Aller au contenu principal

Coopérative d'insémination morbihannaise
La Camia se fond dans Genoé

Après 60 années d'existence, la fusion de la Camia dans Genoé a été entérinée jeudi dernier à Grand-Champ lors d'une assemblée générale extraordinaire. L'artisane de l'amélioration génétique morbihannaise porte au pot commun une enveloppe de 4,8 millions d'euros.

Au micro, Gilles Thomazo, président de la Camia ; à gauche, André Thébaud, directeur  et Patrick Tanguy.
Au micro, Gilles Thomazo, président de la Camia ; à gauche, André Thébaud, directeur et Patrick Tanguy.
© TERRA
“Le testage et la paillette seront encore l'arme efficace pour les élevages de demain avec les outils de contrôle qui vont avec » a réaffirmé Gilles Thomazo, président de la Camia alors que l'assemblée extraordinaire approuvait la convention de fusion entre les deux structures. Cinq résolutions, approuvées l'une après l'autre à la quasi unanimité des voix, entérinent cette opération de « déconstruction re-construction » motivée par « la décroissance de l'activité avec une perte de 50 % depuis 83 » précise André Thébaud, directeur de la Camia. Quatre coopératives d'insémination réparties dans les départements du Morbihan, Loire Atlantique, Maine et Loire, Deux Sèvres, Vienne, Indre, Cher, Loir et Cher, Sarthe et Indre et Loire fusionnent ensemble au sein de Genoé avec des objectifs clairs. La mariée apportant dans la corbeille un « boni de fusion de 4 800 000 euros, la Camia a bien travaillé mais les autres coopératives aussi. Mettre les moyens, c'est se prémunir pour l'avenir » a insisté Gilles Thomazo

Gamme de services, performance et proximité
« C'est en premier lieu offrir la gamme de services la plus large du secteur » rappelle André Thébaud avec un slogan maison « pas de génétique sans mises en place et pas de mises en place sans génétique ». Un couple solide pour asseoir « une œuvre collective et durable pour les éleveurs et une performance économique dans un contexte de baisse d'activité et de concurrence possible ». Dernier élément et non des moindres, « jouer la carte de la proximité pour maintenir la relation éleveur et technicien ». 280 techniciens de terrain (dont 260 inséminateurs sans compter les équipes administratives et de laboratoire) devront répondre à cet objectif qui dépend de la densité des élevages. Mais les disparités existent entre un département du Morbihan et ses 60 inséminateurs et ceux du Loire et cher, Cher où Indre comptant chacun entre 5 et 10 techniciens.

Tarification par territoire
Face à l'inquiétude d'un risque de nivellement des prix par le haut, Gilles Thomazo s'est voulu rassurant.« Il n'y aura aucun nivellement ni par le bas ni par le haut » a-t-il martelé soulignant que les contraintes géographiques « font que nous auront des tarifs différenciés.Ça ne change rien pour le Morbihan » mis à part le redéploiement en quatre secteurs du département qui rejoindra 12 autres sections. Des économies d'échelles sont-elles encore possibles ? « On a déjà fait pas mal de restructurations. On en touche les limites » tempère-t-il. Et si des axes de développement existent « ce sont ceux des actes annexes, en maintenant ce service de proximité et de qualité dans un temps acceptable ». D'autres pistes se dessinent aussi. « Des méthodes nouvelles apparaissent, le sexage embryonnaire ou de la semence, il faudra faire les bons choix au sein de l'UNCEIA » poursuit Gilles Thomazo. Des questions qui aujourd'hui se posent de la même manière dans les 54 coopératives françaises d'insémination en pleine restructuration.


Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité