Aller au contenu principal

DeshMéca : Désherbage mécanique, vous n’êtes pas seul, pour vous lancer ou vous perfectionner

La réussite du désherbage mécanique se joue avant tout sur le terrain, en observant parcelle par parcelle, l’état du sol, la culture et les adventices. C’est pourquoi, la chambre d’agriculture a fait le choix de former 33 conseillers sur toute la Bretagne pour vous accompagner au champ, dans la maitrise de cette pratique.

La herse étrille, passage en aveugle avant la levée du maïs.

DéshMéca en 2020

Désherbage du maïs

Pour la première année de lancement de cette opération, 189 exploitations ont été accompagnées en 2020. Cela correspond à 332 parcelles pour une superficie d’environ 1 500 ha.Il s’agissait d’introduire dans les programmes de désherbage du maïs au moins une partie de mécanique. Plusieurs stratégies de désherbages ont ainsi pu être développées dans des exploitations volontaires :
- Désherbage mécanique précoce suivi d’un rattrapage chimique,
- Désherbage chimique suivi d’un binage,
- Désherbage 100 % mécanique y compris chez des bio.

Comparés à des désherbages chimiques classiques, ces stratégies ont permis d’atteindre des niveaux d’efficacités tout à fait comparables et très satisfaisants. Un tiers des parcelles initialement prévues en 100 % mécanique ont du faire l’objet d’un rattrapage tardif en raison d’un salissement non acceptable : malgré cela sur l’ensemble des parcelles, on enregistre en moyenne une diminution de 20 % de l’IFT et de 35 % des quantités de substances actives.
L’enregistrement des données de chaque agriculteur et en particulier des temps de chantiers, des outils utilisés, de la traction utilisée a permis de préciser les coûts d’utilisation de ces machines (1). En fonction du nombre de passages réalisés, on peut ainsi calculer chacun des coûts de désherbage en fonction de chaque programme. Des coûts moyen de 83 €/ha à 153 €/ha selon les stratégies sont observés. En moyenne l’introduction de mécanique se traduit par un surcoût 28 €/ha par rapport au chimique. Cependant cette moyenne cache de grandes disparités avec des situations où les stratégies chimiques sont parfois plus chères que les stratégies mixtes ou mécaniques. La mise ne œuvre des leviers agronomiques (travail du sol-faux semis, date de semis, rotation…) sont une hypothèse pour expliquer ces disparités.

Désherbage du maïs

DéshMéca, un accompagnement complet et personnalisé

En optant pour DéshMéca, vous bénéficiez d’astuces et de conseils grâce aux échanges directs et sur le terrain avec l’un de nos 33 conseillers agronomie formés au désherbage mécanique. Cet appui vous est proposé de la préparation du semis jusqu’à la récolte, en passant par les déclenchements des interventions et les réglages d’outils.
Pour ne pas augmenter le coûts/ha du désherbage mécanique, la majorité de nos accompagnements DéshMéca sont pris en charge dans le cadre des actions bassins versant qui sollicitent la chambre d’agriculture ou dans le cadre de financements de groupes (AgroCultures, Ecophyto…). Sur certains secteurs, une prise en charge partielle des passages d’outils est également proposée.

Si vous souhaitez bénéficier de ces accompagnements, contactez le conseiller(ère) chambre d’agriculture le plus proche, ou contacter le service agronomie au 02 23 48 27 10.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
Publicité