Aller au contenu principal

Changement climatique : Des arbres contre le stress hydrique des légumes

Marier les arbres aux cultures maraîchères est une voie de recherche pour lutter contre les sécheresses qui s'intensifient en été dans le sud de la France. Tout le travail de recherche de l'équipe d'Agroof et de leurs partenaires - au sein de l'essai baptisé "Arbratatouille" - consiste à trouver le meilleur équilibre entre la production de tomates et la présences des arbres.

L'ombre améliore la qualité des tomates. Ici, les arbres sont espacés de 10 m les uns des autres.

Les arbres et les légumes habituellement ne sont pas associés pour des raisons évidentes de compétition des ressources et de la lumière. Mais lorsqu'il fait très chaud en été, l'arbre peut alors procurer aux cultures maraîchères un espace plus propice à leur développement. Une équipe de chercheurs de la société coopérative et participative (Scop) Agroof basée dans le Gard, est spécialisée en agroforesterie intra-parcellaire.
Chez les producteurs maraîchers, la récurrence des sécheresses en plein été crée des problèmes de stress hydrique des cultures. De même, le recours à l'irrigation peut subir des restrictions en été. "Toute la question est de limiter le stress hydrique, tout en limitant le recours à l'eau. Sans compter le confort des producteurs avec le travail à l'ombre", explique Camille Béral en charge de la partie Recherche à Agroof. "L'arbre peut modifier le microclimat : il créé de l'ombrage, qui réduit les température extrêmes et limite l'évapotranspiration. Cela aboutit à une meilleure résilience des cultures". De plus, cet environnement arboré est source d'une plus grande diversité faunistique que le maraîchage biologique cherche à développer pour bénéficier des auxiliaires de cultures dans le contrôle des ravageurs. Quant à l'arbre, la perte des feuilles apporte également de la fertilisation au sol.

 

La forme têtard : une canopée adaptée

La création de ce microclimat est très complexe. Très localisé, il est modifié par les arbres qui captent le rayonnement, changent les flux d'air et le cycle de l'eau. Chaque type d'arbre - sa hauteur, son espacement, sa forme, la topographie du terrain... - agit différement sur le microclimat. Dans l'essai étudié, les arbres (des noyers) âgés de 25 ans sont alignés et espacés de 10 m entre eux, créant un microclimat homogène, entre lesquels est étudiée la production de tomates. Différentes coupes d'arbres ont été expérimentées : les coupes élagué, émondé et têtard, comparées à la parcelle "témoin". Des sondes ont été placées sous les arbres, entre le sol et la couronne d'arbres pour y mesurer la température et l'humidité afin de déterminer "l'ambiance générale". "Plus on a d'ombre plus, plus les extrêmes climatiques sont tamponnés, on peut observer des différences de température de trois degrés. Cela tamponne en pleine canicule mais aussi la nuit car les arbres gardent la chaleur", remarque Camille Béral. Mais pour les tomates, quelle est l'ombre optimale ? C'est la forme têtard qui a donné les meilleurs résultats : les variétés de tomates ont mieux supporté le stress hydrique avec une qualité des tomates améliorée. "Si les tomates "témoin" (sans ombre) ont produit plus de biomasse, elles avaient plus de défauts dus au stress, du cracking et des coups de soleil. Le meilleur compromis est la forme têtard, la qualité est meilleure avec une différence de biomasse non significative avec le témoin". Un résultat qui concorde avec d'autres travaux qui recommandent de ne pas dépasser 50 à 60 % d'ombrage.

agroforesterie

Cumuler les références

Un arbre ou un groupe d'abres est unique donc chaque système est également unique. D'où la difficulté de généraliser à tout système, un microclimat. "Il faut travailler avec de la modélisation, ce qui demande beaucoup de recherches encore pour scanner les densités et les types d'arbres", précise Camille Béral. Il est donc trop tôt pour appliquer un modèle de microclimat, notamment aux systèmes de maraîchers fruitiers qui se développent dans le sud. C'est pourquoi Agroof réalise de la "recherche participative". "En élevage, maraîchage et vigne..., on travaille avec les producteurs et l'installation de parcelles témoin". Avec le réchauffement climatique, l'arbre devient un rempart contre les degrés en trop. Une symbiose vers plus de vert.

 

Informations : https ://arbratatouille.projet-agroforesterie.net
Chaîne YouTube des chambres d’agriculture de la Bretagne (web-atelier : l’agroforesterie au centre des enjeux climatiques) https ://www.youtube.com/user/CABZH1

 

L'arbre source de fourrage

D'autres études s'intéressent à la production de fourrages pour les animaux par les arbres. Le mûrier et le frêne sont mobilisables en été pour nourrir les animaux et pallier au manque de ressources. Quelle productivité, quelle coupe, quelle valeur alimentaire, quelle distribution... ? Le sujet est sérieusement étudié et se développe en élevage.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité