Aller au contenu principal

Ouverture du bilan carbone à tous les nouveaux installés

Comme prévu par le Plan de relance, les agriculteurs installés depuis moins de cinq ans peuvent désormais se tourner vers les chambres et certains organismes de développement pour bénéficier d’un bilan carbone en grande partie financé par l’État. Les chambres ainsi que les Jeunes agriculteurs s’attendent déjà un engouement qui nécessitera une rallonge budgétaire.

Guillaume Cabot, vice-président des JA.

Voilà la mesure du Plan de relance qui s’adresse uniquement à la nouvelle génération d’agriculteurs. Tous les producteurs installés depuis moins de cinq ans pourront désormais se tourner directement vers l’un des 218 opérateurs agréés par l’Ademe, et recensés sur le site du ministère de l’Agriculture, pour bénéficier d’un bilan carbone financé pour la plus grande partie par l’État. "Les agriculteurs n’auront à s’acquitter que de 10 % du coût complet (soit environ 200-250 €)", indique le ministère dans un communiqué du 30 avril.

 

Budget total sur les deux ans : dix millions d'euros

Parmi les organismes agréés figurent des structures de développement, dont quelques Civam, ainsi que certaines antennes de Cerfrance. Mais ce sont les chambres d’agriculture, avec 103 établissements et près de 661 conseillers formés, qui seront en première ligne. "Depuis six mois, nous nous sommes bien préparés", confie Christine Valentin, présidente de la chambre de Lozère et responsable du suivi du Plan de relance pour les chambres.

 

Structurer l'offre

Si les chambres seront à la manœuvre pour la mise en œuvre, le syndicat Jeunes Agriculteurs a été l’un des architectes du dispositif élaboré avec le ministre de l’Agriculture. Selon lui, la démarche vise avant tout à prévenir les risques climatiques qui attendent la génération à venir. Mais elle permettra aussi de structurer l’offre agricole encore naissante sur le marché du carbone. Comme l’explique Guillaume Cabot, vice-président des JA en charge du dossier, "alors que le marché du carbone s’organise, nous souhaitions éviter des pertes de rémunération. Il ne faudrait pas que trop d’organismes se saisissent de l’instruction ou du calcul".
Les bilans se baseront sur les méthodes du label bas-carbone, qui permettent de générer des crédits pour le marché volontaire. Pour 2021, les chambres envisagent de mettre l’accent sur les filières bénéficiant déjà de méthodes validées, comme la polyculture-élevage en bovin. "Sur la deuxième année, nous irons vers d’autres jeunes, pour répondre à l’ensemble des productions agricoles", prévoit la présidente de chambre Christine Valentin, soulignant que de nouvelles méthodes devraient être publiées prochainement en viticulture et grandes cultures.
L’enveloppe actuelle permettrait environ 4 000 à 5 000 diagnostics, mais certains élus syndicaux se prennent déjà à rêver d’atteindre les 7 000 diagnostics sur deux ans.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité