Aller au contenu principal

Démonstration de matériel d’épandage innovant sur prairies

Dans le cadre des actions financées par la Communauté Lesneven Côte des Légendes sur le bassin versant du Quillimadec, une démonstration de matériel d’épandage innovant sur prairie a eu lieu à Saint Frégant (29), le 28 septembre, chez David Perros, éleveur laitier en conversion bio.

Le 28 septembre dernier, la chambre d’agriculture a organisé une démonstration de matériel d’épandage innovant sur prairies chez David Perros, à Saint Frégant, en partenariat avec trois ETA du Nord-Finistère.

Cette démonstration avait pour optique de montrer du matériel permettant d’optimiser les apports de lisiers sur prairies. En cette période de l’année, les apports de lisier ne sont pas optimaux d’un point de vue agronomique mais sont courants afin de vider les fosses pour l’hiver. Il est donc important d’aborder l’aspect économique et environnemental de tels apports.
Une quarantaine de personnes aux profils variés (agriculteurs, constructeurs de machines, techniciens…) étaient ainsi présentes sur la prairie, habituellement pâturée par les génisses de David Perros, pour regarder tourner les machines et constater l’effet et les avantages des différents outils sur la réduction des fuites d’azote à la parcelle.

 

Enfouir le lisier

L’ETA Mao (Lannilis) a présenté deux machines. La première est un automoteur équipé d’un analyseur d’effluent en direct et d’un enfouisseur à disque. Il permet de réaliser un apport homogène en unités d’azote piloté de manière très précise sur la parcelle tout en enfouissant le lisier à quelques centimètres de profondeur. Cela limite beaucoup les odeurs et les pertes d’azote par volatilisation (5 à 10 % uniquement), mais scarifie la prairie. L’automoteur peut réaliser des épandages de lisier sur prairies ou bien sur jeune céréales, jusqu’au tallage.

 

Épandre sans tonne

L’autre équipement présenté est un système d’épandage sans tonne à lisier. Le lisier est pompé directement depuis la fosse si elle est suffisamment à proximité, ou dans un container placé à proximité du champ. La rampe, équipée de pendillards souples, est directement fixée sur le tracteur. Le lisier est déposé proche du sol, ce qui limite la volatilisation (perte de 30 à 40 % d’azote). Le faible poids de l’ensemble (11 tonnes contre plus de 40 pour un tracteur et une tonne attelée) permet un apport tôt dans l’année sur herbe ou sur céréale, et limite le tassement du sol. Il est notamment beaucoup utilisé sur les prairies pâturées ou fauchées autour des sièges d’exploitation.

 

Une rampe à patins

L’ETA Le Borgne (Plouzané) a quant à elle présenté une tonne à lisier équipée d’une rampe à patins. Le lisier est déposé sous les feuilles des herbes ou des jeunes céréales, sans trop les scarifier et les souiller, ce qui permet un retour plus rapide des animaux sur pâture. Cet équipement réduit un petit peu plus les pertes d’azote que les pendillards (pertes aux alentours de 30 % d’azote) mais n’enfouit pas le lisier dans le sol.
Enfin, l’ETA des Abers (Ploudaniel) a fait la démonstration de sa tonne équipée d’un guidage GPS et d’un enfouisseur à disque à faible écartement (17 cm). Ce matériel est spécialisé dans les apports sur prairies. Il évite les pertes (5 à 10 % de pertes d’azote seulement) en enfouissant le lisier dans un sillon, tout en gardant un débit et une précision de chantier élevés.

 

Éviter les fuites d'azote

Des fuites d’azote par lessivage (en cas de forte pluie après l’apport ou de saturation des sols) ou par volatilisation (phénomène accentué par la chaleur et le vent) peuvent se produire pendant et après épandage en fonction des conditions de réalisation et d’enfouissement des effluents apportés. Les fuites par lessivage engendrent des risques de transfert d’effluents aux milieux aquatiques et les fuites par volatilisation contribuent aux émissions de particules fines. De plus, la quantité d’azote ainsi perdue diminue l’efficacité des apports, ce qui peut amener à acheter au prix fort des engrais de synthèse supplémentaires pour apporter la dose nécessaire.
Pour éviter ces fuites d’azote, de nombreux paramètres sont à prendre en compte lors des épandages, comme le type d’effluent (plus l’effluent est riche en azote ammoniacal, plus il est sensible à la volatilisation), la météo, le pH du sol et de l’effluent (plus le pH est bas, moins l’azote se volatilisera), la présence d’un couvert végétal/culture ou encore le matériel utilisé pour l’épandage. Par ailleurs, plus les effluents sont en contact avec l’air lors de l’épandage, plus l’azote risque de se volatiliser. D’autre part, le risque de lessivage augmente si les effluents sont épandus sur un sol peu absorbant ou saturé.
Les matériels présentés lors de cette démonstration jouent sur ces deux derniers facteurs afin de limiter au maximum les fuites d’azote par lessivage comme par volatilisation.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère à l’honneur des Trophées de l’agro-écologie
Le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation, avec le soutien du Crédit Agricole, organise chaque année les Trophées de l’…
Arrêt de la castration à vif : le ministre présente son plan d'action
Vendredi 19 novembre, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, s'est rendu dans les Côtes-d’Armor, aux…
Mettre à profit la biodiversité pour contrôler les ravageurs
La biodiversité est souvent considérée comme une notion abstraite à l’usage des naturalistes. Avec l’avancée des connaissances,…
Trop c’est trop

Alors que l’on nous parle de souveraineté alimentaire et de transmission-installation,force est de constater que la…

Égalité dans les territoires ruraux : mais où sont les femmes !
"Femmes et ruralité : en finir avec les zones blanches de l’égalité", tel est le titre du rapport d’information que vient de…
Prophylaxie bovine : quid de la nouvelle réglementation ?
La loi de santé animale (LSA) fixe les grands principes de prévention et d’éradication des maladies animales et impose pour la…
Publicité