Aller au contenu principal

Le biscuit breton séduit le monde

La biscuiterie Loc Maria exporte ses produits bretons depuis le début des années 1990. Traou Mad et Gavottes sont importées par plus de 60 pays à travers le globe. Bruno Diaz, directeur général de Loc Maria Biscuits, voit en ces échanges une opportunité pour la Bretagne.

Les célèbres palets Traou Mad qui fêtent leurs 100 ans cette année.

La question de l’exportation est plus que controversée au travers des différents domaines de production. Pour Bruno Diaz, les biscuits Traou Mad et Gavottes font partie inhérente du patrimoine breton et celui-ci "mérite d’être valorisé auprès du plus grand nombre", affirme-t-il. Parmi les nombreux avantages que ça comporte, le directeur général de la biscuiterie prône l’exportation comme un moyen de consolider une croissance et des emplois locaux. "Exporter permet de faire rayonner notre marque et nos produits au-delà des frontières".

 

Un partage à travers le monde

"Nos biscuits sont un symbole de partage et qu’on a le plaisir de consommer en famille ou entre amis. Ce sont des produits conviviaux", assure Bruno Diaz. Le marché à l’international le plus important se situe aux États-Unis et en Asie du sud Est, plus précisément à Hong-Kong. Les importations dans ces deux pays se justifient d’abord par Thanksgiving pour les États-Unis et avec le nouvel an chinois à Hong-Kong. Traou Mad et Gavottes sont également présents au Moyen-Orient ainsi qu’en Europe, ce qui permet de créer une diversité de zones de diffusion. "Notre ambition est de transmettre et de partager ce savoir-faire dans d’autres pays", explique Bruno Diaz.

 

Depuis 2010, l’entreprise s’est restructurée

L’exportation de ces biscuits ne date pas d’hier. Cependant, l’entreprise s’est réorganisée et a mis des moyens plus importants à partir de 2010. Ce tournant fut marqué par la création, en 2015, de deux implantations commerciales, aux États-Unis et à Hong-Kong, pour permettre d’être "au plus proche de nos clients", souligne Bruno Diaz. Cela permet d’élargir le rayonnement de la culture bretonne ainsi que son savoir faire. Un outils qui semblerait favorable à l’attraction des consommateurs étrangers vers la Bretagne.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
Publicité