Aller au contenu principal

Le désherbage mécanique se prépare dès le semis

Face à la complexité croissante du désherbage du maïs et à son coût, le binage du maïs trouve de plus en plus d’adeptes. Culture d’été à grands écartements, c’est la culture par excellence pour s’apprendre au désherbage mécanique.

La bineuse, un outil parfaitement adapté aux cultures à grands écartements.

Le maïs, une culture adaptée au désherbage mécanique

S’il est vrai que le désherbage mécanique intégral demande une technicité très pointue et une approche globale de la maîtrise des mauvaises herbes par les rotations et la gestion des intercultures, on observe de plus en plus de programmes de désherbages associant pour partie le désherbage chimique et le désherbage mécanique.
Le binage, en particulier, intervient dans le programme de désherbage comme un rattrapage après un premier traitement chimique réalisé en prélevée ou en post-levée. Ces programmes permettent des résultats aussi satisfaisants que le tout chimique moyennant quelques précautions :
- Le résultat du binage sera d’autant meilleur que les premières interventions sont réussies,
- Un maïs en bonnes conditions poussantes recouvrira vite les rangs et évitera au final un resalissement de la parcelle. Dans le cas contraire il ne faut pas hésiter à réaliser un deuxième passage de bineuse,
- Hélas, on ne sait pas encore biner le liseron.

 

Associer les outils pour aller vers du tout mécanique

Trois autres outils, la herse étrille, la houe rotative et la rotoétrille, apportent une efficacité complémentaire au fonctionnement des bineuses. Ces trois outils travaillent sur la largeur totale de la parcelle, y compris sur le rang de la culture. Cependant ils ne seront efficaces que sur des adventices très jeunes et si possible au simple stade de la germination. Les conditions idéales de passage se situent avant la levée du maïs, 5 à 8 jours après la date de semis, en fonction de la température du sol et de la dynamique de levée. La période d'intervention est donc très courte et le réglage (de la herse étrille en particulier) peut s’avérer très délicat : il faut trouver un juste milieu pour détruire les adventices et respecter la culture.

 

Un désherbage mécanique se prépare dès le semis

Les conditions de réussite d’un désherbage mécanique (quel que soit l’outil) sont déterminées par la qualité de la préparation du sol et du semis :
- Vérifier scrupuleusement le centrage de l’attelage du semoir et l’écartement entre les rangs au niveau de la pose de la graine (des écarts jusqu’à 5 cm sont fréquemment observés) : c’est une nécessité pour pouvoir régler ensuite la position des socs de la bineuse au plus près des rangs de maïs,
- Un lit de semence suffisamment fin pour s’assurer d’une levée groupée des mauvaises herbes et ne pas intervenir trop souvent,
- Un sol avec le moins de reliefs possible (traces de roues du semoir effacés, sillons de semis peu marqués, absence de bourrelets entre les passages de herse, …),
- Semis un peu plus profond et un peu plus dense, en particulier si on envisage un passage de herse étrille,
- Absence de résidus en grossiers en surface : les outils de désherbage mécanique ne supportent pas les résidus végétaux grossiers en surface (couverts végétaux ou pelisses de prairie non enfouis),
- Patienter pour le semis en attendant une période qui garantira le passage des outils précoces.

Désherbage du maïs
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
Publicité