Aller au contenu principal

Innovation : Il sème et désherbe tout seul

Le robot Farmdroid, homologué pour travailler en autonomie sur la parcelle, sème et bine. Une alternative à l’usage de produits phytosanitaires.

Le robot a été développé en betterave. Il a également été testé en légumes et offre des perspectives pour toutes les cultures spécialisées.

Des outils de binage qui viennent scalper les adventices dans le rang, à une précision quasi-millimétrique : les performances du Farmdroid sont impressionnantes. Une démonstration a rassemblé une cinquantaine de personnes, jeudi 23 septembre à la station expérimentale de la Fnams1 à Brain-sur-l’Authion, en Anjou.
Ce robot Farmdroid a été imaginé en 2011, par deux fils de producteurs de betteraves sucrières bio, au Danemark. Les deux frères voulaient pallier le problème de main-d’œuvre et de pénibilité du travail en désherbage manuel. Le matériel est commercialisé depuis trois ans, principalement au Danemark, en Suède et en Allemagne. Plus de 180 automates tournent en Europe, dont 8 dans le Nord de la France. Une dizaine de machines sont vendues dans l’Hexagone pour la prochaine campagne.

 

Chaque graine est géolocalisée

Avançant à environ 1 km/heure, Farmdroid fonctionne avec un guidage GPS RTK, qui, contrairement à un guidage caméra, permet de repérer les cultures non levées. Le GPS géolocalise chaque graine et le robot peut intervenir très tôt au binage, afin d’assurer un désherbage le plus efficace possible. "Si on intervient sur les filaments blancs des cotylédons de mauvaises herbes, on sera très efficace", explique Damien Schmit, commercial pour la zone Nord-Ouest chez Stecomat, la société importatrice du robot en France.
Le travail de désherbage se fait avec des fils pour l’inter-rang, et des couteaux qui viennent scalper les plantes sur le rang. Gros avantage : ces travaux peuvent se répéter autant de fois que nécessaire, pour obtenir la parcelle la plus propre possible, puisqu’il n’y a pas de frais de fonctionnement.
En termes d’énergie, le Farm-droid se charge en effet de manière autonome grâce à des panneaux solaires. "L’objectif, c’est qu’il puisse travailler le plus longtemps possible, 24 heures/24 pour avoir le maximum de débit de chantier", souligne Damien Schmit.
Le robot est homologué pour travailler en autonomie. Ses déplacements sont sécurisés grâce à un fil qui entoure le robot. En cas de collision avec un obstacle, celui-ci s’arrête automatiquement. Il y a aussi une zone de sécurité de 1,20 m autour de la parcelle, qui est clôturée. L’agriculteur peut suivre tous les déplacements via une application sur son portable.
Le coût ? Il faut compter 90 000 euros maximum. Le robot a été développé en betterave pour une surface de 20 ha. Il a déjà aussi été testé sur d’autres cultures : épinards, chicorée, endives, oignons, colza... et il offre des perspectives pour toutes les filières spécialisées : semences, PPAM2...

 

En essai

Un essai est en cours à la station expérimentale de la Fnams, où le Farmdroid est arrivé début septembre et doit rester quelque temps, dans le cadre d’AgroPams.
Aucune application de désherbant n’a été faite sur les trois espèces de l’essai, le bleuet, le persil et la carotte. En termes d’efficacité, les premiers binages ont permis d’obtenir des résultats satisfaisants. Le bleuet a levé rapidement, il a été possible de biner rapidement sur le rang et entre rangs et la culture est assez propre.
Pour la carotte et le persil, les levées sont plus lentes et les plantes sont peu concurrentielles par rapport aux adventices. "On se fait la main, on avait peur de bousculer les jeunes plantules, explique Serge Bouet, ingénieur. On a travaillé d’abord dans l’entre-rang".
Pour que le robot puisse être efficace, il faut cependant une préparation soigneuse du sol en amont, afin d’éliminer mottes de terre et résidus de cultures. "Les performances du robot sont époustouflantes mais il faut le mettre dans de bonnes conditions", résume Jean-Albert Fougereux, directeur technique de la Fnams. Le matériel suscite déjà un grand intérêt auprès des agriculteurs multiplicateurs de semences.

(1) Fédération nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences.(2) Plantes à parfum, aromatiques et médicinales.

 

Écoloprécis

Le robot Farmdroid, qui sème les cultures, enregistre avec précision grâce à son GPS RTK la position des graines pour ensuite pouvoir revenir, autant que nécessaire, désherber la parcelle, de jour comme de nuit.
Le robot se recharge uniquement grâce à des panneaux solaires. Les panneaux alimentent deux moteurs de 400 Watts. Le surplus d’énergie sert à alimenter des batteries pour que le robot puisse tourner la nuit.

 

 

Réglementation

Pour le désherbage des céréales, des solutions alternatives à l’utilisation de prosulfocarbe existent. En cas d’utilisation de prosulfocarbe (Defi, Roxy800 EC…), son usage est strictement réglementé pour protéger les cultures non cibles, notamment les pommes et les poires, en raison d’un risque de contamination. Il est notamment interdit de l’appliquer à moins de 1 km* des vergers tant qu’ils ne sont pas entièrement récoltés. Ceci est valable également pour d’autres cultures telles que les aromatiques ou certains légumes.

*entre 500 m et 1 km il peut y avoir certaines exceptions.

 

AgroPams

La démonstration s’est faite dans le cadre du partenariat AgroPams, qui lie la Fnams, l’Iteipmai, Hemp’it et Vegepolys Valley. Il s’agit d’un programme de tests et de démonstrations d’équipements innovants pour le désherbage en cultures spécialisées de PPAM et de semences, soutenu par la Région Pays de la Loire et le Semae.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Monotraite : Serge Hochet ne reviendrait pas en arrière
Dans le cadre des rendez-vous techniques bio, des éleveurs de la région témoignent de leur expérience. À l’EARL des Genêts, à…
Bien-être en poulet de chair, l’équation impossible ?
Danger ou opportunité ? La question du bien-être est au coeur des préoccupations de la filière avicole. Quelles évolutions et…
Christiane Lambert
"Les citoyens passent des commandes et les consommateurs ne sont pas au rendez-vous"
La présidente de la FNSEA était la semaine passée au Space. Alors que cette semaine du 21 au 23 septembre avait lieu à Niort dans…
La PAC peut-elle faire de l'UE un leader mondial de la durabilité ?
Pierre Bascou, un des penseurs de la PAC, était mercredi dernier au Space à l'invitation de la Maison de l'Europe. L'occasion…
"Agir en collectif" : le CRP Bretagne rappelle sa priorité
La signature par le ministre de l'Agriculture de la reconnaissance de l'AOP Porc Grand Ouest permet à la filière de franchir une…
"Un demandeur d’emploi sur deux change de branche d’activité"
Pôle emploi Bretagne et l’Anefa (Association nationale emploi formation en agriculture) organisent, aux côtés de leurs…
Publicité