Aller au contenu principal

Porc : Bruxelles n’envisage pas encore d’intervenir sur le marché

Malgré la chute des prix de la viande de porc enregistrée fin 2020, la Commission européenne estime que le lancement de programmes de gestion de crise tels que l’aide au stockage privé, comme le lui demandent 14 États membres, n’est pas justifiée à ce stade.

"La situation actuelle du marché ne justifie pas d’intervenir avec une aide au stockage privé", a répondu, le 25 janvier, le commissaire européen à l’Agriculture, Janusz Wojciechowski, aux 14 États membres qui lui demandent d’intervenir sur le marché.
Dans un document, ils soulignent que les prix de la viande porcine sont aujourd’hui inférieurs d’environ 30 % au niveau moyen de la même période de l’année dernière, alors que ceux de l’UE dans son ensemble ont baissé de 32 %. Cette situation est le résultat d’une combinaison entre l’apparition de la peste porcine africaine et la pandémie de Covid-19, et même si la chute s’est arrêtée au cours des dernières semaines, il n’y a aucun signe de reprise, ajoute la note slovène. Et de rappeler que "des prix aussi bas n’ont plus été observés depuis 2016, lorsque des mesures exceptionnelles avaient été prises en raison de la crise du secteur".

 

Faible capacité de stockage

Sans remettre en cause ce diagnostic, la Commission européenne hésite encore à intervenir sur le marché. "Il n’est pas exclu que nous utilisions les instruments de mar- ché dans cette situation mais il faudra d’abord étudier toutes les conséquences", a répondu Janusz Wojciechowski à l’issue du conseil agricole. Selon lui, "il y a aussi des problèmes structurels dans le secteur et il est difficile de trouver une solution unique". "La situation a été très bonne en 2020 sauf à la fin de l’année suite aux problèmes d’exportation vers la Chine avec les cas de peste porcine africaine découverts en Allemagne. Les prix du porc sont stables, bien qu’à un niveau bas, depuis quelques semaines maintenant, ce qui peut être considéré comme un signe positif ", a-t-il détaillé. De plus, à ce stade, la Commission recommande donc aux États membres d’utiliser leurs programmes de développement rural ainsi que les aides d’État dont le cadre a été allégé avec la pandémie.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité