Aller au contenu principal

Amiante : un million de tonnes dans les bâtiments d’élevage

Un million de tonnes d’amiante serait présent dans les élevages en Bretagne, perché à plus de 90 % dans les plaques ondulées. Les bâtiments avicoles ne représentent que le tiers du gisement. La méthode d’évaluation a été présentée mardi dernier, lors de la journée avicole, à Pontivy.

Le parc avicole en activité en 1997, année de l'interdiction de l'amiante, vient d'être évalué à 11 millions de mètres carrés. Si une partie de ces bâtiments est encore utilisé, une grande partie est en friche.
© Chantal Pape

Derrière l’arbre que sont les friches et les bâtiments avicoles d’avant 1997, se cache la forêt des bâtiments de l’élevage breton. Combien ? Un million de tonnes d’amiante(1) se cacherait dans ce parc de bâtiments d’élevage, se répartissant entre les filières avicole (31 %), porcine (23 %) et bovine (46 %) en Bretagne. Tel est le résultat du travail d’évaluation théorique du gisement présent, demandé par le ministère de l’agriculture à l’APCA(2) et sur lequel la chambre d’agriculture de Bretagne a planché pour chacune de ses filières d’élevage.

C’est un vrai problème, les éleveurs n’ont pas la capacité de financer les procédures de désamiantage.

Une méthode

"C’est un vrai problème, les éleveurs n’ont pas la capacité de financer les procédures de désamiantage. Ça va de 50 à 100 euros du m² en volaille. C’est plus que le prix de revente en occasion d’un bâtiment correct", cadre Christian Nicolas du service avicole, chargé de mener ce travail d’évaluation pour le gisement du parc avicole. Un vrai casse tête, y compris pour trouver "une méthode reproductible ailleurs en France". Et c’est tout l’intérêt de ce sujet sensible, souvent tabou. Car faute de ressources précises, il a fallu mettre au point une méthode à partir de données fiables. Christian Nicolas, du service avicole s’y est collé, s’appuyant sur les différentes sources statistiques d’effectifs de la Draaf pour évaluer le parc en activité en 1997, année de l’interdiction de l’amiante. Il a passé au crible le parc en volaille de chair, pondeuses en cage, productions plein air et au sol : "j’avais mes mètres carrés pour les trois catégories". Encore fallait-il reconstituer les modèles de bâtiments alors présents en Bretagne à l’époque. "Le standard de surface était de 1 200 m² au sol répartis en trois types de bâtiments : statique, Louisiane et à ventilation dynamique, soit 1 520 m² déployés". Soit en 1997, "11 millions m² pour le total de bâtiments en production avicole et bâtiments annexes".

Gisement évalué en Bretagne.

Des surfaces à la masse

À partir de ces surfaces de matériaux déployées, de coefficient d’amiante et de masse volumique, ce sont 308 000 tonnes d’amiante présentes en 1997 dans les bâtiments avicoles. "On les retrouve à 90 % dans les plaques ondulées qui constituent les toitures en aviculture". Un pourcentage qui monte à "97 % en porc et 100 % en bovin-lait, et c’est plutôt une bonne nouvelle car ce type de matériaux peut-être déposé plus facilement. Si on remplace une plaque de fibro par un translucide, on a peu de risque de mettre des fibres d'amiante en suspension", pointe Charlotte Quénard chargée de mission déchets au service environnement de la chambre d'agriculture.
Reste que depuis vingt-quatre ans, le parc en activité s’est réduit de moitié en volaille de chair "dont 75 % sont antérieurs à 1997 ; il y a deux fois moins d’amiante dans les bâtiments en activité. Mais combien sont en friche !" note Christian Nicolas. Des travaux sur des territoires tests bretons, en collaboration avec des EPCI3, vont être menés pour préciser l’état des lieux pour l’ensemble des filières d’élevage, afin de quantifier, le gisement réel et les moyens à mettre en œuvre pour le traiter. "C’est un vrai problème. Les éleveurs seuls n’en ont pas les moyens", insiste-t-il.

(1) Ce matériau très utilisé pour ses multiples propriétés s’est révélé hautement toxique. Il a été interdit sur le territoire national depuis 1997 mais reste très présent dans les bâtiments et équipements.
(2) Assemblée permanente des chambres d'agriculture. (3) Établissement public de coopération intercommunale.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Bale grazing, une autre façon de nourrir dehors les animaux en hiver
Inspiré de techniques néo-zélandaises, le bale grazing consiste à disposer de l’ensilage ou du foin dans une parcelle, qui…
Mon vœu pour 2022

"Adieu veau, vache, cochon, couvée", c’est ainsi que pourrait se résumer le bilan de l’année qui s’achève. Les…

Les méthaniseurs bretons défendent un modèle agricole
L'Association des agriculteurs méthaniseurs bretons s'est réunie au Lycée la Touche à Ploërmel (56). Avec les trois quarts d'…
Agriculture, quelles stratégies bas carbone ?
Mobiliser les acteurs du territoires sur la diminution de leur empreinte en matière de GES, gaz à effet de serre. C’est tout l’…
Les zones d’ombre des nouveaux textes sur les ZNT
Le ministère de l’Agriculture a mis en consultation le 21 décembre deux textes réglementaires sur les zones de non-traitement (…
"La contractualisation doit participer à la juste rémunération"
Jean-François Guihard vient d'être élu à la présidence d'Interbev, l’interprofession bétail et viandes. Cet artisan-boucher de…
Publicité