Aller au contenu principal

Une tournée d’été pour aller à la rencontre des consommateurs

Cette année encore, Agriculteurs de Bretagne organise sa tournée d’été. Du 14 juillet au 14 août, un fourgon aux couleurs de l’association fera étape dans 25 villes. Autant d’occasions de mieux faire connaître l’agriculture bretonne aux locaux comme aux touristes, et d’échanger avec des consommateurs avides d’en savoir plus sur ce qu’ils mangent.

Tout au long de la matinée, petits et grands s’essaient volontiers au quizz agricole, qui permet d’en apprendre un peu plus sur l’agriculture bretonne tout en s’amusant… et en remportant au passage quelques cadeaux aux couleurs d’Agriculteurs de Bretagne.

Le marché de Saint Pol de Léon (29) vient à peine d’ouvrir ses portes que déjà, les visiteurs se pressent autour du stand d’Agriculteurs de Bretagne. Attirés par le jeu de la roue, ils tentent de répondre à quelques questions, histoire de repartir avec une casquette, un chapeau ou un crayon. Puis ils entament volontiers un échange avec les agriculteurs présents.

 

À la rencontre des consommateurs

L’idée de la tournée d’été d’Agriculteurs de Bretagne est née l’an passé. "À cause du Covid, toutes les manifestations auxquelles nous avions prévu de participer, Vieilles Charrues, Brest 2020…, ont été annulées. On a donc imaginé un fourgon aux couleurs de l’association pour aller à la rencontre des consommateurs, sur les marchés, les sites touristiques…". Une formule qui séduit puisque, sur 17 étapes, les 110 agricultrices et agriculteurs mobilisés ont pu échanger avec plus de 13 000 personnes.

L’occasion de présenter les métiers et les possibilités d’embauche au sein de l’agriculture.

Quatre départements et 25 dates

Cette année, avec 25 dates sur les quatre départements bretons, le programme était encore plus ambitieux. Et, comme l’an passé, le succès est au rendez-vous. "Les gens viennent facilement nous voir, constate Juliette Gautier, chargée de la logisti-que sur la tournée. Et à chaque rendez-vous, nous distribuons entre 500 et 700 petits journaux qui, en 8 pages, abordent en détail cinq questions sur l’agriculture bretonne".
Après le bien-être animal ou la réduction de l’utilisation des médicaments en élevage l’an passé, l’édition 2021 évoque la méthanisation, la différence entre les œufs, qu’ils soient bio, plein air, issus de poules élevées au sol ou label rouge, l’intérêt de l’élevage de certains animaux, porcs ou volailles, à l’intérieur… Le journal fournit aussi quelques indicateurs sur l’agriculture bretonne, première productrice de choux-fleurs ou d’échalotes, de porcs ou d’œufs de consommation. Et rappelle qu’en 20 ans, elle a réduit de 68 % l’usage des antibiotiques en élevage, de 36 % les ventes de pesticides en 10 ans…
"Des efforts ont été faits et continuent à être faits par les agriculteurs au quotidien", souligne Odile Caroff, membre associée de la chambre d’agriculture du Finistère. "Il nous faut communiquer sans relâche pour le faire savoir au consommateur, pour tenter d’atténuer le décalage entre la perception qu’il a de notre métier et la réalité". Mais la communication n’est pas à sens unique ! "Ces échanges sont aussi l’occasion d’être à l’écoute du consommateur et de répondre à toutes les questions qu'il se pose".

Agriculteurs de Bretagne

Un mini-village agricole

À Saint-Pol-de-Léon, c’est un mini-village agricole qui s’est monté, Agriculteurs de Bretagne ayant implanté son stand à proximité de la Maison de l’artichaut, ouverte tous les mardis matin de l’été pour faire découvrir l’une des cultures emblématiques de la zone légumière. Et comme à Concarneau et Douarnenez, l’Anefa l’a rejoint pour la matinée. "Notre jeu Game of bottes attire de nombreux visiteurs, souligne Françoise Lazennec, animatrice basée à Saint-Pol-de-Léon. Il nous donne l’occasion de présenter les métiers et les possibilités d’embauche au sein de l’agriculture. Et de tordre le cou à certaines idées reçues, en évoquant la rémunération, le 13e mois, le Cesa, le comité d’entreprise des salariés agricoles, ou la stabilité des emplois : si certains ont en tête le ramassage d’échalotes, le secteur propose aussi de nombreux postes en CDI, en élevage, maraîchage, cultures sous serres…".

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Bale grazing, une autre façon de nourrir dehors les animaux en hiver
Inspiré de techniques néo-zélandaises, le bale grazing consiste à disposer de l’ensilage ou du foin dans une parcelle, qui…
Les méthaniseurs bretons défendent un modèle agricole
L'Association des agriculteurs méthaniseurs bretons s'est réunie au Lycée la Touche à Ploërmel (56). Avec les trois quarts d'…
Les producteurs de lait exigent des hausses de prix
Alors que les négociations commerciales avec la grande distribution battent leur plein, les producteurs de lait sont venus…
Agriculture, quelles stratégies bas carbone ?
Mobiliser les acteurs du territoires sur la diminution de leur empreinte en matière de GES, gaz à effet de serre. C’est tout l’…
Les zones d’ombre des nouveaux textes sur les ZNT
Le ministère de l’Agriculture a mis en consultation le 21 décembre deux textes réglementaires sur les zones de non-traitement (…
L'élevage aux abois, étranglé par l’absence de prix et l’envol des charges
Beaucoup de jeunes installés. Après le rassemblement de plus de 300 producteurs de porcs jeudi, pour demander des aides d’urgence…
Publicité