Aller au contenu principal

Détruire des couverts végétaux sans glyphosate

Le confinement, mis en place à la mi-mars l'an dernier, avait interdit la tenue d’une démonstration de destruction mécanique de couverts végétaux. C’est avec un an de retard que la chambre d’agriculture et les bassins versants du Quillimadec et de l’Alanan (29) ont enfin pu convier les agriculteurs à découvrir le travail effectué par le Dyna-drive et les déchaumeurs, à dents ou à disques.

Composé de deux rangées de disques, un peigne et un rouleau cage, ce déchaumeur Diskator Quivogne a été équipé d’une trémie pour semer le couverts végétaux, en été.

"Plus on aura de biomasse, plus on aura de services rendus par le couvert végétal", rappelle Denis Le Hir, conseiller à la chambre d’agriculture, en citant la fixation de l’azote mais aussi la protection du sol contre l’érosion ou la limitation du salissement des parcelles. Le 24 mars dernier, les agriculteurs de la zone légumière ont pu découvrir deux essais à Kerlouan (29). Après haricot industrie, un mélange avoine et féverole de printemps a été semé début septembre. "Si la féverole est en floraison, l’avoine est en fin de cycle et se dégrade, constate Denis Le Hir. Et la parcelle a commencé à se salir". Avec une biomasse aérienne estimée à 1,48 t MS/ha, l’azote mobilisé est de l’ordre de 45 kg/ha, pour une estimation de l’azote restitué à 19 kg/ha.

 

Un apport d’azote et de matière organique

A proximité, c’est une avoine d’hiver qui a été semée fin septembre après une récolte de maïs ensilage. "Elle est en début montaison, ce qui va rendre sa destruction plus compliquée", note Denis Le Hir. Si la biomasse est du même ordre, 1,46 t MS/ha, la quantité d’azote mobilisé est moindre, 35 kg/ha, tout comme l’azote restitué, estimé à 10 kg/ha. "Les couverts végétaux vont également restituer du phosphore et de la potasse, du soufre et du magnésium, complète le conseiller. Et l’apport de matière organique stable par le couvert végétal se chiffre à 0,4 t/ha quand la perte annuelle est estimée à 1,5 t/ha dans la région".

Plus on aura de biomasse, plus on aura de services rendus par le couvert végétal.

Arracher et brasser

La démonstration de destruction de couverts végétaux a permis de voir à l’oeuvre le Dyna-Drive de Bomford un outil encore peu courant dans nos régions, même si on en compte quelques uns dans les Cuma du Trégor finistérien et chez des légumiers de Côtes d’Armor. "C’est un cultivateur rotatif à deux axes horizontaux auto-entraînés, détaille Marc Gontier, représentant de Quitté distribution. Le premier axe entre en mouvement grâce à l’avancement du tracteur et entraîne le second, qui tourne trois fois plus vite". Si le premier arrache les racines, le second brasse ensuite la végétation, "et laisse un terrain nivelé, sans tas". La profondeur de travail, maîtrisée grâce au rouleau arrière, peut aller jusqu’à 15 cm, pour une vitesse allant de 6 à 15 km/h, en fonction des chantiers. "Sur un terrain avec des pierres, mieux vaut ne pas aller trop vite", conseille Marc Gontier, qui met aussi l’accent sur un entretien simplifié du Dyna-Drive. "Il n’a ni boîtier ni prise de force". Si les conditions humides de la démonstration n’étaient pas idéales, la marque conseille de laisser sécher les racines avant de passer l’outil une seconde fois.

couverts végétaux cultivateur

Avec ou sans broyeur

Plus courant en exploitation, le déchaumeur à disques peut également être utilisé, aux alentours de 8,5 km/h pour une profondeur de travail de 5-10 cm. "Mais si la féverole est trop développée, les tiges passent à travers les disques et il faut prévoir un broyeur à l’avant", prévient Loïc Lyvinec, producteur de légumes bio à Kerlouan, en présentant son déchaumeur Diskator Quivogne, avec deux rangées de disques, un peigne et un rouleau cage. "J’y ai ajouté une trémie et je m’en sers aussi pour semer rapidement des couverts végétaux nécessitant une grande quantité de semences à l’hectare".
Équipé de dix dents, réparties sur trois rangées, d’une rangée de disques niveleurs et d’un rouleau, le déchaumeur Blackbear, de Quivogne, dispose d’un gros dégagement sous bâti, ce qui lui permet d’être efficace, y compris sous couvert développé. "Il travaille à 7-9 km/h, détaille Loïc Lyvinec. Et je peux l’équiper d’ailettes pour scalper les vivaces : en bio, il ne faut pas se laisser déborder par les adventices". Ce matériel étant déjà lourd, il a préféré un rouleau cage. "C’est un outil modulable et polyvalent".

 

À chaque couvert son outil

"Le déchaumeur va suffire à détruire un couvert peu développé, précise Denis Le Hir. Par contre, lorsque ce dernier dépasse une hauteur de 50 cm, il faudra prévoir un passage de broyeur ou de rouleau écraseur pour un couvert sec et ligneux, en fin de cycle, un rouleau écraseur pour un couvert gélif, un broyeur ou un rouleau hacheur pour un couvert non gélif".

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité