Aller au contenu principal

Betteraves à détruire : les fourragères non concernées

La destruction de parcelles de betteraves sucrières a été ordonnée par le ministère de l’Agriculture, après la détection de phénomènes de phytotoxicité dans des champs traités avec un herbicide produit par la société Adama. Quelque 500 000 tonnes de betteraves sucrières devront être détruites, mais les betteraves fourragères ne sont pas concernées.

Des betteraves fourragères.

Le ministère de l'Agriculture a ordonné la destruction de parcelles de betteraves sucrières dans le Nord et l'Est de la France après la détection de phénomènes de phytotoxicité dans des champs traités avec un herbicide produit par la société Adama (groupe Syngenta), a appris l'AFP le 13 août auprès du ministère. Deux lots de ce produit dénommé Marquis ont été jugés "non conformes en raison de la présence, à des taux variables, de trois substances actives interdites dans l'Union européenne", a expliqué le ministère dans une note. Les substances en question sont le diuron, le bromacil et le carbétamide.

 

1,5 % de la production nationale

La phytotoxicité signalée fin mai et fin juin au ministère de l'Agriculture "serait liée à des erreurs lors des étapes de formulation et de conditionnement des produits réalisées dans les usines de la société Adama en Israël", selon le ministère. 273 planteurs sont concernés dans les Hauts-de-France et le Grand Est, et 500 000 tonnes de betteraves sucrières vont devoir être détruites sur environ 5 000 ha dans la Marne, dans les Ardennes, dans l’Aube et dans l’Aisne, soit 1,5 % de la production nationale.
Également concernées par la phytotoxicité, "les betteraves fourragères ne devront pas être détruites", tient à rassurer Jean-René Menier, responsable de la section productions végétales à a FRSEA. Étant destinées à l’alimentation animale, leur risque sur la santé humaine n’est pas jugé préoccupant. Une bonne nouvelle pour les quelque 200 producteurs de betteraves fourragère bretons qui pourraient avoir utilisé le produit en question.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité