Aller au contenu principal

European Chicken Commitment : nouveau traumatisme ou eldorado du futur ?

Depuis un an maintenant, de nombreuses enseignes de la distribution ou de la restauration se sont engagées à respecter l’European Chicken Commitment (ECC) à l’horizon 2026. Si cette nouvelle segmentation du poulet peut être vue comme un danger pour la filière, des relations équilibrées entre les différents acteurs peuvent en faire une opportunité.

© Pascal Le Douarin

Porté par une trentaine d'ONG européennes (dont CIWF, Welfarm et L214 pour la France), le European Chicken Commitment se veut être un référentiel de bien-être animal pour les poulets de chair. Il comporte plusieurs critères : l'utilisation de souches de poulet à croissance plus lente, une densité d'élevage plus faible (30 kg/m² max), de la lumière naturelle, des perchoirs et des substrats à piquer, un abattage plus respectueux des animaux et un audit externe de ces standards.
Grande distribution et restauration s’engagent à respecter ce cahier des charges dans leurs approvisionnements d’ici 2026, que ce soit pour le poulet frais, congelé ou transformé. Certaines enseignes vont même encore plus loin en annonçant que, en plus des 100 % de poulets ECC, 20 % d’entre eux auront accès au plein air ou à un jardin d’hiver. Ces décisions sont bien trop souvent prises sans concertation avec la filière sous la pression d’actions de certaines ONG animalistes ; elles servent alors de sauf-conduit pour continuer l’activité de l’entreprise et préserver son image.

Ne pas reproduire le traumatisme de l’œuf
Mais les difficultés de la filière œuf vécues ces dernières années sont encore dans toutes les têtes… Juste après la mise aux normes des cages en 2012, et sous la pression d’ONG animalistes, la grande distribution a annoncé des objectifs ambitieux d’approvisionnements en œufs hors cage. Cela a précipité la transition vers l’œuf alternatif, aux dépens des éleveurs de poules pondeuses en cage qui venaient tout juste de réaliser de lourds investissements toujours en cours d’amortissement à l’heure actuelle ! L’histoire semble malheureusement se répéter pour le poulet.
Les enseignes s’engagent à respecter le ECC en 2026, mais personne ne précise à quel prix sera acheté le poulet, ni même si la filière française est en capacité d’y répondre. Par exemple, la majorité des abattoirs ne pourra pas répondre à ce cahier des charges eu égard aux investissements liés à la mise en place d’un système d’étourdissement par atmosphère contrôlée. Aujourd’hui, en France, moins de 10 abattoirs en sont équipés, et seuls 10 % des abattoirs seraient en mesure d’en acquérir un. C’est pourquoi, au-delà des annonces, il est important de se confronter aux réalités du marché.

Schema

Facteurs de réussite pour la filière
D’ici à 2026, le premier enjeu sera donc de déterminer la capacité de la filière française à répondre à l’ECC. L’interprofession s’est déjà prononcée en faveur de la mise en œuvre de ce cahier des charges, à la condition que cela réponde effectivement à la demande du marché. Prudence et visibilité doivent être de rigueur. De plus, elle précise qu’il faut anticiper au moins 18 mois à l’avance la mise en place d’une telle filière.
Le deuxième enjeu sera de bien prendre en compte le surcoût de l’ECC dans la valorisation finale du produit. Celui-ci s’élève à 27 % pour le poulet sortie élevage et à 59 % sortie abattoir (si seul le filet est valorisé en ECC). Monter en gamme rend inévitablement les produits agricoles plus chers. Il faudra donc mieux les valoriser et reconnaître à son juste niveau la valeur créée par chacun des maillons de la filière.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
PAC 2023 : les derniers arbitrages feront la différence dans les fermes
L'Europe a fixé de nouveaux objectifs à la PAC, et laissé plus de latitude aux États membres dans la déclinaison nationale des…
Publicité