Aller au contenu principal

Porc Armor Évolution poursuit sa progression

Avec une trentaine de nouveaux adhérents et un nombre de porcs charcutiers en progression de 2,2 % dans un marché à + 0,6 %, Porc Armor Évolution a conforté, l’an passé, sa place de troisième groupement sur l’échiquier national. Et 2020 s’annonce dans la même veine, avec + 5 % à fin août.

(De gauche à droite) au premier rang, Philippe Lecornué, président, et André Bloc’h, directeur. Derrière : Pascal Soulabail, Jérôme Orvain et David Louzaouen, vice-présidents.

"Avec 1,926 million de porcs charcutiers vendus l’an passé, nous consolidons notre troisième place au niveau national", se félicite Philippe Lecornué à quelques heures de l’assemblée générale de Porc Armor Évolution, exceptionnellement décalée à mi septembre pour cause de Covid. "Et sur un marché à + 0,6 %, le groupement progresse de 2,2 %". Une fierté pour son président, qui met en avant les 15 installations et les 30 nouvelles adhésions enregistrées courant 2019. "Et 2020 se poursuit sur la même lancée, avec des ventes de porcs charcutiers en progression de + 5 % à fin août".

 

Accompagner les éleveurs

Porc Armor Évolution veut voir dans cette progression le résultat d’une politique volontariste, décidée par son conseil d’administration. "L’an passé, l’objectif était de consolider nos services". Pour mieux accompagner les éleveurs, toutes les équipes ont été étoffées. Ainsi, les formations se sont multipliées, qu’elles soient obligatoires, comme celles liées à la bio-sécurité, ou qu’elles abordent les fondamentaux de l’élevage, la stratégie d’entreprise, les relations avec les banques…
"Cette année, le contexte sanitaire nous a obligé à nous adapter, notamment en mettant en place des visio-conférences", explique Philippe Lecornué. Une formule qui devrait perdurer au-delà de la pandémie. Car dans cette vaste coopérative, qui couvre la Bretagne mais compte aussi des éleveurs en Normandie et Pays de Loire, sur une quinzaine de départements, la distance peut être un frein. Et cette nouvelle façon de faire a séduit des éleveurs jusque là réticents à venir en formation.

Nous consolidons notre troisième place au niveau national.

Progresser ensemble

"La commission G3T-GTE a beaucoup travaillé à recentrer les résultats sur l’économie", rajoute le président. Les documents sont désormais personnalisés, avec des objectifs et un échéancier fixés avec chaque adhérent. "Le renforcement de l’équipe technique permet un meilleur suivi du plan de progrès". De son côté, l’équipe qualité accompagne les éleveurs dans la mise en place de la réglementation bien-être animal, "que nous voulons considérer comme une opportunité pour commercialiser nos porcs plutôt que comme une contrainte".
Porc Armor Évolution veut aussi placer les jeunes au coeur de sa stratégie. Pour mieux les accompagner dans leur projet d’installation, le service projet a été renforcé. Après la création d’un groupe jeunes, un road trip de trois jours dans le Sud Ouest a permis de tisser les premiers liens. "L’objectif est de fédérer les nouveaux installés, et de partager les expériences des uns et des autres pour progresser ensemble".

 

Protéger les élevages

"Avec un cours moyen à 1,496 €, 2019 a été une année favorable au maillon production, détaille Philippe Lecornué. Et les projets d’investissements ont pu redémarrer". Ainsi, l’an passé, le groupement a recensé 51 000 m² de travaux, chez 88 adhérents, pour plus de 20 millions d’euros d’investissements. "Mais nous n’oublions pas que la FPA, la fièvre porcine africaine, est toujours présente et se rapproche de nos frontières".
C’est donc sur la biosécurité que le conseil d’administration de Porc Armor Évolution a décidé de mettre l’accent cette année. "Car une fois les formations terminées, le plus dur reste à faire pour les éleveurs : mettre en place ce qu’ils ont appris", explique Philippe Lecornué. D’ici la fin de l’année, tous les adhérents pourront bénéficier d’un tour d’élevage avec un technicien, afin d’établir un calendrier des travaux à effectuer. Car chez certains, les investissements seront conséquents "et demanderont un peu plus de temps et un peu plus de moyens. Mais il faut impérativement protéger nos élevages car si un cas de FPA survient, seuls ceux qui auront mis en place des mesures pourront continuer à commercialiser leurs porcs".

 

Porc Armor Évolution en quelques chiffres

- 3e groupement de producteurs de porcs français,
- 588 adhérents,
- 1,9 million de porcs charcutiers commercialisés dont deux tiers nés chez des naisseurs engraisseurs
    un tiers dans des naissages collectifs,
- 43 % des élevages et 70 % des truies suivis en G3T,
- 308 millions d’euros de chiffre d’affaires,
- 66 salariés.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
Publicité