Aller au contenu principal

ECS : Des automoteurs pour diminuer les heures

Basée à Saint-Macaire-en-Mauges dans le Maine-et-Loire, l’entreprise ECS s’est fait une spécialité des automoteurs nettoyeurs de logettes.

Le premier modèle développé par ECS, le Logettenet. Automoteur à poste marchant avec moteur 4 temps, le prix est d’environ 4 000 euros.

À l’instar d’un boys band américain, l’aventure d’ECS (Économie confort service) a débuté dans un garage, celui de Yannick Bureau, le fondateur, en 2006. Il a été rejoint, en 2008, par Étienne Loiseau. Les associés ont commencé à développer les premiers prototypes de nettoyeurs de logettes. En parallèle distributeurs de matériel BVL, c’est lors de différents salons pour la marque allemande que les acolytes ont compris qu’il y avait de réelles attentes de la part des éleveurs dans le nettoyage. Le premier modèle conçu est le Logettenet, un outil à poste marchant permettant de nettoyer les logettes, avec un châssis mécano-soudé, carrainé sur le dessous pour éviter les projections, le tout galvanisé.

 

Être à l’écoute du terrain

Un succès grandissant

Depuis, l’entreprise a grandi. Un troisième associé, André Barreau, a rejoint ECS. L’installation dans de nouveaux locaux, à Saint-Macaire-en-Mauges, a permis le recrutement de deux techniciens et de deux secrétaires. Disposant dorénavant d’un grand atelier, l’entreprise imagine et conçoit des prototypes, avant de les tester sur le terrain. Ainsi, la gamme s’est élargie (poste assis, électrique, paillage, alimentation,…) et les marchés auxquels l’entreprise accède également (bovin, caprin, repaillage avicole). Une stratégie payante pour ECS, puisque le chiffre d’affaires s’élève dorénavant à 1,6 million d’euros. "On distribue la majeure partie de nos outils en direct. Ça nous permet d’être à l’écoute sur le terrain", souligne Étienne Loiseau. L’innovation au service du bien-être de l’éleveur est au cœur de la démarche d’ECS. Tous les outils sont réalisés après avoir échangé avec les professionnels. De plus, les machines peuvent être conçues sur-mesure à la demande des éleveurs. Le leitmotiv est de "diminuer la pénibilité et le temps de travail de tâches journalières peu intéressantes". Au final, les membres d’ECS constatent une amélioration des conditions sanitaires dans les élevages, et une diminution drastique du temps de travail : "Chez certains clients, on est passé d’1h30 de nettoyage à 10 minutes, avec une diminution des mammites".

 

automoteurs

Répondre aux attentes

L’entreprise, qui fonctionne sans intermédiaire, se fait connaître principalement par le bouche à oreille, et mise sur la réactivité : "Un client qui nous appelle, on a forcément une solution pour lui", avance Étienne Loiseau. Le modèle qui monte est le Logette-Car, un automoteur à poste debout permettant de pailler et de balayer simultanément. Les prix, qui vont de 4 100 € pour le Logettenet à 32 500 € pour le Logette-Car, s’expliquent par l’utilisation de matériau haut de gamme, permettant de "résister à un environnement peu sain pour les machines". Si le prix à l’achat est un critère déterminant, l’entreprise mise sur sa réputation à réaliser des machines faites pour durer, et travaille sur la consommation de carburant, en limitant la puissance maximale et en améliorant l’efficacité. De plus en plus d’éleveurs sont en attente de solutions mécaniques. La diminution de la main-d’œuvre disponible et qualifiée, conjuguée à l’augmentation de la taille des troupeaux, amène de grands bouleversements dans le monde de l’élevage. L’engouement autour d’ECS traduit un mouvement plus large au sein du monde agricole, qui opère une réelle transition où la prise en compte des conditions de travail des agriculteurs est de plus en plus prégnante. Ainsi, "on parle beaucoup de bien-être animal. Mais celui-ci passe également par le bien-être de l’éleveur. Plus l’éleveur a du temps, mieux il arrive à s’occuper de son troupeau", constate Étienne Loiseau.

 

PRATIQUE : Pour plus d’informations sur www.ecs49.com. Contact : andre.barreau85@orange.fr

 

L’innovation au cœur de la stratégie

 

automoteurs

Toujours à la recherche de nouveautés, l’entreprise développe une gamme électrique, "dans l’air du temps". Maintenant, les éleveurs sont également à la recherche de confort. "Nos clients veulent des outils plus silencieux, qui n’utilisent plus d’essence et limitent l’entretien". Ainsi, c’est en écoutant les attentes des professionnels lors des différents salons, tels que Tech’Elevage ou encore le Space, qu’ECS a développé le Speed.e Net +. Automoteur électrique avec un balai avant et une cuve, permettant le nettoyage et le paillage simultané des bâtiments, l’outil possède une autonomie de 3 000 logettes. Le châssis mécano-soudé est peint et deux roues motrices sont installées à l’avant et profitent de deux vitesses d’avancement, capables de déplacer le véhicule de 0 à 4,2 km/h en position travail, et de 0 à 9 km/h en mode déplacement. Cette dernière création s’inscrit dans la démarche d’innovation de l’entreprise. "Tous les outils que l’on réalise sont susceptibles d’évoluer en fonction des besoins des éleveurs", explique Étienne Loiseau. 
Une démarche récompensée, avec le Speed.e Net +, d’une étoile par le jury des Innov’Space 2019, et de la première place au concours Agreen’Proto au salon Tech’Elevage, accompagnée d’un chèque de 1 800 €. Cet argent va permettre "de continuer à innover, car c’est l’ADN de l’entreprise. On est tourné vers le futur, pour développer l’électrique et pourquoi pas l’automatisation". Chaque prototype prend environ trois ans à être commercialisé.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
"Vivre de ma passion, pas pour ma passion"
À l'occasion du Space la semaine passée, une visite d'exploitation était organisée pour mettre en avant les efforts des…
Robots d’alimentation, pour quels bénéfices ?
Avec l’agrandissement des structures, les robots d’alimentation se multiplient dans les élevages. Pour quels bénéfices ? Chambres…
Carbocage ou combien de carbone stocké dans vos haies ?
La haie bocagère recèle de richesses, y compris fourragères. Elle contribue aussi au piégeage du carbone. Mais de combien ?…
Publicité