Aller au contenu principal

HappyGrass : le pâturage connecté

Grassman et PâturNET se rapprochent et donnent naissance à HappyGrass, une nouvelle application pour la gestion des prairies et du pâturage. De nouvelles fonctionnalités ont été ajoutées comme la gestion du parcellaire ou des alertes sur des moments clés de la conduite des prairies. A quoi ça sert et comment ça marche ? Explications !

Grassman et PâturNET se rapprochent et donnent naissance à HappyGrass, une nouvelle application pour la gestion des prairies et du pâturage.

Aujourd'hui dédié aux troupeaux allaitants, l'entreprise travaille a adapter son outil pour les éleveurs laitiers. L'objectif d'HappyGrass est double. Il doit à la fois permettre d'aider les éleveurs à optimiser la gestion de l'herbe et prouver aux partenaires et aux consommateurs la mise en œuvre des bonnes pratiques de pâturage. "Nous travaillons dans une logique d'outils du sol à l'animal. L'idée est d'utiliser son smartphone comme une boîte à outils permettant de faire les choix optimums lors de chaque phase de décisions. Nous proposons des solutions du choix des espèces prairiales à implanter jusqu’à la récolte ou la valorisation par le pâturage", explique Patrice Pierre, responsable des projets fourrages à l'Idele.

 

Comment ça marche ?

Ainsi, l'application propose un calendrier de pâturage digital accessible sur smartphone. Ce dernier peut prendre en compte le passage d’animaux, les mesures à l’herbomètre, les fauches, les pratiques d’affouragement en vert... Concrètement, l'outil "composer" permet de cibler les espèces à privilégier sur les parcelles. "Nous ne proposons aucun nom de variété mais des critères variétaux", précise Patrice Pierre. Suit l'outil "fertiliser" qui calcule le bilan azoté à l'échelle de la parcelle, puis "identifier" permet de mener un diagnostic simplifié des parcelles en déterminant les principales espèces présentes, "lutter" définiera des leviers pour limiter ces espèces. L’outil "faucher" précisera la faisabilité d'une récolte en ensilage, foin et enrubannage à partir de prévisions météorologiques locales. Enfin, l'outil "qualifier" permet à partir de l'observation de critères visuels de qualifier les foins. Cet accompagnement pas à pas peut aussi s'individualiser aux démarches de segmentation : bio, AOP, lait de pâturage… (ex : comptabilisation des jours de pâturage afin de prouver le respect du cahier des charges "lait de pâturage").

 

Du plus en 2021

Six nouveaux modules feront leurs apparitions en 2021. Les utilisateurs pourront choisir leurs dérobées fourragères (selon l'usage, la date de semis et le mode de destruction), choisir les plantes de services, qualifier les enrubannages et ensilages et organiser les surfaces à la mise à l'herbe (via le calcul de la surface nécessaire sur la base de 90 jours de pâturage au printemps en allaitant). L'application sera aussi plus interactive avec des alertes sur les stades des pariries (date de 1er apport d'azote, démarrage de la végétation...) et la gestion du stress thermique pour mieux anticiper l'inconfort thermique des animaux à la parcelle (pics de chaleur).

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
Tristan Delisle, un producteur de lapins engagé
Tristan Delisle s'est installé en mars 2020 sur l'élevage familial de lapins avec sa mère, en remplacement de son père parti à la…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
Publicité