Aller au contenu principal

L’AOP, une reconnaissance du travail effectué par les producteurs

  Installé sur 8 ha de vergers en 2000 à Elliant, Christian Toullec a misé sur l’AOP Cornouaille pour lancer son activité de cidrier et trouver des débouchés pour ses produits.  

Ingénieur agronome, Christian Toullec a d’abord été salarié pendant une dizaine d’années avant de s’installer en agriculture, en 2000. "J’ai racheté 8 ha de vergers, plantés en 1989-1990. Puis j’ai créé un atelier de transformation, mis au point mes cidres, cherché des débouchés pour mes produits…". Une nouvelle étape est franchie en 2009, quand l’exploitation se convertit à l’agriculture biologique. Et aujourd’hui, la cidrerie Melenig produit, bon an mal an, 40 000 bouteilles de cidre, 10 000 de jus de pomme, 1 500 de pommeau et 500 de lambig, commercialisées en quantités égales en vente directe, auprès des restaurateurs et crêperies, ou en magasins.

"Ces dernières années, mes ventes de jus de pomme se sont bien développées, constate Christian Toullec. La clientèle des magasins bio aime bien ce produit". Pour autant, pas question de travailler différemment. "Je n’ai pas planté de nouvelles variétés : j’utilise des pommes à cidre, plutôt douces et acidulées, pour un jus original, qui me permet de me démarquer".

Un signe de qualité reconnu

Le cidre, lui, se décline en trois produits. "A côté du cidre AOP, demi-sec, j’élabore aussi un cidre fermier brut, pour proposer une gamme plus complète". Mais le cidre Cornouaille AOP, appellation d’origine protégée, est vraiment son coeur de métier, ce qui l’a motivé à s’installer. "C’est un signe de qualité connu dans le monde du vin et du fromage, explique Christian Toullec. Un peu moins pour le cidre, sans doute". A ce jour, l’AOP regroupe sept cidreries et 28 producteurs de pommes, situés dans le sud du Finistère, à moins de 20 km de la côte, dans la vallée de l’Aulne et la presqu’île de Crozon. "Les volumes sont stables. Les contraintes techniques, comme la prise de mousse naturelle en bouteille, font que certains hésitent à franchir le pas. Et les contraintes administratives peuvent aussi en freiner quelques-uns".

Un travail collectif

Pourtant, le créneau est porteur. "Depuis 2-3 ans, on constate un engouement pour le cidre de qualité, un peu partout en France, constate le producteur. Et l’AOP a une carte à jouer". De plus, il fédère les producteurs, qui communiquent ensemble, font vivre la Route du cidre en Cornouaille, participent collectivement à des animations… "Nous voulons faire reconnaître la tradition du cidre dans ce territoire". Et l’intérêt croissant pour cette boisson confère un dynamisme à la production, qui a un bel avenir. "Les pionniers arrivent aujourd’hui à la retraite. L’AOP accompagne les jeunes qui se lancent et leur offre un outil de promotion de leurs produits et une belle reconnaissance de leur travail. Résultat : les exploitations sont reprises et développées par les enfants ou des tiers, l’âge moyen des producteurs rajeunit".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Publicité