Aller au contenu principal

Le combat sur les prix un combat quotidien plus que jamais d'actualité

Marie-Andrée Luherne, présidente de la FDSEA du Morbihan.

Des producteurs qui vivent dignement de leur métier, qui en vivent, et qui le vivent bien, tel est l’objectif prioritaire de l’action des responsables de la FDSEA. La Loi EGAlim nous a laissé espérer que cela serait possible, que les coûts de production, le travail, seraient intégrés aux coûts de revient et donc au prix de vente. Cette loi existe depuis plus d’un an, et nous ne pouvons faire qu’un seul constat : elle n’est pas ou trop peu mise en œuvre. Son effet sur les prix est faible voire inexistant. Cette loi ambitionne la "montée en gamme" de nos produits. Toutes les filières s’y sont mises, pour assurer aux consommateurs des produits toujours plus "qualitatifs". Nous producteurs, avons fait notre part du contrat ... maintenant nous attendons la contre-partie c’est à dire plus de prix !
En cette période de négociations commerciales, la mobilisation de notre réseau continue d'être nécessaire pour ramener un peu de transparence et de vérité. Les responsabilités sont forcément partagées entre l’amont et l’aval, entre la transformation et la distribution ! mais les victimes sont elles toujours les mêmes : les agricultrices et les agriculteurs !
En Morbihan, à notre demande, Monsieur le préfet a rassemblé les distributeurs, les transformateurs, les services de l’Etat et les parlementaires, avec bien sûr la FDSEA et les JA. Cette rencontre, a permis dans un esprit constructif d’identifier les manquements et les défaillances de la loi EGAlim : des MDD non concernées, des pénalités logistiques importantes pouvant être assimilées à des marges arrières, le manque de transparence entre les différents acteurs sur les prix et pour beaucoup de filières, la non utilisation d’indicateurs de coût de revient pour établir les contrats…
Nous avons réalisé des affichages le long des routes afin de dénoncer cette politique permanente des prix bas. La FNPL a lancé à Paris une action
"micro-trottoir" pour aller demander aux consommateurs s’ils acceptaient une hausse des produits laitiers, un consommateur, trop souvent "utilisé" comme alibi pour justifier la non revalorisation des prix.
Suite à toutes ces actions et bien d'autres, la semaine passée le Président Macron a laissé entendre qu'il serait favorable à la réécriture de la loi LME qui permettrait de sortir de l'impasse de la loi égalim et enfin répondre à l'attente des producteurs d'un revenu plus juste. 
Pendant toutes ces années et particulièrement en 2020 nous avons travaillé sans relâche pour nourrir nos concitoyens. Les marchés doivent nous apporter des prix rémunérateurs. La loi EGAlim doit être le levier qui permette de cadrer les négociations commerciales, et d'assurer enfin un revenu décent aux agriculteurs. 
Il en va de l’avenir de l’agriculture, de notre avenir, de celui de l'autonomie et de la souveraineté alimentaire de notre pays et donc du renouvellement des générations.
L’agriculture de demain s’écrit chaque jour et la FDSEA entend bien continuer à participer à cette écriture !

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Bale grazing, une autre façon de nourrir dehors les animaux en hiver
Inspiré de techniques néo-zélandaises, le bale grazing consiste à disposer de l’ensilage ou du foin dans une parcelle, qui…
Mon vœu pour 2022

"Adieu veau, vache, cochon, couvée", c’est ainsi que pourrait se résumer le bilan de l’année qui s’achève. Les…

Agriculture, quelles stratégies bas carbone ?
Mobiliser les acteurs du territoires sur la diminution de leur empreinte en matière de GES, gaz à effet de serre. C’est tout l’…
Les zones d’ombre des nouveaux textes sur les ZNT
Le ministère de l’Agriculture a mis en consultation le 21 décembre deux textes réglementaires sur les zones de non-traitement (…
"La contractualisation doit participer à la juste rémunération"
Jean-François Guihard vient d'être élu à la présidence d'Interbev, l’interprofession bétail et viandes. Cet artisan-boucher de…
Des actes concrets et immédiats

La crise s’installe dans nos fermes. Elle ronge les fondations du dynamisme de notre Bretagne qui doit tant au secteur…

Publicité