Aller au contenu principal

Intermarché assigné pour "pratiques commerciales abusives"

Le gouvernement avait prévenu qu’il durcirait les contrôles et les sanctions dans le cadre des négociations commerciales. Cette fois, c’est Intermarché qui est assigné pour pratiques commerciales abusives le 19 février de ses centrales d’achat internationales Agecore et ITM Belgique, a annoncé le ministère de l’Économie.

Il demande au tribunal de prononcer une sanction de 150,75 millions d’euros (M€) correspondant à 1 % du chiffre d’affaires de l’enseigne en France. Cette assignation concerne les pratiques vis-à vis de 93 fournisseurs des centrales internationales du groupe.
Est mise en cause "la conclusion préalable d’un contrat international avec Agecore, puis avec ITM Belgique, pour pouvoir continuer à distribuer leurs produits dans le réseau Intermarché en France", à l’aide de moyens de pression tels que des arrêts de commandes.

 

Un droit d'entrée

Du fait de la signature de ces accords internationaux, "les deux centrales facturent tout au long de l’année à ces fournisseurs des sommes importantes" qui ne seraient qu’un "habillage pour le paiement qui s’apparente à un droit d’entrée en négociation sans contrepartie économique réelle". "Leurs coûts (des accords internationaux, NDLR) dépassent très largement l’augmentation du chiffre d’affaires qu’ils sont supposés apporter", assure la Direction générale de la concurrence (DGCCRF) qui a mené l’enquête depuis 2018. "Les montants ainsi obtenus indûment par l’enseigne Intermarché, en violation de la loi française encadrant les relations commerciales, viennent perturber la loyauté des relations commerciales nécessaires au développement économique équilibré des producteurs comme des distributeurs", accuse le ministère de l’Économie. Intermarché, qui compte 1 800 magasins en France, "entend contester les motifs de cette assignation, tant au regard du droit français que du droit européen, et démontrer la légalité des négociations internationales menées au service de la défense du pouvoir d’achat des consommateurs", réagit-il dans un bref communiqué. Ces poursuites portent sur "les négociations internationales avec plusieurs fournisseurs multinationaux", souligne Intermarché, affirmant que cela "ne concerne pas les relations commerciales avec les PME ou les producteurs de produits agricoles en France".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité