Aller au contenu principal

Nos agriculteurs et leurs produits ont de la valeur !

C’est le message qu’ont voulu faire passer les Jeunes agriculteurs aux consommateurs bretons le 18 décembre dernier. Dans le Finistère, ils se sont rendus au Leclerc de Kergaradec pour rappeler que la loi Egalim n’a rien changé dans la répartition des marges tout au long de la filière, ne laissant que la portion congrue aux producteurs.  

"Les négociations commerciales ont démarré entre industriels de l’agro-alimentaire et grande distribution. Et les premiers échos ne sont pas très bons, puisqu’ils font état d’une baisse des prix demandée par la distribution". Président des Jeunes agriculteurs du Finistère, Alexandre Castrec s’est rendu avec une trentaine d’adhérents au Centre Leclerc de Kergaradec. Et a rappelé à Raphaël Barral, le patron de l’enseigne brestoise, qu’une telle situation n’était tout simplement pas "entendable : si les négociations se soldent par une baisse, le prix d’achat de nos produits va, lui aussi baisser". Et de citer les Etats généraux de l’agriculture. "Malgré les promesses de la loi Egalim, nos coûts de production ne sont toujours pas pris en compte dans la fixation du prix de nos produits".

Sur le parking de l’enseigne, à peine gênée par le va-et-vient incessant d’une clientèle nombreuse en ce vendredi matin, la discussion s’engage. Egalement président de Kermené, Raphaël Barral évoque la filière porcine, qu’il connaît mieux. Et affirme être prêt à recevoir une délégation et à mettre les chiffres sur la table. "Depuis 1992, époque à laquelle j’ai commencé à travailler, on entend le même discours… Il est temps de co-construire plutôt que de s’opposer".

En attendant, "si vous estimez que le travail des agriculteurs est gratuit, alors nous estimons que le consommateur n’a pas à payer ses produits en caisse", répond Alexandre Castrec. Et une fois trois caddies remplis de produits estampillés Made in France, les JA sont allés les distribuer gratuitement aux clients de l’enseigne. "Notre travail doit être rémunéré à sa juste valeur, ont-ils rappelé aux consommateurs. Le prix que vous payez en magasin n’est pas équitablement réparti entre les maillons de la chaîne alimentaire : pour un caddie de 100 €, seulement 6,50 € reviennent au producteur". Une action plutôt bon enfant, à quelques jours des fêtes. "Un coup de semonce", soulignent les JA, qui vont surveiller les négociations commerciales de près et n’hésiteront pas, si besoin, à faire entendre à nouveau leur voix dans les semaines à venir.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
Les pratiques agricoles évoluent encore dans les bassins versants
Baisse d’achats d’engrais, plus de sécurité lors des traitements, progression des modes de cultures alternatifs… les pratiques…
Publicité