Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Bientôt 100 % d'énergie verte pour chauffer les serres de Savéol ?

Pour répondre à la demande du consommateur, Savéol s'est lancée, il y a 35 ans déjà, dans la PBI, la protection biologique intégrée, afin de diminuer le recours aux phytos. Pour réduire son empreinte environnementale, la coopérative s'engage maintenant dans la transition énergétique, avec un objectif ambitieux : n'utiliser, à l'horizon 2050, que des énergies renouvelables pour chauffer ses serres.

Après avoir planché sur la réduction des phytos, Savéol s'attaque à la transition énergétique, en se fixant pour objectif, à l'horizon 2050, de ne chauffer ses serres qu'avec des énergies renouvelables.

Leader de la tomate en France, Savéol a toujours fait de la demande du consommateur sa priorité. "Voilà 35 ans déjà que Savéol nature produit des bourdons pour polliniser les tomates et des auxiliaires, encarsia ou macrolophus, pour protéger les cultures des ravageurs", explique Erwan Le Pemp, directeur des achats au sein de la coopérative de la pointe bretonne. Une PBI, protection biologique, qui emploie vingt personnes au sein de la coopérative. "Et avec le lancement d'une gamme sans pesticides de la fleur à l'assiette, nous explorons une troisième voie, entre agriculture conventionnelle et bio".

 

Réduire d'abord la consommation

Cultivée sous serre chauffée, à une température moyenne de 18°C, la tomate reste gourmande en énergie, un poste qui représente à lui seul 23 % des charges des maraîchers, juste après la main d'œuvre. Pour réduire leur facture, les serristes ont multiplié les actions, jouant sur les variétés, se dotant d'ordinateurs climatiques, d'écrans thermiques, de ballons de stockage d'eau chaude... "Et la consommation d'énergie a diminué de 40 % entre 2004 et 2014", souligne Erwan Le Pemp.

En leur permettant d'utiliser la chaleur dégagée par la combustion du gaz naturel pour produire de l'électricité, revendue sur le réseau, la cogénération a aussi contribué à alléger leurs charges. Mais pour réduire encore leur empreinte environnementale, les maraîchers ont voulu aller plus loin, en s'engageant dans la transition énergétique. "Aujourd'hui, 18 % de l'énergie utilisée est renouvelable", calcule Erwan Le Pemp, en citant des chaudières à bois ou la valorisation de chaleur fatale comme à Briec, où 7 hectares de serres sont chauffées grâce à un réseau les reliant à l'incinérateur d'ordures ménagères. "De la chaleur qui, avant, était perdue". Et à Guipavas, trois maraîchers sont reliés à une centrale de production combinée d'électricité et de chaleur à partir de biomasse.

Nous voulons lever les freins.

 

Savéol

Un cercle de réflexion

À l'horizon 2050, la coopérative s'est fixé pour objectif de n'utiliser que de l'énergie renouvelable pour chauffer ses serres. Un challenge auquel elle s'est attelée en créant, l'an passé, le cercle Savéol énergies nouvelles. "Nous avons voulu y réunir l'ensemble des acteurs de l'énergie", indique Erwan Le Pemp, qui pilote le groupe de réflexion. Inédite en agriculture, cette initiative a aussitôt largement fédéré. "Et un an et demi après son lancement, nous comptons déjà plus de 70 partenaires : énergéticiens, bureaux d'études, centres de recherche, start up, banques, institutionnels, politiques...".

Défendant une cause commune, l'accompagnement de la transition énergétique des maraîchers, ils partagent leurs connaissances et explorent toutes les pistes possibles. "Pourquoi ne pas s'allier à d'autres agriculteurs, pour méthaniser nos feuilles de tomates, énumère Erwan Le Pemp. Profiter du solaire thermique pour chauffer de l'eau ou des dernières innovations en photovoltaïque pour produire de l'électricité". La pyrogazéification du bois, qui consiste à le porter à très haute température pour mieux valoriser l'énergie, semble également prometteuse. "Ensemble, nous voulons lever les freins, qu'ils soient techniques, économiques ou réglementaires, et trouver des financements".

 

 

Savéol en quelques chiffres : 120 maraîchers, 2 500 emplois, 80 000 tonnes de tomates produites/an, 2 200 tonnes de fraises.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le croisement pour un troupeau facile à vivre
À Trégarvan dans le Finistère, dans les parcelles qui bordent l’Aulne, 115 vaches croisées 3 voies pâturent presque toute l’année…
Le boom des plantes aromatiques et médicinales cueillies
La cueillette des plantes sauvages est en plein renouveau. Longtemps marginale, méconnue, elle est en plein essor, portée par le…
Décès de Claude Cochonneau, président des chambres d'agriculture
L'Assemblée permanente des chambres d'agriculture (APCA) fait part, dans un communiqué le 23 décembre, du décès de son président…
Le marché du porc breton : optimisme en 2020, mais pas d'euphorie
L'année 2019 s'achève sur un prix du porc inédit depuis 1992, avec un pic à 1,70 euros le 12 décembre dernier. Les vœux du marché…
Le texte du gouvernement sur les ZNT fait l'unanimité... contre lui
Le gouvernement a publié, le 29 décembre au Journal officiel (JO), l’arrêté et le décret instaurant les nouvelles zones de non-…
Les centres de formation des chambres d'agriculture repris par des organismes locaux
Les chambres d'agriculture recentrent leur activité et confirment leur désengagement de la formation qualifiante sur ses quatre…
Publicité