Aller au contenu principal

Éleveur, acteur de son groupe

Partager, se former, s’informer, se perfectionner, se comparer, innover, s’ouvrir : de nombreuses raisons de rejoindre les groupes techniques permanents herbivores bovins lait, appelés "Groupes lait".

Les groupes lait sont animés par des conseillers des chambres d’agriculture de Bretagne et font partie pour la plupart du réseau de développement FRGeda : Res’agri 29,
Res’agri 56, FDGeda 35.
Ils reposent sur un collectif défini d’une dizaine d’éleveurs environ, soit proches géographiquement, soit plus éloignés mais liés par une thématique spécifique : robot, pâturage, autonomie protéique, agriculture biologique, féminin, grands troupeaux… Le groupe définit le nombre et le rythme de ses rencontres annuelles. En général, ces rencontres représentent 4 à 6 jours sur la période hivernale. Les thématiques sont choisies par les membres du groupe avec l’appui de l’animateur. Le déroulement de ces rencontres combine apport par un expert, échanges sur les pratiques, partages d’expériences et analyse des résultats technico-économiques.  
Au-delà des thèmes étudiés et des résultats présentés, ce sont des visites dans les élevages du groupe car les réunions se réalisent souvent chez eux, ou des visites extérieures quand la thématique le nécessite. La confiance et la bienveillance sont au cœur des valeurs portées par ces groupes. La connaissance réciproque des exploitations des membres du groupe permet d’enrichir les discussions et d’aller plus loin.
Il n’y a pas de jugement, mais des questionnements sur l’intérêt de telles ou telles pratiques et des suggestions d’amélioration.

Des bénéfices évidents pour les membres du groupe

Partager savoir-faire
Se comparer, partager les savoir-faire rime souvent avec une meilleure efficacité économique des exploitations. À titre d’exemple, les exploitations des groupes lait finistériens affichent un EBE (excèdent brut d’exploitation) supérieur de 50 €/1000 l comparativement à la moyenne des exploitations laitières du département. 

Les formations ont pour objectif de garder le cap pour rester performant économiquement même en cas de conjoncture difficile. Se comparer, partager les savoir-faire rime souvent avec une meilleure efficacité économique des exploitations. À titre d’exemple, les exploitations des groupes lait finistériens affichent un EBE (excèdent brut d’exploitation) supérieur de 50 €/1 000 l comparativement à la moyenne des exploitations laitières du département. L’adhésion à un groupe permet également de bénéficier en avant-première des travaux de la recherche des stations expérimentales bovins lait du Grand Ouest (F@rm XP). Les échanges sont riches et les conduites d’élevage évoluent rapidement en groupe lait avec l’avis des collègues. La neutralité des animateurs, conseillers chambres d’agriculture de Bretagne, garantit également l’objectivité des échanges.

Si vous êtes séduits par la spécificité de fonctionnement de ces groupes techniques permanents herbivores, n’hésitez pas à les rejoindre. Ils sont ouverts et accueillent chaque année des nouveaux membres.
Vous pouvez aussi, avec l’appui des réseaux de développement, en créer si vous avez une idée spécifique.
 

Contact : Envie de nous rejoindre ou besoin de renseignements.
Contact groupe lait, Guénaëlle Boudier, 02 23 48 26 83

Quelques chiffres

• 50 groupes lait
• 210 rencontres annuelles
• 540 éleveurs

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité