Aller au contenu principal

Biosécurité : le Gaec des Bois opte pour deux types de clôture

D'ici décembre, le Gaec des Bois en Côtes d'Armor aura clôturé les différentes zones de son élevage porcin. Entourés par les bois, les associés ont choisi d'adapter le type de clôture à la zone. Ainsi, une clôture électrique associée à des flashs délimitera zone boisée et zone professionnelle.

La zone professionnelle sera bientôt séparée du bois par une clôture électrique.


L'élevage de 800 truies naisseur-engraisseur du Gaec des Bois à Hénanbihen est entouré au trois quart par des bois. Et le gibier aperçu ne manque pas. La biosécurité est donc un enjeu important des trois associés du Gaec qui ont opté pour un projet de clôture original installé prochainement en décembre.

Installation d'une clôture électrique
Sur le site, seule 50 m de clôture rigide viendra séparer la zone d'élevage (bâtiments) de la zone professionnelle (passages de tracteurs, véhicules, personnes). Par contre la zone publique sera séparée de la zone professionnelle par 500 m de clôture électrique. "Nous sommes entourés par les bois et un sanglier peut passer à travers un grillage souple. Là le fil électrique de 2,5 mm d'épaisseur est difficile à casser à la main", décrit Tanguy Portier, un des trois associés du Gaec. Tous les 20 cm jusqu'à un mètre de hauteur, cinq fils électriques au total seront installés, plus un sixième fil distant de
1,30 m du sol. Un courant supérieur à 4 000 volts passera dans ces fils. Les fils seront fixés à des poteaux de 18 cm de diamètre, plantés tous les 20 m dans le sol à une profondeur d'un mètre. Les poteaux intermédiaires présents, eux, ne sont pas enterrés. "Ce sera facile d'entretien avec la débroussailleuse. Il n'y a pas besoin de mettre de béton", indique l'éleveur. Le Gaec des Bois est passé par la société Patura, un distributeur de matériel de clôture électrique en élevage bovin, ovin et équin. Enfin, un portail sera installé à l'entrée de la route, constitué d"une barrière pour bovin avec des panneaux en composite*".

Des clôtures différentes selon la zone
Avant de signer le contrat, les éleveurs ont interrogé leur groupement Cooperl afin de vérifier la validité du projet : zone professionnelle et zone publique sont soumises à une obligation de résultat, et non de moyen, rapportent les associés. Enfin, par cette opération, le Gaec a pu réduire sa facture de 30 % comparé à un projet de clôture rigide. Dans le secteur, il seront les premiers producteurs de porcs à inaugurer ce type de clôture. Des mesures qu'ils jugent nécessaires compte tenu de la proximité des bois, de la présence de gibiers sauvages et du risque de propagation de la fièvre porcine africaine, qui touche l'Allemagne aujourd'hui. "Installé depuis trois ans, si la FPA arrivait dans mon élevage, je n'aurais plus rien. Oui, cela fait peur", conclut Tanguy Portier.

(*) Ce projet  est unique. Sans recul sur ce type d'installation, le retour d'expérience des éleveurs sera pris en compte dans un second temps.      

Une clôture électrique haute tension

clôture

L'entreprise Patura pose des clôtures électriques du parc à poules au parc à ours (zoo) allant de trois fils à dix fils selon l'espèce (photo ci-jointe). "Quatre fils suffisent pour le sanglier mais chaque cas est spécifique", explique le technico-commercial Olivier Dauloudet qui s'est rendu au Gaec des Bois avec le poseur pour convenir de la clôture la plus adaptée à la configuration du terrain. La tension électrique libérée par l'électrificateur sera de 4 000 à 6 000 V (5 à 6 joules). "La qualité des prises de terre est un élément essentiel de la réussite", insiste le technicien, "il faut les installer à 30 m des bâtiments, loin des remontées métalliques". Seront installées deux prises de terre éloignées de 10 m l'une de l'autre et conçues avec de l'argile "bentonite" qui en démultiplie l'efficacité. "Les deux prises terre équivalent à environ 20 prises de terre classiques".
L'enfonçage des poteaux est d'un mètre dans le sol, en cas d'impossibilité des coins "argentins" sont installés. Sur les fils, les tendeurs réduisent les forces de tractions. "Si un arbre tombe ou un sanglier en chasse se jette dans les fils, le tendeur prend la tension". Un poste télécommande permet à l'éleveur d'intervenir à distance sur la clôture.
Enfin, des flashs (4 par 100 m) indiquent que la clôture fonctionne, et de plus, permettent aux animaux en balade d'assimiler le flash à la douleur.
Après la pose par un poseur agréé, Olivier Dauloudet contrôle l'installation avant de délivrer la garantie décennale. L'installation peut être réalisée par l'éleveur lui-même (contrôle idem).

 

Déploiement de l’outil Pig Connect

Pour aider les éleveurs à mettre en œuvre les nouvelles mesures de biosécurité en élevage et lutter notamment contre la FPA, l’ANSP (Association Nationale Sanitaire Porcine) a développé un outil professionnel d’audit pour évaluer le niveau de biosécurité d’un élevage donné. Cet outil se présente sous la forme d’une application pour smartphone, et intègre un questionnaire composé de 70 questions directement reprises de l’arrêté du 16 octobre 2018 sur les mesures de biosécurité à mettre en place en élevage porcin.
Les résultats sont à visualiser sur le site "www.pigconnect.fr", et affichent une note sur 70 points. Les intérêts de cet audit sont doubles : pour l’éleveur et pour la filière. Cet outil permet à l’éleveur de se positionner dans son projet de mise en place des mesures de biosécurité dans son élevage. L’éleveur peut alors progresser sur la biosécurité de son élevage en travaillant avec son vétérinaire ou son conseiller avec un suivi adapté à sa situation. Après accord de l’éleveur, les données sont centralisées dans la base de données nationales de la filière porcine, et permet à la filière d’avoir une vision globale du niveau de biosécurité des élevages français. En cas de crise sanitaire, cela permettra d’accompagner les éleveurs pour protéger leurs élevages. L’audit peut être réalisé par des techniciens d’OP, des vétérinaires ou experts de différentes structures formés à la biosécurité. Sachez que les données restent confidentielles et ne seront pas rendues publique de manière individuelle.
Plus d’info sur www.pigconnect.fr, application disponible sur l’App store et Google Play.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
La naissance d'un poids lourd du conseil, et de la Data en élevage
Par communiqué, quatre structures, Evolution, BCEL ouest, GDS Bretagne et Copavenir ont annoncé en fin de semaine dernière leur…
Viande cultivée : vers la fin de l’élevage ?
Depuis le premier steak haché créé en laboratoire en 2013, les techniques de production de viande artificielle progressent et de…
Une stratégie non pas tournée sur les volumes, mais le revenu
Lors d'une session en visio-conférence les chambres d'agriculture de Bretagne ont débattu et adopté les grands axes de leur…
Publicité