Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Tourteau breton : c'est maintenant la saison !

La pleine saison du tourteau a démarré en Bretagne. Les plus beaux spécimens du fameux crustacé sont pêchés de mai à septembre. Avec leurs huit bateaux et un savoir-faire local et artisanal, les Viviers de Loctudy font partie des incontournables de l'activité. Embarquement au port finistérien de Saint-Guénolé, à bord d'un de leurs caseyeurs.

Le Galathée est un caseyeur, autrement dit un bateau utilisant des casiers pour la pêche aux tourteaux, araignées ou homards. Il fait d'ailleurs partie des gros caseyeurs, qui peuvent ramener jusqu'à 20 tonnes de produits dans les très bonnes périodes de pêche. Car, selon les marées, et une plus ou moins bonne pêche, les bateaux livrent leurs marchandises tous les huit à douze jours aux Viviers de Loctudy. Dans ce laps de temps, les tourteaux sont conservés vivants à bord du bateau. Car dans la nature, le tourteau connaît des jeûnes périodiques. Il peut donc vivre sans problème les 18 jours de jeûne maximum entre le moment de la pêche et celui de sa commercialisation. Les 10 à 12% des tourteaux qui meurent toutefois durant la période de stockage sont recyclés pour la pêche au bulot.

 

500 kg de pêche moyenne journalière

L'équipage du Galathée remonte les casiers à une cadence de 50 par heure, soit 400 casiers au total dans une journée. Les tourteaux sont triés selon leur taille, poids, remplissage. La pêche moyenne journalière se situe à 500 kg, avec des tourteaux de 800 grammes à 1 kg maximum. C'est la pose d'appâts naturels – grondins ou rougets – qui permet d'attirer les tourteaux vers les casiers. Ensuite c'est le savoir-faire du patron pêcheur qui détermine la qualité de la pêche. Les casiers sont déposés à endroits fixes, selon une cartographie bien connue des caseyeurs, notamment fonction des marées. Les tourteaux ont leurs zones de migration. En outre, plus un tourteau vieillit – sa durée de vie est de 15 ans – plus il s'éloigne de la côte, et plus il devient difficile à pêcher. De retour après une dizaine de jours de pêche en mer, le Galathée livre sa pêche aux Viviers de Loctudy qui disposent de 14 bassins de 3 à 4 tonnes où les tourteaux, classés par zones de pêche, sont laissés au repos pendant une durée minimale de 48 heures.

 

1,5 millions d'€ investis sur 25 ans

La ressource en tourteaux semble assurée en Bretagne – la pêche est durable, artisanale et respecte l'environnement. Cependant, la filière du crustacé local est menacée par la forte concurrence de produits écossais et irlandais. D'autant que les métiers sont contraignants, au rythme des marées, et d'horaires matinaux et nocturnes, et que les besoins d'investissements sont conséquents. Si les charges en gazole sont moins importantes pour des caseyeurs que par exemple pour des chalutiers, les montants d'investissements sont par contre élevés pour renouveler flottille et outils de travail, soit 1,5 millions d'€ sur 25 ans pour les Viviers de Loctudy. Cette société, créée en 1979, au départ entreprise d'armateur puis société de commercialisation, détient aujourd'hui une flotte de 8 bateaux, dont 4 en propre et 4 en co-propriété. Elle emploie aussi 20 personnes sur l'année, et jusqu'à 30 en saison. Entre les tourteaux, les araignées, homards et langoustes, les Viviers de Loctudy commercialisent un total annuel de 1 200 tonnes de crustacés.

 

Engagement qualité Carrefour

Pour s'assurer un débouché pérenne sur une partie de ses tourteaux (environ 20 tonnes par mois en 2008), les Viviers de Loctudy sont partenaires de Carrefour depuis 10 ans dans le cadre d'un EQC (engagement qualité Carrefour). Un plan promotionnel est ainsi établi avec le distributeur en fonction de l'offre de pêche sur l'année. Volumes et prix sont contractualisés. Huit entrepôts Carrefour sont ainsi achalandés en France en tourteaux EQC, dont près la moitié des volumes issus des Viviers de Loctudy. Grâce à cette filière, les magasins Carrefour peuvent proposer des tourteaux parfaitement tracés du bateau au rayon, et soumis à cahier des charges, entre autres vis-à-vis des zones de pêches, des calibres des tourteaux, leur vivavité, ou de la période de station en bassin. Un partenariat qui s'inscrit dans la durée, pour un maintien de l'activité du littoral et la satisfaction assurée du consommateur.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le tribunal de Saint Brieuc exige du GDS la délivrance des ASDA
Depuis plusieurs mois, un conflit oppose des éleveurs adhérents ou non adhérents du GDS, au sujet, d'une part, du montant des…
Le croisement pour un troupeau facile à vivre
À Trégarvan dans le Finistère, dans les parcelles qui bordent l’Aulne, 115 vaches croisées 3 voies pâturent presque toute l’année…
Le boom des plantes aromatiques et médicinales cueillies
La cueillette des plantes sauvages est en plein renouveau. Longtemps marginale, méconnue, elle est en plein essor, portée par le…
Le marché du porc breton : optimisme en 2020, mais pas d'euphorie
L'année 2019 s'achève sur un prix du porc inédit depuis 1992, avec un pic à 1,70 euros le 12 décembre dernier. Les vœux du marché…
Les centres de formation des chambres d'agriculture repris par des organismes locaux
Les chambres d'agriculture recentrent leur activité et confirment leur désengagement de la formation qualifiante sur ses quatre…
Le texte du gouvernement sur les ZNT fait l'unanimité... contre lui
Le gouvernement a publié, le 29 décembre au Journal officiel (JO), l’arrêté et le décret instaurant les nouvelles zones de non-…
Publicité