Aller au contenu principal

Biobreizh et Poder renouvellent un partenariat qui dure depuis 24 ans

Des légumes enlevés dans la cour de la ferme, des prix stables : la coopérative Biobreizh et l’expéditeur Poder partagent les mêmes valeurs depuis 24 ans. Un partenariat, signé le 14 octobre dernier, formalise leurs relations.

Le 14 octobre dernier, Jean-Luc Poder, dirigeant de la SARL Poder et Patrick Cabioch, président de Biobreizh, ont formalisé un partenariat qui dure depuis 24 ans, sous l’œil de Catherine Pierzo, directrice de BioBreizh.

Créée en 1997 par une vingtaine de producteurs finistériens, l’APFLBB, l’association des producteurs de fruits et légumes biologiques de Bretagne, a lancé la marque Biobreizh en 2000. Transformée en coopérative en 2016, elle regroupe maintenant 60 exploitations, essentiellement dans le Léon et le Trégor, 1 450 ha de plein champ et 16 ha sous abri. "Dès l’origine, nous avons travaillé avec l’entreprise Poder, souligne Catherine Pierzo, la directrice de la coopérative. Et 24 ans plus tard, nous avons voulu formaliser ce partenariat".

"Je me suis lancé en 1990", rappelle de son côté Jean-Luc Poder. Il n’a alors que 22 ans, mais déjà de solides convictions chevillées au corps, "permettre aux producteurs de légumes de développer la bio" à une époque où elle n’a pas encore le vent en poupe. Il embauche son premier salarié en 1995, année où l’entreprise, basée jusque-là dans la maison de ses parents, rejoint un premier bâtiment, à Mespaul (29). "En 2013, nous avons déménagé une partie de l’activité à Plouvorn, à quelques kilomètres de là". Et l’entreprise Poder compte désormais 35 salariés.

Le travail des légumiers, c’est de produire. Pas de se promener sur la route pour livrer des légumes.

Planifier la production

Dès l’origine, Poder et l’APFLBB partagent une même vision du métier. "Le travail des légumiers, c’est de produire. Pas de se promener sur la route pour livrer des légumes". Et de la filière. "Il faut chercher un équilibre entre l’offre et la demande, avec un prix stable, qui assure une rémunération correcte du producteur". Une stabilité des prix que Jean-Luc Poder juge vertueuse pour le producteur comme pour l’acheteur. "Les grosses variations de prix sont destructrices pour le marché".
Pour y parvenir, un gros travail de planification est réalisé tous les ans, produit par produit. "On prend le temps de réfléchir, indique l’expéditeur. Nos commerciaux identifient nos besoins, qui vont être transmis à la coopérative". Et mois par mois, cette dernière va décliner ces volumes au niveau de ses producteurs. "Ils sont nombreux à avoir dû changer complètement leur assolement en adhérant à la coopérative, reconnaît Catherine Pierzo. Des choux-fleurs et des artichauts, nous en avions assez. Il leur a fallu se diversifier, adapter leurs productions à la demande".

 

Éviter la destruction

Si, sur le papier, l’adéquation est parfaite, le climat peut se charger de brouiller les cartes. "Les producteurs disposent désormais d’un outil sur smartphone pour saisir leurs prévisions pour les semaines à venir. En cas de pic de production, on peut mettre en place des opérations avec les expéditeurs, se retourner vers l’industrie", souligne Catherine Pierzo. "Et depuis 10 ans que j’adhère à la coopérative, jamais je n’ai dû détruire de légumes", affirme Patrick Cabioch, producteur à Cléder et président de Biobreizh.
Le système a fait ses preuves et satisfait les producteurs. La preuve ? "On assiste à une vague de départs en retraite. Et l’exploitation est reprise à chaque fois", constate Catherine Pierzo. "Le métier fait sens pour les enfants et ils sont nombreux à reprendre la ferme de leurs parents, se félicite Jean-Luc Poder. C’est le signe que notre démarche est la bonne". Le 14 octobre dernier, elle a donc été formalisée, par la signature d’un partenariat entre Poder et Biobreizh. "Et pour mieux se connaître et échanger, une vingtaine de nos salariés se sont rendus au siège de la coopérative, à Landivisiau".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère à l’honneur des Trophées de l’agro-écologie
Le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation, avec le soutien du Crédit Agricole, organise chaque année les Trophées de l’…
Arrêt de la castration à vif : le ministre présente son plan d'action
Vendredi 19 novembre, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, s'est rendu dans les Côtes-d’Armor, aux…
Mettre à profit la biodiversité pour contrôler les ravageurs
La biodiversité est souvent considérée comme une notion abstraite à l’usage des naturalistes. Avec l’avancée des connaissances,…
Trop c’est trop

Alors que l’on nous parle de souveraineté alimentaire et de transmission-installation,force est de constater que la…

Égalité dans les territoires ruraux : mais où sont les femmes !
"Femmes et ruralité : en finir avec les zones blanches de l’égalité", tel est le titre du rapport d’information que vient de…
Prophylaxie bovine : quid de la nouvelle réglementation ?
La loi de santé animale (LSA) fixe les grands principes de prévention et d’éradication des maladies animales et impose pour la…
Publicité