Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le bovin tire la fabrication d’aliments

À l’échelle de l’Europe la fabrication et la vente d’aliments du bétail continue de progresser, notamment en bovins. Dans ce contexte la Bretagne suit globalement les mêmes évolutions à la hausse, même si elle constate une stabilisation des aliments porcs, et une baisse en volaille. Une illustration de l’évolution des cheptels. Seule variation importante à noter, la progression de l’aliment bio à +21 % mais il ne représente à ce jour que 1,8 % des quantités produites.

fabrication d’aliments

L’association des fabricants d’aliment du bétail Feedsim tenait au Space son carrefour des matières premières, l’occasion d’un point de situation d’une part sur le métier, d’autre part sur la difficile question des échanges entre Chine et USA, un sujet sur lequel nous reviendrons.

 

Les fabrications à la hausse

Hervé Vasseur, président de Nutrinoë, a présenté les grandes tendances des fabrications sur les six premiers mois de l'année pour la France et la Bretagne qui présentent des évolutions similaires. La fabrication d'aliments pour porcs est stable en Bretagne à +0,3 %, et 1,989 MT d'aliments vendues à fin juillet.

Comme pour la France, la plus forte hausse concerne les bovins qui atteignent 646 000 tonnes et une progression de 1,8 %. Les productions à destination des volailles sont à la baisse, de 5 % pour les volailles de chair et de 2,2 % pour les poules pondeuses. À noter toutefois que les baisses sont plus sensibles en Bretagne que dans le reste de la France. Cela traduirait-il un transfert de production vers d'autres régions, par exemple les Pays de Loire ?... Ce n'est pas impossible.

 

Le non OGM s'affirme

138 637 tonnes d'aliments bio ont été produits en Bretagne, consommés à 10 % par les porcs, et 75 % par les volailles et en particulier les pondeuses. La Bretagne et les Pays de Loire additionnés représentent 51 % des aliments bio consommé en France, ce qui démontre bien le développement de ces filières dans l'Ouest de la France.

Autre tendance correspondant à une demande du consommateur, le développement du non OGM. On estime à 2,1 Mt les fabrications réalisées avec des produits certifiés non OGM.

 

Vers l'autonomie en tourteaux ?

Alors que le débat fait toujours rage sur les accords internationaux, du Ceta et du Mercosur, les fabricants d'aliments prennent les devants. "C'est la France qui consomme aujourd'hui le moins de soja" ! 2,5 MT sont actuellement incorporées dans la fabrication d'aliments du bétail. À titre de comparaison, les tourteaux de colza ont fortement progressé à hauteur de 1,5 MT et le tournesol à 1,2 MT. On est donc aujourd'hui encore loin de l'autonomie, mais pratiquement à l'équilibre entre les quantités produites "localement" et celles importées. Pour Hervé Vasseur, le constat est clair : "Les industriels utilisent de moins en moins de soja, lequel est remplacé par du colza ou du tournesol".

Bien sûr ces transferts ou des changements de formulation sont largement induits par l'évolution des coûts des matières premières. Or actuellement les prix des matières premières et leur évolution vont plutôt dans le sens d'un coût modéré des aliments. Une bonne nouvelle pour les éleveurs alors que les marchés des productions animales sont plutôt bien orientés.

Les fabricants d'aliments du bétail observent avec beaucoup de précision les évolutions de productivité dans les élevages. Ainsi en porc notamment, la productivité des truies est passée de 27,2 à 27,6 porcs produits par truie en un an. En deux ans, l'indice de consommation est passé de 2,75 à 2,65, (source Cerfrance 22). Signe que la filière, dans son ensemble, avec les mêmes moyens, est capable de produire plus. Mais les filières animales gardent un réel motif d'inquiétude avec le Brexit qui fait peser de grosses interrogations sur les exportations de produits agricoles, en particulier la volaille. Les spécialistes ont chiffré qu'un débouché de 450 000 tonnes de volaille sortirait de la protection et des normes européennes. Le pire n'est jamais certain mais avec le Brexit, il est de plus en plus difficile de faire des prévisions ! 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Thierry Coué
Thierry Coué, Président de la FRSEA de Bretagne : "Chaque agriculteur doit prendre conscience du besoin de se protéger, et de protéger son exploitation"
Depuis le début de la crise du coronavirus, le monde agricole semblait en retrait, presque observateur. Les comportements ont…
Lettre aux agriculteurs et agricultrices de Bretagne

Madame, Monsieur,

Comme le reste du monde, la Bretagne est confrontée à la pandémie due au coronavirus Covid-19. Dans…

Jérémy Labbé, nouveau président de JA22
Le 11 mars dernier s’est tenu le conseil d’administration électif des Jeunes agriculteurs des Côtes d’Armor. Dorénavant c'est un…
Germain et Laura Evo, jeunes aviculteurs, engagés aussi
Du comité organisateur de la prochaine fête de l’agriculture, à Grand-Champ, Germain Evo 32 ans, en est, Jeune Agriculteur aussi…
Eureden s’adapte et s'organise pour assurer ses services

La crise COVID-19 impacte profondément notre filière porcine et les équipes Eureden sont entièrement mobilisées pour…

Publicité