Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Fermes numériques
Grassman, couteau suisse sur smartphone pour les prairies

Grassman est un bouquet d’applications regroupant différents services pour accompagner les éleveurs dans la gestion de leur prairie, du semis à la récolte.

"Grassman est une boîte à outils où l’on pioche au fur et à mesure de ses interventions, selon ses questions", explique Patrice Pierre, responsable de projets au service Fourrages et Pastoralisme d’Idele. Cette application est le fruit la collaboration de l’Institut de l’Elevage et de deux semenciers : MAS Seeds et Jouffray-Drillaud appuyé par deux établissements d’enseignement supérieurs, elle est composée de six services pour l’instant. "Notre but était de réunir en un seul outil tout ce qui peut aider les éleveurs à optimiser le rendement, en quantité et qualité, et à valoriser leurs prairies : apports techniques, supports d’aide à la décision mais aussi possibilité d’échanges entre éleveurs, avec des conseillers".

Quelle prairie est adaptée à mes terres et à mes objectifs ?
Le module "Composer" ma prairie a pour objectif d’aider l’utilisateur à raisonner son choix d’espèces. Quelle est la nature du sol ? Pour quel mode d’exploitation (pâturage, fauche, mixte fauche/pâturage) ? Pour quel besoin en fonction du type d’animaux ? Pour quelle durée ? Ce sont les questions essentielles que l’application pose afin de proposer une composition de la prairie. Les espèces sont recommandées pour trois configurations prairiales, avec chaque fois une dose à l’hectare : pour une prairie monospécifique, pour une prairie d’association à deux espèces et pour une prairie multi espèces. "L’algorithme de ce module utilise des référentiels agronomiques suffisamment larges pour que chaque éleveur puisse utiliser Grassman et recevoir des recommandations adaptées à son contexte pédoclimatique", explique Patrice Pierre.
L’application s’appuie sur les travaux de recherche des chambres d’agricultures, d’Idele, et de l’ensemble d'expériences existantes. À noter, le conseil reste neutre et se limite à la proposition d’espèces et des critères variétaux à privilégier. Aucune proposition de marque ou de gamme n’est formulée.

Quelle dose d’azote apporter sur ma prairie ?
Basé sur la méthode du bilan azoté Comifer pour la prairie, le module propose une dose d’azote à apporter. Un besoin de la prairie est calculé en fonction du type de sol, du type de prairie, de la conduite en fauche, pâturage ou mixte et bien sûr du rendement. Ensuite la fourniture en azote par le sol, la contribution des légumineuses et les restitutions par les animaux au pâturage sont retranchées pour arriver à une préconisation de fertilisation azotée. La fertilisation en phosphore et potasse n’est pour le moment pas calculé.

Quelle sont les espèces présentes dans ma prairie ? Et comment améliorer sa flore ?
Le module "Identifier" permet par des clés de détermination simples d’identifier les espèces de sa prairie : 105 espèces prairiales (graminées, légumineuses et diverses) sont disponibles. Pour chaque espèce une fiche indique son intérêt fourrager, l’écologie de l’espèce et éventuellement sa nuisibilité.
La flore ainsi déterminée est sources d’information sur les pratiques, les conditions de milieu, ainsi certaines espèces sont des indicateurs de surpâturage, de sous ou sur fertilisation, de problème de pH. Le module "Identifier" permet donc d’apporter une réponse adaptée et d’améliorer le potentiel de sa prairie en qualité et en quantité.

Lutter
Ce module est complémentaire du module précédent, dans le cas d’une prairie avec une trop forte présence d’espèces indésirables, il proposera des leviers pratiques pour limiter leur importance. Les solutions proposées peuvent faire appel à la modification des pratiques de gestion de la prairie (intensité du pâturage, modes d’exploitation, fertilisation, gestion mécanique…) ou/et en fait appel à une solution chimique lorsqu’elle existe. Pour une espèce donnée une gamme de spécialités commerciales pour lesquelles l’efficacité est démontrée est proposée. Ces recommandations sont issues des travaux d’Arvalis sur le nettoyage chimique des prairies. "Mais attention, précise Patrice Pierre, Grassman ne donne pas de conseil phyto. Celui-ci doit être donné par un spécialiste titulaire du Certiphyto".

Puis-je récolter dans la semaine ?
"Faucher" est conçu pour répondre à cette question. Ce module détermine si la fenêtre climatique des 7 jours à venir est adaptée à la réalisation d’un chantier d’ensilage, d’un enrubannage ou bien d’un foin. Pour cela, Grassman géolocalise la parcelle et récupère des données météo locales. De son côté, l’utilisateur indique les espèces, estime le volume de la végétation sur pied et renseigne la nature du matériel de fauche qui peut modifier la vitesse de séchage.
"Comme les vitesses de séchage sont différentes entre espèces, ce module aide à sécuriser la prise de décision de l’utilisateur pour déclencher ou non son chantier de récolte. Il indique à l’utilisateur l’aptitude qu’aura le couvert fauché à monter en MS en fonction des conditions climatiques avant sa récolte", précise Patrice Pierre.

Quelle est la qualité de mon foin ?
"Nous sommes partis du constat que l’analyse des valeurs fourragères d’un foin n’est pas très répandue chez les éleveurs", explique Patrice Pierre. Le module "Qualifier" permet d’estimer la qualité d’une récolte en foin à partir de critères visuels simples facilement observables sur les bottes, comme l’aspect, la couleur,… Avec ce module, l’éleveur aura alors la possibilité de regrouper les bottes par lots de qualité. "C’est aussi un outil intéressant pour estimer la qualité d’un foin que l’on achète", ajoute Patrice Pierre.

 

L’ébauche d’un outil collaboratif au service des prairies

Grassman est un outil connecté, imaginé pour être collaboratif. "Les éleveurs pourront constituer des groupes d’échange pour discuter, partager sur leurs pratiques", souligne Jérôme Pavie, responsable du service fourrages et pastoralisme de l’Institut de l’Elevage. Des échanges qu’ils pourront également avoir avec leurs techniciens, pour qui Grassman sera un outil d’accompagnement.
Pour accéder à tous ces services, il faudra souscrire un abonnement de 49 €/an.
À découvrir sur www.grassman.fr
http ://idele.fr/services/outils/grassman.html

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Dégâts de choucas : une nouvelle organisation dans les Côtes d’Armor
La population de cette espèce protégée augmente inexorablement depuis plus de dix ans dans le département. En 2019, la profession…
À Pleyber-Christ (29), Une salle de traite qui limite les contraintes
âgés de 50 ans, Gisèle et Bruno Kérébel ont profité du changement de leur salle de traite pour imaginer une installation qui leur…
La filière méthanisation  sur une ligne de crête difficile
Plus de 1 300 unités de méthanisation seraient en projet, pour 900 actuellement en fonctionnement, selon le ministère de la…
Ouverture d'une enquête suite à une surmortalité piscicole liée aux épandages
Ces dernières semaines, plusieurs cas de pollutions de cours d'eaux ont été relatés dans la presse, notamment en Ille-et-Vilaine…
En 2020, le manque de nourriture risque de tuer bien plus que le coronavirus

Le directeur du programme alimentaire des Nations Unies vient de tirer la sonnette d’alarme face à la "pandémie de la faim"…

Le Gaec des Chênes préfère  une gestion durable de ses haies
Avec un linéaire de dix-neuf kilomètres de haies, le bien-nommé Gaec des Chênes, à Plougonven (29) a mis en place, il y a des…
Publicité