Aller au contenu principal

Bilan de campagne maïs 2020 : Une bonne année, sauf en sud Ille-et-Vilaine

La campagne culturale du maïs 2020 a été marquée par des dégâts de gros ravageurs, notamment de corvidés, qui ont progressé partout en Bretagne, et le coup de vent des 1er et 2 octobre qui a entraîné des difficultés de récolte dans de nombreux secteurs. À part cela, les conditions de culture auront été favorables à la croissance et à la maturation du maïs. Au final, à part certaines parcelles séchantes du sud et est Bretagne, régulièrement impactées par la sécheresse estivale, les rendements en fourrage et grain sont supérieurs de 1 à 2 t aux moyennes. Les 15 t de MS en fourrage et les 90 q en grain sont régulièrement dépassés dans de nombreux secteurs.

De nombreuses parcelles ont été impactées par le coup de vent des 1er et 2 octobre, rendant difficiles les récoltes.

Après une période hivernale très arrosée, favorable au remplissage de la réserve du sol, les semis se déroulent dans de bonnes conditions entre la mi-avril et le 20 mai. La majorité des semis a lieu entre la fin avril et le 10 mai, avec davantage de semis plus précoces en Ille-et-Vilaine. Un gros orage, le 9 mai dans les Côtes d’Armor, occasionne localement des dégâts dans les parcelles en pente. Les semis tardifs, au-delà du 10 mai, concernent les parcelles en bio et après valorisation d’une culture dérobée .

 

Une année exceptionnelle pour des désherbages mécaniques

Les conditions chaudes de la deuxième quinzaine d’avril sont favorables à une bonne levée. Celles de la mi-mai, plus fraîches, auront peu d’impact sur les levées, les sols étant suffisamment réchauffés. L’épisode pluvieux du 9 mai, plutôt favorable, sera très intense dans les Côtes d’Armor, entraînant de forts ruissellements dans de nombreuses parcelles. Ce seront les dernières pluies du mois de mai. Après, il faudra attendre le 6 juin pour avoir de nouveaux arrosages.
Le désherbage mécanique en prélevée et/ou rattrapage a été favorisé cette année du fait des conditions sèches au moment des semis précoces. Par contre, les désherbages de pré-levée ont souvent été perturbés par les dessèchements de surface et la faible hygrométrie, comme on peut le constater après récolte (PSD, ray-grass, renouées). Par la suite, les post levées, les rattrapages ou les binages ont pu se faire dans de bonnes conditions même si, parfois, les graminées étaient trop développées pour être contrôlées. On note en particulier une progression des graminées estivales dans le Finistère et des ray-grass résistants en Côtes d’Armor, ainsi qu’en Ille-et-Vilaine.

 

Des attaques de corvidés en progression

Les attaques de corvidés auront marqué la campagne, tant elles sont en progression partout en Bretagne, avec des obligations de resemis dans de nombreuses parcelles (voir ci-contre). Les sangliers sont toujours présents en sud Morbihan, avec des parcelles fortement impactées. Par ailleurs, les autres ravageurs sont moins présents, avec peu de mouche des semis, de géomyze et d’oscinie. Les taupins sont aussi en retrait en 2020. Les dégâts restent très localisés. La pyrale, très présente en 2018, s’est faite également plus discrète, avec moins de verse constatée sur les plantes avant le coup de vent. Si des traitements ont pu être faits, surtout dans le sud et à l’est de la Bretagne, ils n’expliquent pas la baisse de pression constatée dans le réseau BSV. À noter l’apparition, pour la première fois en Bretagne, de la sésamie, un autre papillon, dont les premières captures ont eu lieu en Ille-et-Vilaine (Rannée, Tréffendel et le Grand Fougeray) et Morbihan (Lauzach). Déjà très présente dans les Pays de Loire, la sésamie devra être surveillée dans les prochaines années en Bretagne.

 

Une quasi-absence de maladie

Le bon état sanitaire a été préservé jusqu’à la fin de cycle. Si on observe toujours un peu de rhizoctone dans les secteurs habituels, on observe peu de maladies du feuillage comme l’helminthosporiose.

 

De très bons rendements

Les récoltes démarrent avec une semaine d’avance par rapport à une année moyenne. La maturité s’accélère en fin de cycle et beaucoup sont surpris d’avoir des maïs un peu secs. Des chantiers d’ensilage réalisés dès la fin août interrogent le sud Bretagne sur le choix des indices variétaux. Faut-il modifier les indices de précocité ?
La tempête des 1er et 2 octobre aura chahuté un grand nombre de parcelles, un peu partout en Bretagne. Les dégâts vont de quelques zones dans la parcelle à des parcelles entières brouillées, avec de grosses difficultés de récolte. La sensibilité à la verse est pointée du doigt car quelques variétés n’ont pas du tout résisté. Une vigilance à avoir pour les choix variétaux 2021 ! Les chantiers d’ensilage seront freinés par l’arrivée de fortes pluies qui ont accompagné le coup de vent.
Toutefois, les rendements sont au rendez-vous. À part les zones particulièrement séchantes du sud et est Bretagne, où les rendements plafonnent à 10 t MS/ha, ils sont supérieurs de 1 à 2 t par rapport aux moyennes. On atteint les 14/15 t de MS en fourrage et on dépasse régulièrement les 90 q de grain sec en récolte grain.

 

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
Publicité