Aller au contenu principal

Une cure de sève de bouleau pour bien attaquer le boulot !

Remède de grand-mère, la sève de bouleau, consommée en cure de trois semaines au printemps, apporte de multiples bienfaits pour le corps. Au cœur de Quénécan, dans l’immensité de la forêt, quatre jeunes entrepreneurs ont décidé de la commercialiser, sous le nom de Primaseva.

En centre Bretagne, située entre le Morbihan et les Côtes-d’Armor, à cheval entre les communes de Sainte-Brigitte et du Perret, se dresse l’une des plus remarquables forêts bretonnes : la forêt de Quénécan. Ce site naturel de plus de 3 000 ha, classé Natura 2000, est une zone d’intérêt écologique, faunistique et floristique. Au milieu de cet écrin, se niche une des forges à bois les plus anciennes et les mieux préservées de Bretagne : les Forges des Salles. Un vestige exceptionnel d’une activité prospère et industrielle pendant près de trois siècles. Si jadis, le bois du domaine forestier qui l’entoure servait à alimenter les forges, aujourd’hui, les débouchés de cette forêt ont quelque peu évolué. Propriété de la famille du Pontavice, la forêt labellisée PEFC (gestion durable des forets) est le lieu d’une diversité d’activités de pleine nature : randonnées, visites guidées des forges, logements insolites dans les arbres... Dans cette optique de valorisation du domaine, Constance et Paul-Henri de Salins, Mathilde et Jean-Baptiste Bouvet ont eu l’idée de commercialiser la sève des bouleaux, que l’on compte par milliers à Quénécan, en créant, il y a deux ans, la société Primaseva. "Cette activité est intéressante car c’est une autre façon d’exploiter la forêt, sans affecter les sols et c’est un produit durable", explique Paul-Henri.

La sève de bouleau a des actions drainantes, détoxifiantes et tonifiantes.

Récolte de la sève

La collecte se fait manuellement. Un système simple de récolte est placé sous les arbres, afin de collecter la sève, soit environ 2 à 3 litres de sève par jour. Une fois récolté, le liquide est filtré et conditionné en cubi ou en poche. Certifié bio, il est vendu dans de nombreux magasins de producteurs et bio, au prix de 8 € le litre, partout en Bretagne. La sève fraîche, plus qualitative que la sève stabilisée qui aurait été pasteurisée par exemple, peut- être conservée au réfrigérateur et consommée sous trois à quatre semaines maximum après la récolte. "Le temps de commercialisation est très court. C’est pourquoi nous avons mis en place un système de précommande et nous livrons les magasins toutes les semaines pour que la sève soit la plus fraîche possible et que le délai entre la récolte et la livraison ne dépasse pas trois jours", explique Paul-Henri.

sève de bouleau

Cure de trois semaines

Il est ainsi recommandé de prendre un verre par jour pendant trois semaines avant le petit-déjeuner. Au début le goût de la sève est neutre et s'apparente à une eau légèrement boisée. Puis, une bio fermentation débute, troublant alors le liquide, faisant évoluer le goût. À noter cependant que plus la sève fermente, plus elle déploie ses principes actifs. Bien que la littérature scientifique ne se soit pas encore attardée sur les vertues de la sève de bouleau, il est couramment admis que réaliser une cure de ce jus apporte de nombreux bien-faits au corps. Ces bienfaits se notent sur des actions drainantes, détoxifiantes et tonifiantes. Elle draine les "émonctoires" que sont les reins, les poumons, le foie, le sang et la peau. Réalisée au printemps, ce remède de grand-mère permet de nettoyer les toxines de l'hiver. Riche en minéraux, en oligo-éléments et en vitamines, notamment les vitamines B, la sève de bouleau est l’une des seules cures détox qui ne fatigue pas mais booste le système immunitaire. Elle reminéralise les articulations, renforce et réhydrate les muscles pour les sportifs, les personnes en convalescence et âgées. Analysée en laboratoire, la sève de bouleau, récoltée au cœur de la forêt préservée de Quénécan, est particulièrement qualitative. Il faudra maintenant attendre l'année prochaine pour passer commande.

 

Infos pratiques : Primaseva, dans la forêt de Quénécan, Les Forges des Salles à Le Perret-Sainte-Brigitte. 
Mail : contact@primaseva.fr ; site : primaseva.fr.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité