Aller au contenu principal

Négociations commerciales : Les producteurs restent sur leur faim

Après des semaines de mobilisation les producteurs attendaient des progrès dans la position des acheteurs lors des négociations commerciales qui devaient se terminer au 1er mars. Ils risquent de rester sur leur faim. En Ille et vilaine une table ronde organisée par la préfecture à la demande de la FDSEA et des JA, a surtout fait le constat de désaccords persistants. Les producteurs n'ont toutefois pas envie de se laisser "abattre" et vont continuer à se mobiliser dans les jours à venir.

© Pixabay

"Désapointés", les responsables syndicaux cherchent un peu leurs mots pour décrire leur déception à l'issue de la table ronde qui les rassemblait avec des représentants de la grande distribution, de la transformation, et de l'administration en préfecture ce mardi. Même s'ils n'avaient "pas de doute sur l'issue de cette réunion", ils espéraient quand même un peu plus de concrêt de la part de leurs "partenaires commerciaux". "Ces gens là nous comprennent mais ils ne font rien derrière".

 

Prendre en compte les coûts de production

Face aux revendications des producteurs, d'une prise en compte des coûts de production notamment face à la flambée des cours des matières premières, d'un élargissement des Egalim jusqu'aux MDD, et l'encadrement des pratiques commerciales notamment des pénalités logistiques qui s'apparentent de plus en plus à des marges arrières, les représentants de la grande distribution n'ont  pris aucun engagement. "Ce n'est pas devant 20 personnes que les gens se dévoilent", regrettent Jimmy Guerin et Cédric Henry. 
Pour autant, ils notent que certaines filières ont un peu mieux réussi à tirer leur épingle du jeu, principalement le lait, les filières viandes et notamment viande bovine restant en grande difficulté. Ils imaginent en fait deux façon de sortir de cette situation. D'une part "continuer à aller au bout du développement de la loi", pour que "les discours se traduisent dans les faits". Ils ont par exemple l'intention de rencontrer Serge Papin lorsqu'il viendra en Bretagne. D'un autre côté, ils n'envisagent pas de faire redescendre la pression sur la grande disctribution, que le premier mars soit passé ou pas. "La mobilisation va continuer", précisent-ils par exemple en demandant à toutes les grandes surfaces qui vendraient du lait en dessous de 0,74 € TTC par litre de le retirer des rayons puisqu'il ne couvre pas les coûts de production de chaque maillon de la filière. Le mot d'ordre reste de maintenir la pression pour se rapprocher de "la prise en compte des coûts de production" prévus par la loi, "sortir de la gueguerre destructrice de valeur" entre acteurs de la filière et de la distribution qui amènera seulement à l'arrêt d'un certain nombre de producteurs. "La situation actuelle est déjà un mauvais signal pour les producteurs en place et pour les jeunes qui arrivent dans le métier", souligne le président des Jeunes agriculteurs.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité