Aller au contenu principal

Formations initiales : Des formations professionnalisantes

L’année 2020, est une année particulière, marquée par la Covid. Enseignants et élèves ont dû faire face à de nouvelles problématiques : annulation des stages à l’étranger, enseignement à distance, développement de nouveaux outils... À la rentrée 2021, l’enseignement agricole breton déplore ainsi une baisse de 3,2 % des effectifs (soit 15 438 élèves toutes formations confondues). Une tendance qui peut s’expliquer en partie par l’interruption des portes ouvertes suite au premier confinement et la nouvelle organisation du bac, dont seule une option sur 12 est spécifique à l’agriculture (biologie-écologie), limitant la visibilité et l’attractivité des filières agricoles. Si dans le général les effectifs baissent, à l'inverse on observe une envolée fulgurante de l’apprentissage avec 34 % d’apprentis supplémentaires à la rentrée (soit 2 341 élèves apprentis contre 1 744 au 31 décembre 2019). Fruit de la mise en application de la Loi "Liberté de choisir son avenir professionnel" et du Plan de relance, qui ont permis un assouplissement des conditions d’accueil d’apprentis en entreprise : la voie de l’apprentissage séduit ! De plus, le ministère de l’agriculture a lancé une campagne de communication "L’Aventure du vivant" afin de faire découvrir à un public le plus large possible l’étendue et la diversité des formations et des métiers du vivant.
L’enseignement agricole poursuit sa modernisation. Dans la continuité du plan précédent, le nouveau plan intitulé "Enseigner à Produire Autrement, pour les transitions et l’agro-écologie", dépasse le domaine de la production agricole et a pour ambition de développer les compétences professionnelles et citoyennes des apprenants et de leur permettre de contribuer activement aux transitions alimentaires, agro-écologiques et plus largement à toutes les transitions indispensables pour inventer un nouveau modèle. Ces nouvelles compétences, seront intégrées dans les nouveaux référentiels d’évaluation des 120 diplômes agricoles en cours de rénovation dans les 5 ans à venir. L’enseignement agricole ne cesse de se réinventer.

Publicité