Aller au contenu principal
Font Size

Trop de porcs : l'État demande à la filière de s'organiser

Mardi 2 juin, un plan de filière porcin a été discuté en préfecture de Région pour tenter de résoudre le problème de fluidité des élevages bretons. Du côté des syndicats, l'issue de la réunion ne satisfait pas les éleveurs qui demandaient une aide de l'Etat pour dégager les porcs. La Préfète a demandé à la filière de s'organiser. Le point de vue syndical avec Carole Joliff, présidente de la section porcine FDSEA 22 et administratrice FNP.

L'amont de la filière porcine a sollicité une aide pour dégager les porcs des élevages. La préfète de Région a répondu que c'était à la filière de s'organiser.

La réunion organisée à la préfecture de Région à Rennes, en présence de la préfète, du président du conseil régional et des acteurs amont et aval de la filière, n'a pas répondu aux attentes exprimés par les éleveurs. Tous les représentants étaient conviés - syndicat, union des groupements, comité régional porcin, abatteurs, chambre d'agriculture de Bretagne, conseil régional... - afin de trouver une solution à l'engorgement des élevages bretons. Car même si l'abattoir Kermené a repris son activité "normale" la semaine dernière, la situation dans les élevages mettra plusieurs semaines avant de se débloquer. Risques sanitaires, résultats techniques dégradés, déclassement important, mortalité, non respect du bien-être animal... la situation est désastreuse, selon les syndicats.

Une demande d'aide pour dégager rapidement les porcs
Déjà, dans une lettre ouverte, envoyée fin mai aux politiques du département des Côtes d'Armor, FDSEA et JA alertaient : "180 000 porcs sont en retard de départ de fermes dans la région dont 55 000 à date du 27 mai qui devaient être abattus à Kermené. Pour ce dernier, ce sont 1 112 sites d'élevage qui sont concernés et autant de familles et de salariés qui en sont les dommages collatéraux. A terme, c'est l'ensemble des élevages qui sont mécaniquement affectés par cet embouteillage de cochons".
Une position, portée à "l'unanimité" par les acteurs du comité régional porcin (UGPVB, FRSEA/JA, Crab, Uniporc, MPB) pour évacuer les 55 000 porcs vers des débouchés autres, était de demander "à l'Etat une enveloppe d'un montant de 10 millions d'euros ainsi qu'une enveloppe de dégagement hors Union européenne afin d'assainir le marché engorgé", explique Carole Joliff, présidente de la section porcine FDSEA 22 et administratice FNP. "L'Etat doit assumer toutes ses décisions ayant impacté l'ensemble de la filière. Cela fait trois mois que les éleveurs nagent en eaux troubles... dans un contexte de commerce complètement désorganisé décidé sur fond de crise sanitaire", .
En effet, les trois fériés de mai ont été préjudiciables à la fluidité auxquels est venue s’ajouter la fermeture ou l'activité réduite, pour raison sanitaire et par manque de personnel, de deux abattoirs dont celui de Kermené dans les Côtes d’Armor et de Tradival dans le Loiret. "Les reports sont importants, traduits par des poids à 97 kilos de moyenne à fin mai, et jusqu’à 100 kg pour certaines OP", indique le marché du porc breton dans sa note mensuelle.

Un refus de la Région
Mardi 2 juin, les pouvoirs publics ont répondu qu'il n'y avait pas d'aides à attendre et que la filière devait s'organiser. Il est demandé aux abatteurs d'augmenter les capacités d'abattage, de faire moins de découpe de porcs et de trouver des marchés de dégagement. La finalisation du projet d'AOP (association d'organisation de producteurs) a également été soulignée. Côté éleveurs, on craint que même si la fluidité repart, le prix restera bas dans un marché qui mettra trop de temps à se désengorger. "La réponse est difficilement acceptable ! Nous sommes corvéables à merci et en plus on nous reproche de ne pas être organisés en filière. Alors que d'autres secteurs reçoivent des plans d'aides, l'agriculture n'est pas prévue dans le plan de crise de l'Etat car nous avons toujours été au travail pour fournir les magasins, alors que nous connaissons une crise structurelle", s'indigne l'éleveuse de porcs Label rouge, très déçue de la position de l'Etat. "Et comment trouver de la solidarité auprès des abatteurs qui n'y ont aucun intérêt commercial". Et même si le commerce reprend vers l'export, elle indique que la logistique et la capacité à exporter ne sont pas au rendez-vous. Et de conclure, quant à l'AOP, "c'est l'administration qui bloque le dossier !".

 

180 000 porcs sont en retard de départ de fermes dans la région

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Crédits carbone : les premiers contrats sont signés
Fin 2019, la Commission européenne donnait son feu vert au régime d'aide proposé par la France pour le paiement de services…
Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Trop de porcs : l'État demande à la filière de s'organiser
Mardi 2 juin, un plan de filière porcin a été discuté en préfecture de Région pour tenter de résoudre le problème de fluidité des…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
GAEC Cabri'Hyaule - Eleveurs de chèvres laitières : En bio, produire du lait avec des fourrages de qualité
Des bovins lait en conventionnel aux chèvres bio, la ferme a beaucoup changé depuis 2016. Aujourd’hui, nous sommes trois, le père…
Publicité