Aller au contenu principal

Notre souveraineté alimentaire : un paradoxe français

Didier Lucas, président de la chambre d’agriculture des Côtes d’Armor.

La souveraineté alimentaire est devenue depuis la crise sanitaire, un idéal à reconquérir. Seulement, certains constats pourraient tempérer cet élan vers plus de souveraineté. Tout d'abord un contexte économique instable, couplé à une pression réglementaire et sociétale, la nécessité d’investir et de moderniser des outils de production vieillissants. Les Egalim qui ne prennent pas suffisamment en compte les coûts de production des agriculteurs et ne portent que sur une faible partie des volumes produits. L’appel insistant à la montée en gamme sans en expliquer son véritable sens, entrainant
– toujours plus - de charges pour les exploitations agricoles et impactant le pouvoir d’achat des Français. Un pouvoir d’achat inégal d’un foyer à l’autre. Récemment, le Secours catholique annonçait 10 millions de pauvres en France (1 060 euros/mois). Des attentes vers un mode de production biologique qui lui aussi est confronté aux dures lois du marché.
Le paradoxe est que tout le monde - jusqu’au sommet de l’État - s’accorde sur le principe d’une France devant retrouver son indépendance et sa sécurité alimentaire, à un moment où le vieillissement de la population agricole fragilise cette noble ambition. Mais dès qu’il s’agit d’encourager ou de redynamiser la production agricole, les oppositions se déchaînent et les embûches se multiplient.
Si l’on veut manger français demain, il faut pouvoir produire français !
L’écosystème agricole peut encore relever ce défi, mais seulement si on s’en donne les moyens.
Tout d’abord, retrouver un vrai collectif breton et bien au-delà des clivages politiques ou des intérêts personnels, afin de créer une force commune qui doit imposer - aux transformateurs, distributeurs et consommateurs - un acte d’achat français et responsable. L’agriculture française ne peut être un minerai sous-valorisé mettant en péril ses agriculteurs et ses territoires.
Les citoyens doivent s’extraire des préjugés ou d’une idéologie improductive. Ils doivent cesser de prôner la disparition de l’élevage, la considérant comme un préalable systématique pour répondre aux enjeux environnementaux.
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont lancé une étude prospective avec l’ensemble des acteurs bretons - car c’est collectivement que nous devons écrire et construire l’alimentation de demain.
Les agriculteurs demandent une feuille de route claire, un véritable plan Marshall donnant une visibilité à dix-quinze ans, compatible avec les investissements nécessaires, à la rentabilité de nos exploitations et à l’évolution de nos pratiques.
Ne laissons pas notre alimentation française aux géants de la distribution ou aux mains des grandes fortunes…
Ne laissons pas disparaitre notre agriculture sous l’influence d’extrémistes faisant le lit à une importation massive de produits qu’il serait interdit de produire sur notre territoire.
Soyons collectivement responsables.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Bale grazing, une autre façon de nourrir dehors les animaux en hiver
Inspiré de techniques néo-zélandaises, le bale grazing consiste à disposer de l’ensilage ou du foin dans une parcelle, qui…
Mon vœu pour 2022

"Adieu veau, vache, cochon, couvée", c’est ainsi que pourrait se résumer le bilan de l’année qui s’achève. Les…

Les méthaniseurs bretons défendent un modèle agricole
L'Association des agriculteurs méthaniseurs bretons s'est réunie au Lycée la Touche à Ploërmel (56). Avec les trois quarts d'…
Agriculture, quelles stratégies bas carbone ?
Mobiliser les acteurs du territoires sur la diminution de leur empreinte en matière de GES, gaz à effet de serre. C’est tout l’…
Les zones d’ombre des nouveaux textes sur les ZNT
Le ministère de l’Agriculture a mis en consultation le 21 décembre deux textes réglementaires sur les zones de non-traitement (…
"La contractualisation doit participer à la juste rémunération"
Jean-François Guihard vient d'être élu à la présidence d'Interbev, l’interprofession bétail et viandes. Cet artisan-boucher de…
Publicité