Aller au contenu principal

Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons

Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame toujours son innocence en dénonçant un concurrent qui aurait monté de toutes pièces des preuves l’accablant. Une nouvelle expertise graphologique va dans son sens. Fragilisée par le montant de la sanction, la coopérative bretonne menace de fermer des usines. Bercy l’assure de son soutien, mais n’a pas les cartes en main.

La coopérative, qui a fait appel de la décision de l’Autorité de la concurrence après de la cour d’appel de Paris, lui demande de surseoir à l’exécution de la sanction.

"Je ne fais pas de chantage, nous jouons notre survie", tonne Emmanuel Commault, directeur général de la Cooperl devant la presse le 20 octobre. La coopérative bretonne assure que si la sanction de 35,5 millions d’euros prononcée par l’Autorité de la concurrence pour entente sur les prix dans le cadre du cartel des jambons venait à être mise à exécution (ce qu’elle craint pour la fin de mois), elle devra faire face à une restructuration. Comprendre : fermeture d’usines, arrêt des investissements, gel des recrutements et diminution des salaires. De quoi inquiéter Bercy, déjà bien occupé par la gestion de la crise économique liée à l’épidémie de Covid-19.
La coopérative, qui a fait appel de la décision de l’Autorité de la concurrence auprès de la cour d’appel de Paris, lui demande - en plus de statuer sur le fond de l’affaire, ce qui pourra prendre des années - de surseoir immédiatement à l’exécution de la sanction, c’est-à-dire son paiement. Là-dessus, seule l’autorité judiciaire est compétente. Bercy, ni aucun autre ministère, ne l’est. L’appel de la décision par la Cooperl ne suspend pas non plus l’exécution de la sanction.

 

Promis juré

La Cooperl prévoit, qu’outre le paiement de l’amende, elle devra trouver rapidement 100 M€. La raison ? Elle perdrait la confiance des assurances crédit, ce qui ne lui permettrait plus, en partie, de se financer grâce au crédit fournisseur. C’est donc une somme de 135 millions que la coopérative doit pouvoir trouver rapidement. Rien d’étonnant alors à ce que des économies drastiques soient envisagées, lesquelles peuvent viser les installations. "Certains sites sont sur la sellette. […] Le plan est presque prêt", explique le directeur général. Sont particulièrement visées les douze usines appartenant anciennement à Brocéliande et à la Financière Turenne Lafayette, dont la coopérative avait repris les actifs après la demande du Comité interministériel de restructuration industrielle (Ciri) en s’engageant à conserver l’activité et les emplois. "Si nous sommes condamnés sur la base d’un faux, nous nous estimons complètement libérés des engagements pris avec l’État", justifie-t-il, arguant des surcapacités industrielles.

Le document qui nous condamne est un faux.

Un faux carnet de notes ?

"Le document qui nous condamne est un faux", se défend Emmanuel Commault. Il fait référence au fameux carnet du directeur commercial du groupe Aoste (filiale de Campofrio), que ce dernier a remis à l’Autorité de la concurrence lors de sa demande de clémence. "L’Autorité de la concurrence a été instrumentalisée", renchérit Me Frédéric Bélot, avocat de la coopérative qui a porté plainte pour faux, usage de faux et dénonciation calomnieuse. Une nouvelle expertise réalisée à la demande de la Cooperl sur la base de scans dudit carnet vient asseoir la défense. "Il est manifeste […] que le document présenté comme un carnet d’appels téléphoniques a été fabriqué de toutes pièces", affirme l’experte en graphologie agréée à la cour d’appel et à la Cour de cassation dans son rapport (lire Terra 765 du 23/10/2020). Elle estime que le cahier ne porte aucune trace de manipulation ni d’usure ou de vieillissement. "Le contenu de ce carnet a fait l’objet d’une expertise diligentée par l’Autorité qui n’a pas conclu à un faux, rétorque l’Autorité de la concurrence. La décision de l’Autorité ne repose pas uniquement sur ce carnet, mais sur un faisceau d’indices et des pièces saisies aux sièges des entreprises lors des opérations de visites et saisies".

 

Trois fois sans frais

L’autorité administrative indépendante se défend également d’avoir prononcé une sanction excessive. "Nos sanctions sont proportionnées à la gravité des faits, au dommage causé et, bien entendu, sont proportionnées à la situation économico-financière des entreprises dont les possibilités de paiement sont vérifiées", assure t-elle. "Le groupe [Cooperl] peut compter sur l’engagement du ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance pour assurer la pérennité des activités et de l’emploi", signifie le ministère dans un communiqué du 21 octobre. Si l’exécution de la sanction n’est pas suspendue par la cour d’appel de Paris comme le demande la Cooperl, Bercy explique que le paiement pourra être fait "dans des conditions de délai compatibles avec la capacité de remboursement du groupe Cooperl Arc Atlantique afin que l’amende ne représente pas un risque pour l’activité du groupe et l’emploi de ses salariés".

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
Tristan Delisle, un producteur de lapins engagé
Tristan Delisle s'est installé en mars 2020 sur l'élevage familial de lapins avec sa mère, en remplacement de son père parti à la…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
Publicité