Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un aspirateur pour réduire le travail d'astreinte et gagner en propreté

Pour simplifier leur travail d'astreinte, Jean-Christophe et Erwan Le Bris, producteurs de lait à Lannédern (29) se sont équipés d'un aspirateur Lely. Installé cet été, il leur permet de gagner deux heures par jour quand les vaches ne sortent plus du bâtiment.

Le robot aspirateur a permis à Jean-Christophe et Erwan Le Bris de réduire leur travail d'astreinte de deux heures par jour en hiver.

Attachés à la propreté et au confort de leurs animaux, Jean-Christophe et Erwan Le Bris, producteurs de lait à Lannédern, raclent leur bâtiment deux fois par jour en hiver, quand les vaches ne sortent plus. "Ce qui nous prend deux heures", calculent les deux frères. Souhaitant limiter leur travail d'astreinte, ils cherchent une solution. "Un racleur ? Impossible puisque la fosse n'est pas au bout du bâtiment".

C'est en Ille-et-Vilaine qu'ils découvrent l'aspirateur Discovery, que le Lely center de Plonévez du Faou leur installe en août dernier. "Aujourd'hui, on passe 10 minutes par jour à le nettoyer. Mais c'est parce qu'on le veut bien, indique Erwan Le Bris. Il suffirait de passer un chiffon mouillé sur le capteur une fois tous les deux jours". Et les vaches n'ont eu aucun mal à s'habituer au passage régulier de l'engin. "Tout juste l'ont-elles un peu reniflé les premiers jours...".

 

Pour bâtiments de plain-pied

Comme eux, 25 élevages finistériens se sont laissés séduire par le robot racleur pour sols pleins, présenté pour la première fois au Space, à Rennes, en septembre 2016. "Les premiers aspirateurs sont arrivés en élevage un an plus tard, se souvient Fabien Lelièvre, dirigeant du Lely center finistérien. Étant les seuls capables de nettoyer des sols en plein, ils répondent à un vrai besoin. Et nous en avons une bonne vingtaine en commande".

Les avantages qu'il voit à ce nouveau matériel qui, après le robots de traite, d'alimentation et le repousse-fourrage, vient compléter l'offre Lely ? "Faire gagner du temps à l'éleveur, qui n'a plus besoin de racler. Et libérer un tracteur". Très agile, l'aspirateur se joue des bâtiments biscornus, passe sous les barrières, se faufile dans le couloir de retour ou devant le robot de traite, nettoie l'aire d'attente... à condition d'avoir un bâtiment de plain-pied, "ou une pente maximum de 3 %", indique Fabien Lelièvre. Prévu pour aspirer du lisier, "pas du fumier", il tolère néanmoins des brins de paille ne dépassant pas 4 cm de long.

 

Lely

12 heures par jour

"Lely a mis un an à mettre au point ce nouveau robot, et quatre ans à le simplifier", explique Fabien Lelièvre, en ouvrant le capot de l'aspirateur. Le résultat ? "Une raclette en U pour canaliser le lisier, une pompe à vide pour l'aspirer, une batterie. Et une pompe à eau, qui va humecter le sol en été ou la sciure qui a glissé à l'arrière des logettes". Chacune des deux roues est pourvue d'un moteur, afin que l'aspirateur puisse tourner aisément. Et la vidange se fait dans la fosse ou un point spécialement aménagé.

Passant la moitié de son temps à recharger ses batteries, le robot peut fonctionner jusqu'à 12 heures par jour. "Et nous programmons les circuits qu'il doit emprunter dans la journée, en passant 2 à 4 fois par jour dans les secteurs les moins sales et jusqu'à 6 voire 10 fois dans les lieux les plus fréquentés par les animaux". Autre avantage, "si le bâtiment évolue, il suffit d'une visite de programmation pour l'adapter à la nouvelle configuration".

 

Une centaine de laitières

Travaillant en continu, le robot aspirateur est efficace jusqu'à une centaine de vaches. "Mais ça dépend plus de la configuration du bâtiment que du nombre de laitières, indique Fabien Lelièvre. Le prix de la tranquillité ? "27 000 à 29 000 €, selon le système de vidange retenu. Auxquels il faut rajouter un contrat de maintenance, aux alentours de 1 500 €/an, comprenant le remplacement des pièces d'usure".

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le tribunal de Saint Brieuc exige du GDS la délivrance des ASDA
Depuis plusieurs mois, un conflit oppose des éleveurs adhérents ou non adhérents du GDS, au sujet, d'une part, du montant des…
Notre agriculture devrait-elle répondre aux diktats pour perdurer et être légitime ?

De plus en plus, nous, agricultrices et agriculteurs devons répondre à des injonctions, et même plus que cela, à de…

Après 7 ans au Canada, Julien Thomin s'installe à Plouider
Salarié pendant 10 ans, dont 7 au Canada, Julien Thomin a fait le choix de revenir sur l'exploitation familiale, à Plouider (29)…
"On vit une guerre économique"
Invité à intervenir à l'occasion de l'assemblée générale de la FDSEA 35 qui se déroule le 20 février prochain, Gil Rivière-…
Pourquoi et comment mesurer le bilan environnemental des élevages ?
Sur la question environnementale, l'élevage est pointé comme une cause importante de dommages à l'échelle de la planète, avec des…
TICPE : faites vos demandes de remboursement 2019, avant le 31 janvier 2020

La loi n° 2019-1479 de finances pour 2020 va supprimer le taux réduit applicable au gazole non routier (GNR), auquel sera…

Publicité