Aller au contenu principal

Pensons la PAC comme un investissement d’avenir pour la Bretagne

Laurent Kerlir, président de la chambre d’agriculture du Morbihan

La PAC ( 1er et 2nd pilier) représente chaque année un montant de près de 500 millions d’euros pour 23 500 bénéficiaires en Bretagne. La période 2023-2027 se négocie actuellement. Comme chaque état membre de l’Union, la France prépare son programme stratégique national (PSN). Les propositions du ministre de l’Agriculture traduiront donc ses arbitrages.
Pour les chambres d’agriculture, c’est clairement notre projet politique et stratégique de mandature qui guide les priorités que nous défendons. L’encouragement à une agriculture qui crée des emplois, renouvelle ses actifs en constitue l’axe central. Les chiffres régionaux de l’emploi et des installations dans nos filières montrent que la Bretagne est une région à haute intensité humaine. C’est le fruit de choix historiques favorables à la maîtrise du foncier et au développement de l’élevage. Pourtant, lorsque l’on parle du "modèle breton", le niveau d’aide moyen par actif est parmi les plus faibles de France. C’est pourquoi nous militons pour une PAC qui bénéficie à des actifs qui vivent principalement de l’activité agricole et un niveau de paiement distributif visant à majorer le niveau d’aide des premiers hectares ( 52 ha actuellement) à un niveau de 20 %.
S’agissant de la future aide verte de la PAC,
l’ "éco dispositif", dans notre région de polyculture-élevage, les agriculteurs s’engagent depuis 30 ans dans la reconquête de la qualité de l’eau (couverture des sols, gestion des flux d’azote, linéaires de haies...). Ces pratiques très engageantes doivent faire partie des critères d’accès à l’éco dispositif. Dans le deuxième pilier, cofinancé par l’Europe, l’Etat et la Région, et qui a vocation à constituer un effet de levier pour les projets des agriculteurs, le renouvellement des générations d’agriculteurs doit rester une priorité. Notre projet vise aussi ce que nous avons appelé des "transitions compétitives", pour permettre aux agriculteurs d’inscrire l’agro écologie, le bien-être animal dans le pilotage de leur exploitation, à la condition que ce soit techniquement possible, économiquement rentable, et acceptable en termes de conditions de travail. C’est pourquoi nous sommes également attachés aux aides à l’investissement dans le 2nd pilier. L’expérience de l’actuelle programmation, au cours de laquelle 5 000 agriculteurs bretons ont contractualisé des mesures agroenvironnementales montre aussi qu’avec des cahiers des charges adaptées aux exploitations, elles accompagnent avec pertinence des trajectoires d’évolution.
Nous rappelons donc à l’Etat et à la Région notre attachement à une co-construction de ces dispositifs avec la profession agricole. Les orientations de l’Europe vers une économie décarbonée, la préservation de la vie des sols, le bien-être animal n’auront de sens que si elles sont compatibles avec l’enjeu stratégique majeur de la PAC : la souveraineté et la sécurité alimentaire pour tous les consommateurs. Enfin, à l’heure où se terminent les négociations commerciales, l’organisation des producteurs pour peser dans leurs filières et dans les relations commerciales est incontournable. La défense du revenu par le prix des produits est essentielle. La mise en œuvre de programmes opérationnels étendue à de nouveaux secteurs constitue clairement une voie d’avenir.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité