Aller au contenu principal

Et sur le plan environnemental, quel système est le plus favorable ?

De nombreux travaux ont été réalisés afin de déterminer et d'améliorer l'efficience des ressources dans les élevages laitiers. À Trévarez, le suivi de deux systèmes laitiers contrastés a permis de réaliser une évaluation environnementale globale.

Des travaux ont démontré qu’augmenter la part de maïs ensilage dans la ration permettait de réduire l’excrétion d’azote par animal par rapport au pâturage car l’ensilage de maïs permet d’élaborer des rations moins riches en azote. Toutefois, à l’échelle de l’exploitation, le recours accru au maïs peut conduire à augmenter les entrées d’azote exogènes (concentrés
protéiques, engrais minéraux), à utiliser un peu plus de produits phytosanitaires, à maintenir plus longtemps les animaux en bâtiment et accroître ainsi les pertes d’azote, à réduire le potentiel de stockage de carbone ou encore à consommer plus de fioul.
Le suivi de ces deux systèmes laitiers contrastés, conduits sur la ferme expérimentale de Trévarez, a permis de réaliser l’évaluation environnementale globale, intégrant des indicateurs liés aux émissions de gaz à effet de serre, aux pertes potentielles d’azote par lessivage et par émissions gazeuses (ammoniac), aux consommations d’énergie et de produits phytosanitaires.
L’analyse a été réalisée pour les cinq années de suivi (2013 à 2017) à l’échelle de chaque système à l’aide de l’outil CAP’2ER® (Idele).

station expérimentale laitière de Trévarez

Moins de pertes par lessivage de l'azote dans le S2

Le bilan apparent de l’azote (voir Terra du 24 juillet 2020) traduit une quantité d’azote non valorisée sur l’exploitation, potentiellement perdue vers l’eau, l’air ou immobilisée dans le sol.
Le S1 présente des entrées d’azote plus importantes que le S2, expliquées par des achats plus importants de concentrés (+30 kg N/ha). Ces concentrés représentent plus de 40 % des intrants sur ce système (30 % pour le S2). A l’opposé, la fixation symbiotique permise par la présence de légumineuses dans les prairies est plus marquée dans le S2 (+14 kg N/ha).
Sur les deux systèmes, les sorties d’azote concernent principalement le lait vendu. Ces sorties sont un peu plus élevées pour le S1, qui vend plus de lait à l’ha SFP que le S2 (8 178 l vs 7 560 l/ha SFP).
Au final, l’excédent du bilan apparent de l’azote est plus fort dans le S1 (+23 kg N/ha) et génère un potentiel de lessivage 3,4 fois plus important que dans le S2, où la part de prairies plus importante favorise l’immobilisation de l’azote dans le sol. Les pertes gazeuses, et notamment ammoniacales, sont supérieures dans le S2, du fait d’une quantité plus importante d’azote sous forme organique produite par le système.

 

Des émissions de GES identiques

Les émissions brutes de GES (CH4, méthane, N20, protoxyde d’azote, CO2, dioxyde de carbone), ramenées au litre de lait, sont similaires dans les deux systèmes (0,96 et 0,94 kg eq CO2/l lait) et légèrement inférieures à la référence régionale 2017 issue du projet CarbonDairy  (1,01 kg eq CO2/l lait). Du fait de la surface en herbe plus élevée dans le S2, le stockage de carbone est favorisé (en lien avec l’immobilisation de l’azote évoqué précédemment). L’empreinte carbone nette du lait (émissions de GES – stockage de carbone) est de ce fait plus faible pour le S2, avec une valeur de 0,81 kg eq CO2/l, soit 0.05 point de moins que le S1. L’empreinte carbone moyenne observée dans le projet Carbon Dairy pour la Bretagne était de 0,93 kg eq CO2/l lait, soit un écart de + 0.07 et 0.12 kg eq CO2/l lait par rapport à S1 et S2.

Plus pâturant, S2 affiche un bilan plus favorable.

Au final, moins díintrants pour le S2

Le S2 apparaît plus autonome en protéines pour l’alimentation du troupeau (+13 points) que le S1,
qui achète davantage de correcteurs azotés pour équilibrer la ration à base de maïs. Il est également
moins consommateur d’énergie, et notamment de fioul (- 19 l/ha SAU). Enfin, l’utilisation de produits phytosanitaires, bien que très modérée, reste plus élevée dans le S1,
où la sole en cultures annuelles, et notamment en maïs, était plus importante.

station expérimentale laitière de Trévarez

Verdict ?

Le système S2, plus pâturant, affiche un bilan environnemental plus favorable que le S1, notamment du fait d’une moindre dépendance aux intrants et d’un meilleur recyclage de l’azote.

 

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité