Aller au contenu principal

Betteraves à détruire : les fourragères non concernées

La destruction de parcelles de betteraves sucrières a été ordonnée par le ministère de l’Agriculture, après la détection de phénomènes de phytotoxicité dans des champs traités avec un herbicide produit par la société Adama. Quelque 500 000 tonnes de betteraves sucrières devront être détruites, mais les betteraves fourragères ne sont pas concernées.

Des betteraves fourragères.

Le ministère de l'Agriculture a ordonné la destruction de parcelles de betteraves sucrières dans le Nord et l'Est de la France après la détection de phénomènes de phytotoxicité dans des champs traités avec un herbicide produit par la société Adama (groupe Syngenta), a appris l'AFP le 13 août auprès du ministère. Deux lots de ce produit dénommé Marquis ont été jugés "non conformes en raison de la présence, à des taux variables, de trois substances actives interdites dans l'Union européenne", a expliqué le ministère dans une note. Les substances en question sont le diuron, le bromacil et le carbétamide.

 

1,5 % de la production nationale

La phytotoxicité signalée fin mai et fin juin au ministère de l'Agriculture "serait liée à des erreurs lors des étapes de formulation et de conditionnement des produits réalisées dans les usines de la société Adama en Israël", selon le ministère. 273 planteurs sont concernés dans les Hauts-de-France et le Grand Est, et 500 000 tonnes de betteraves sucrières vont devoir être détruites sur environ 5 000 ha dans la Marne, dans les Ardennes, dans l’Aube et dans l’Aisne, soit 1,5 % de la production nationale.
Également concernées par la phytotoxicité, "les betteraves fourragères ne devront pas être détruites", tient à rassurer Jean-René Menier, responsable de la section productions végétales à a FRSEA. Étant destinées à l’alimentation animale, leur risque sur la santé humaine n’est pas jugé préoccupant. Une bonne nouvelle pour les quelque 200 producteurs de betteraves fourragère bretons qui pourraient avoir utilisé le produit en question.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Bale grazing, une autre façon de nourrir dehors les animaux en hiver
Inspiré de techniques néo-zélandaises, le bale grazing consiste à disposer de l’ensilage ou du foin dans une parcelle, qui…
Mon vœu pour 2022

"Adieu veau, vache, cochon, couvée", c’est ainsi que pourrait se résumer le bilan de l’année qui s’achève. Les…

Les méthaniseurs bretons défendent un modèle agricole
L'Association des agriculteurs méthaniseurs bretons s'est réunie au Lycée la Touche à Ploërmel (56). Avec les trois quarts d'…
Agriculture, quelles stratégies bas carbone ?
Mobiliser les acteurs du territoires sur la diminution de leur empreinte en matière de GES, gaz à effet de serre. C’est tout l’…
Les zones d’ombre des nouveaux textes sur les ZNT
Le ministère de l’Agriculture a mis en consultation le 21 décembre deux textes réglementaires sur les zones de non-traitement (…
"La contractualisation doit participer à la juste rémunération"
Jean-François Guihard vient d'être élu à la présidence d'Interbev, l’interprofession bétail et viandes. Cet artisan-boucher de…
Publicité