Aller au contenu principal

Éleveur, acteur de son groupe

Partager, se former, s’informer, se perfectionner, se comparer, innover, s’ouvrir : de nombreuses raisons de rejoindre les groupes techniques permanents herbivores bovins lait, appelés "Groupes lait".

Les groupes lait sont animés par des conseillers des chambres d’agriculture de Bretagne et font partie pour la plupart du réseau de développement FRGeda : Res’agri 29,
Res’agri 56, FDGeda 35.
Ils reposent sur un collectif défini d’une dizaine d’éleveurs environ, soit proches géographiquement, soit plus éloignés mais liés par une thématique spécifique : robot, pâturage, autonomie protéique, agriculture biologique, féminin, grands troupeaux… Le groupe définit le nombre et le rythme de ses rencontres annuelles. En général, ces rencontres représentent 4 à 6 jours sur la période hivernale. Les thématiques sont choisies par les membres du groupe avec l’appui de l’animateur. Le déroulement de ces rencontres combine apport par un expert, échanges sur les pratiques, partages d’expériences et analyse des résultats technico-économiques.  
Au-delà des thèmes étudiés et des résultats présentés, ce sont des visites dans les élevages du groupe car les réunions se réalisent souvent chez eux, ou des visites extérieures quand la thématique le nécessite. La confiance et la bienveillance sont au cœur des valeurs portées par ces groupes. La connaissance réciproque des exploitations des membres du groupe permet d’enrichir les discussions et d’aller plus loin.
Il n’y a pas de jugement, mais des questionnements sur l’intérêt de telles ou telles pratiques et des suggestions d’amélioration.

Des bénéfices évidents pour les membres du groupe

Partager savoir-faire
Se comparer, partager les savoir-faire rime souvent avec une meilleure efficacité économique des exploitations. À titre d’exemple, les exploitations des groupes lait finistériens affichent un EBE (excèdent brut d’exploitation) supérieur de 50 €/1000 l comparativement à la moyenne des exploitations laitières du département. 

Les formations ont pour objectif de garder le cap pour rester performant économiquement même en cas de conjoncture difficile. Se comparer, partager les savoir-faire rime souvent avec une meilleure efficacité économique des exploitations. À titre d’exemple, les exploitations des groupes lait finistériens affichent un EBE (excèdent brut d’exploitation) supérieur de 50 €/1 000 l comparativement à la moyenne des exploitations laitières du département. L’adhésion à un groupe permet également de bénéficier en avant-première des travaux de la recherche des stations expérimentales bovins lait du Grand Ouest (F@rm XP). Les échanges sont riches et les conduites d’élevage évoluent rapidement en groupe lait avec l’avis des collègues. La neutralité des animateurs, conseillers chambres d’agriculture de Bretagne, garantit également l’objectivité des échanges.

Si vous êtes séduits par la spécificité de fonctionnement de ces groupes techniques permanents herbivores, n’hésitez pas à les rejoindre. Ils sont ouverts et accueillent chaque année des nouveaux membres.
Vous pouvez aussi, avec l’appui des réseaux de développement, en créer si vous avez une idée spécifique.
 

Contact : Envie de nous rejoindre ou besoin de renseignements.
Contact groupe lait, Guénaëlle Boudier, 02 23 48 26 83

Quelques chiffres

• 50 groupes lait
• 210 rencontres annuelles
• 540 éleveurs

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
PAC 2023 : les derniers arbitrages feront la différence dans les fermes
L'Europe a fixé de nouveaux objectifs à la PAC, et laissé plus de latitude aux États membres dans la déclinaison nationale des…
Publicité