Aller au contenu principal

H5n8 : la décrue

Le dernier bulletin d’information du GDS Bretagne fait état d’une amélioration sensible de la situation sur le front de l’influenza aviaire due au virus H5N8, sur l'ensemble du territoire y compris le sud ouest, ou l'analyse des causes de la flambée épidemique pointe du doigt les pratiques des filières.

Le territoire français est concerné par ces migrations qui battent leur plein actuellement ; le pic d'arrivées migratoires en France a souvent lieu en novembre chez de nombreuses espèces d'antidées (oies, cygnes,canards, bernaches,...).
© FNC

Deux cas d’oiseaux sauvages contaminés ont été dénombrés en France au cours de la dernière semaine dont un en baie du Mont-Saint-Michel. Le préfet d’Ille-et-Vilaine avait d’ailleurs interdit la chasse dans une large zone côtière du département pour éviter de provoquer des mouvements de population d’animaux sauvages.

 

Maintien des animaux à l'extérieur

Dans le sud ouest ou l’abattage préventif de canards a concerné 1,7 million d’animaux dans 377 élevages au 23/01/21, le nombre de confirmations baisse de façon sensible.
Le débat se porte maintenant sur ce qui a causé manifestement cette flambée épidémique : la possibilité pour les élevages de moins de 3 200 palmipèdes de les laisser dehors ! Beaucoup d’éleveurs avaient activé cette dérogation au confinement notamment parce qu’ils produisent "du cru" pour les fêtes. La directrice du Cifog (interprofesssion foie gras) Marie-Pierre Pé a indiqué : "individuellement, tout le monde est dans son bon droit, collectivement, tout le monde a tort". Une déclaration qui ne lui vaudra sans doute pas que des amis. Mais toujours est-il qu’au regard de la situation en France, l’application stricte du confinement a montré son intérêt dans toutes les régions de France, et donc à contrario dans le sud ouest. Il faut "tirer les bonnes leçons pour repartir", souligne la même directrice du Cifog, pointant du doigt le maintien des animaux à l’extérieur au moment de la circulation active du virus.
Le virus H5n8 obligera-t-il demain tous les éleveurs à avoir la capacité de mettre tous les animaux à l’abris et de les isoler de tout contact extérieur ? En dehors d’une vaccination, on ne voit pas bien aujourd’hui quelle autre alternative pourrait être mise en place.

H5n8
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité