d’échanger.
Pour conclure, les points forts des formations chambre, c'est pour moi la qualité des intervenants, le programme détaillé nous permettant de nous positionner, le fait que cela rentre dans le cadre de Vivéa pour le financement, l’organisation de session sur plusieurs départements qui nous permet d’avoir des possibilités de dates différentes. Je mets en place des actions qui sont le fruit de ce que j’y apprends, mais également des échanges entre participants pendant les sessions.

 

Quelques repères

- La durée d’une formation ? Une journée pour la majorité.
- La distance ? A proximité grâce à nos 27 antennes en Bretagne.
- Le coût ? De 0 à 15 € de l’heure (sous réserve des priorités et conditions de prise en charge des fonds de formation).
- Les aides ? Une aide au remplacement et un crédit d’impôts sont possibles, demandez nous !
- Et pour les salariés agricoles ? Votre employeur cotise à un fonds de formation (OCAPIAT) qui prend en charge vos participations à nos formations. Votre employeur adresse la demande de  remboursement avant la formation.
- Les formateurs ? Des intervenants ou des conseillers spécialisés.
- Les gains pour vous ? Des techniques, des échanges, de la pratique, de l’information spécifique à votre activité, des réponses personnalisées, et puis le temps de quelques heures…un peu de recul ! Se former ce n’est que du bénéfice !

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Monotraite : Serge Hochet ne reviendrait pas en arrière
Dans le cadre des rendez-vous techniques bio, des éleveurs de la région témoignent de leur expérience. À l’EARL des Genêts, à…
Bien-être en poulet de chair, l’équation impossible ?
Danger ou opportunité ? La question du bien-être est au coeur des préoccupations de la filière avicole. Quelles évolutions et…
Christiane Lambert
"Les citoyens passent des commandes et les consommateurs ne sont pas au rendez-vous"
La présidente de la FNSEA était la semaine passée au Space. Alors que cette semaine du 21 au 23 septembre avait lieu à Niort dans…
La PAC peut-elle faire de l'UE un leader mondial de la durabilité ?
Pierre Bascou, un des penseurs de la PAC, était mercredi dernier au Space à l'invitation de la Maison de l'Europe. L'occasion…
"Agir en collectif" : le CRP Bretagne rappelle sa priorité
La signature par le ministre de l'Agriculture de la reconnaissance de l'AOP Porc Grand Ouest permet à la filière de franchir une…
"Un demandeur d’emploi sur deux change de branche d’activité"
Pôle emploi Bretagne et l’Anefa (Association nationale emploi formation en agriculture) organisent, aux côtés de leurs…
Publicité