Aller au contenu principal

2020 : l’année pour démarrer le désherbage mécanique

Les semis réalisés dans de bonnes conditions, conditions sèches pendant les premières semaines après les semis ont parfois mis à mal les traitements avec des produits racinaires. Le démarrage rapide des maïs, ainsi que les faibles pluies du début de cycle ne permettent pas aux adventices d’exploser.

La véronique de Perse, une espèce présente maintenant sur tout le territoire.

Après un hiver très pluvieux, il faudra attendre le ressuyage des sols avant de semer dans de bonnes conditions : si quelques semis ont pu débuter en avril, l’essentiel des semis se fera sans interruption dans la première quinzaine de mai. Les températures sont élevées et le maïs démarre très vite. Ces conditions sèches sont très favorables au désherbage précoce mécanique avec des herses étrilles, houes rotatives, mais pénalisent les interventions avec des produits à action racinaire. Les quelques pluies du mois de juin ainsi, quelques fenêtres météo correctes permettent de passer sur des adventices jeunes très favorables à l’efficacité des produits de post levée. Mais au final les levées des mauvaises herbes sont très groupées.
Les passages pluvieux du mois juin rendent difficiles les interventions de herse étrille et de houe rotative sur des stades jeunes du maïs. A partir de fin juin, les conditions sont idéales pour le désherbage mécanique : les bineuses font de l’excellent travail.

 

Optimiser les conditions d'application

Toutes les stratégies fonctionnent, à condition d’optimiser les conditions d’applications et d’utilisation. Il n’y a pas une technique meilleure qu’une autre. Cependant, le type de flore attendue dans la parcelle, la disponibilité du matériel et de la main d’œuvre peuvent orienter sur les stratégies à mettre en œuvre. Le choix des produits, en particulier le mode de pénétration dans la plante (racinaire ou foliaire), mais également son mode de circulation dans la plante (contact ou systémique) devront être pris en compte au moment de son application. L’humidité du sol sera ainsi déterminante pour le bon fonctionnement des produits à pénétration racinaire. Pour les produits foliaires, ce sont plutôt les conditions atmosphériques (en particulier l’hygrométrie) qui seront essentielles. Les outils de désherbage mécaniques doivent également être utilisés dans des conditions spécifiques. On donne souvent comme repère, un stade du maïs optimum pour l’utilisation des outils. Mais plus que le stade du maïs, ce qui importe le plus c’est le stade des mauvaises herbes. En particulier, les herses, les houes, les roto-étrilleuses, sont des outils qui ne peuvent fonctionner correctement que sur des adventices jeunes.

Désherbage du maïs
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité